16.04.13

Le Brésil Rive Gauche : Le Bon Marché fête les couleurs et les saveurs brésiliennes à Paris

Jusqu’au 22 juin

Le Bon Marché promeut jusqu’au 22 juin l’événement Le Brésil Rive Gauche, qui présentera le meilleur de la mode, de la culinaire et de l’art brésilien. Près de 120 marques nationales seront présentes dans les couloirs du Bon Marché.

Clube Bossa, Egrey, Giuliana Romano, Lenny Niemeyer, Maria Bonita Extra, Pedro Lourenço, UMA et Salinas sont quelques-unes des griffes qui montreront leur collection été 2014.  

En plus des neufs griffes citées ci-dessus, cinq autres boutiques pop-up présenteront leurs produits : l’univers coloré d’Adriana Barra, les lignes beauté de Phoebo et Granado, les célèbres sandales Melissa, la collection masculine Osklen et les articles de Lá da Venda.

L’événement propose aussi un brin de gastronomie brésilienne. Les produits d’une trentaine de marques seront en vente à la Grande Épicerie de Paris.

Pour compléter la programmation made in Brazil, trois installations artistiques. Le brésilien Pedro Varela a réalisé les vitrines de la Rue de Sèvres ; le photographe français Vincent Fournier présente une série d’images sur Brasilia et le vidéaste Bertrand Planes a crée une vidéo installation avec 38 écrans qui afficheront des images sélectionnées à partir des archives de la Rede Globo.

Posté par Fatos e Fotos à 09:45 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


15.04.13

Littérature : Passager de la fin du jour, un portrait sensible des banlieues brésiliennes

Passager_couv

Parution le 23 avril  

Books Éditions

Passager de la fin du jour du brésilien Rubens Figueiredo, deux fois lauréat du Prix Jabuti (équivalent du Goncourt).

Loin de l'image moderne du pays organisateur des JO, Rubens Figueiredo dresse dans son livre un portrait sensible des banlieues brésiliennes, pauvres, révoltées et craintes par les citadins. Le temps d’un voyage, alors que des rumeurs d’émeutes attisent les tensions et font dévier le bus de son trajet initial, son héros, Pedro, nous fait découvrir par le biais de ses souvenirs ce visage méconnu du Brésil.

‘Pedro tient une petite librairie de quartier dans le centre-ville d’une métropole brésilienne. Comme chaque week-end depuis six mois, pour retrouver Rosane, sa fiancée, il se rend en bus au quartier du Tirol, une banlieue délabrée à 40 kilomètres de la ville. Le temps d’un voyage, alors que des rumeurs d’émeute attisent les tensions et font dévier le bus de son trajet initial, Pedro, dont les pensées vagabondent, nous livre un portrait sensible d’un Brésil méconnu.

Grâce à Rosane, il découvre un monde caché, une vie d’expédients, une violence sociale. Nous déchiffrons avec lui les tatouages des passagers, explorons leurs infirmités. Et nous tissons le fil de son histoire : l’accident qui lui a permis d’ouvrir sa librairie ; la rencontre avec Rosane et son quartier, tombé dans la misère alors même que le Brésil prospère ; l’émeute au cours de laquelle il s’est fait broyer la cheville. Trouvé lors de l’émeute, un livre bon marché sur le passage de Darwin dans son pays, qu’il lit par intermittence : la brutalité du monde animal et celle du monde humain se répondent.

Quand Pedro commence le récit de Darwin, alors que les passagers du bus sont encore hébétés par leur semaine de labeur, le savant observe une guêpe qui tue sans pitié une pauvre araignée. À la fin du récit, alors que la révolte gronde au dehors, l’araignée prend sa revanche et emprisonne la guêpe au centre de sa toile. Peut-être une forme d’avertissement. Les marges peuvent prendre leur revanche sur le centre, les banlieues sur la cité : l’injustice n’est pas une fatalité.’

 

Rubens Figueiredo © Bel Pedrosa

L’auteur : Né en 1956 à Rio, Rubens Figueiredo a été deux fois lauréat du prix Jabuti, l’équivalent brésilien du Goncourt, et a remporté en 2011 le prix de la ville de São Paulo ainsi que le prix Portugal Telecom.

Festival du Cinéma Brésilien de Paris 2013, un tour du Brésil riche en images

Du 16 au 23 avril

Cette année, le festival présente une sélection de 27 films et rend hommage à Carlos Diegues, un des co-fondateurs du Cinema Novo et un réalisateur reconnu à travers le monde. En plus des projections, une exposition photographique réalisée par Marc Ferrez sur la ville de Rio  à la fin du XIXe se déroulera au Cloître des Billettes.

Au programme :

Raphael Aguinaga - réalisateur Juan et la ballerine (20-22 avril)


Sergio Andrade - réalisateur La Forêt de Jonathas (21- 23 avril)


Guilherme Azevedo - réalisateur Les Histoires d'Arcanjo (16-24 avril)

Maria de Medeiros - réalisatrice Les Yeux de Bacuri (20-23 avril)


Carlos Diegues - Hommage (du 16 au 21 avril)


Emilio Gallo - producteur Les Histoires d'Arcanjo (16-24 avril)


Renata Magalhaes - productrice Carlos Diegues (16-21 avril)


Kleber Mendonça Filho - réalisateur Les Bruits du voisinage(19-21 avril)

Cesar Oiticica Filho - réalisateur Hélio Oiticica (19-24 avril)


Bruno Quintella - scénariste Les Histoires d'Arcanjo (16-24 avril)


Juliana Reis - réalisatriceShooting (17-19 avril)


Breno Silveira - réalisateurGonzaga – De père en fils (15-17 avril)

Et pour la soirée de clôture : Projection des films Viramundo un voyage musical avec Gilberto Gil et Hélio Oiticica (qui a reçu deux prix au festival de Berlin 2013).

Pour en savoir + : www.jangada.org

FCBP13_kv_r3large-212x300

Posté par Fatos e Fotos à 09:11 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Photographie : PORTRAIT DU JOUR de Marcus Brandão

Du 17 avril au 17 mai

Projet photographique réalisé par le brésilien Marcus Brandão qui a photographié un visage par jour depuis un an.

Maison d’Eglise Notre Dame de Pentecôte

1, place de La Défense, parvis de La Défense
92800 Puteaux


www.marcusbrandao.fr

Posté par Fatos e Fotos à 08:49 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,