29.04.13

Massacre : Un rapport sur le génocide des Indiens du Brésil sort de l’ombre

Un rapport alarmant sur les atrocités commises contre les Indiens du Brésil dans les années 1940, 1950 et 1960 vient de refaire surface, 45 ans après avoir été mystérieusement détruit dans un incendie.

Le rapport Figueiredo, commandé en 1967 par le ministre de l’Intérieur brésilien, avait déclenché un scandale international suite à la révélation des crimes commis contre les Indiens aux mains des puissants propriétaires terriens et du service gouvernemental de protection des Indiens (SPI). Ce rapport fut à l’origine de la création de Survival International deux ans plus tard.

Dans ce document de 7 000 pages, le procureur public Jader de Figueiredo Correia énumère les meurtres de masse, la torture, l’esclavagisme, la guerre bactériologique, les abus sexuels, les spoliations territoriales dont furent victimes les Indiens du Brésil. Suite à ces atrocités, certains peuples ont complètement disparu et de nombreux autres ont été décimés.

Le rapport a récemment été retrouvé au musée de l’Indien au Brésil. Il sera examiné par la Commission nationale de vérité qui enquête sur les violations des droits de l’homme commises entre 1947 et 1988.

L’un des faits les plus horribles de ce rapport est celui du ‘Massacre du 11e parallèle’ au cours duquel une avionnette largua de la dynamite sur le village des Indiens cinta larga. Trente Indiens furent tués – deux seulement survécurent et purent témoigner.

D’autres exemples relatent l’empoisonnement de centaines d’Indiens avec du sucre mêlé d’arsenic ou bien des méthodes de torture employées contre les Indiens, comme celle qui consistait à écraser lentement les chevilles des victimes avec un instrument connu sous le nom de ‘tronc’.

Les recherches de Figueiredo scandalisèrent l’opinion internationale. Dans son article intitulé ‘Génocide’ qu’il publia en 1969 sur ce rapport dans le magazine britannique Sunday Times, le journaliste Norman Lewis écrivait : ‘Depuis l’époque du feu et des épées jusqu’à celle de l’arsenic et des balles, notre civilisation a provoqué l’extermination de six millions d’Indiens’. Son article fut à l’origine de la création de Survival International la même année par un petit groupe de citoyens concernés par le sort des Indiens.

Suite à ce rapport, le Brésil lança une enquête judiciaire et 134 fonctionnaires furent condamnés pour plus d’un millier de crimes. Trente-huit d’entre-eux furent licenciés mais aucun ne fut condamné à une peine de prison pour ces atrocités.

Le SPI fut ensuite dissous et remplacé par la FUNAI, la Fondation nationale de l’Indien. Si certains de leurs territoires ont déjà été officiellement reconnus et protégés, les Indiens du Brésil continuent de lutter contre l’invasion et la destruction de leurs terres par les bûcherons, les éleveurs et les colons illégaux. Ils sont également menacés par le programme agressif de croissance économique du pays qui comporte la construction de méga-barrages hydroélectriques et l’exploitation minière à grande échelle sur leurs territoires.

 

braz-misc-s-01_300

Les atrocités commises à l'encontre des Indiens cinta larga ont été dénoncées dans le rapport Figueiredo. Après avoir tiré une balle dans la tête d'un bébé, les tueurs coupèrent sa mère en deux.

© Survival

www.survivalfrance.org

Posté par Fatos e Fotos à 10:26 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Architecture : Exposition retrace la construction et l’histoire de Brasilia

Jusqu’au samedi 15 juin

Dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la capitale, fêté en 2010, l’exposition retrace la construction et l’histoire de Brasilia, depuis la grande plaine désertique et inhabitée du Planalto Central à son inauguration en 1960, puis à son inscription au Patrimoine de l’humanité en 1987.

Chef-d’œuvre de l’architecte Oscar Niemeyer et de l’urbaniste Lucio Costa, Brasilia représente l’un des événements architecturaux majeurs du XXe siècle.

Un ensemble de documents inédits, d’objets rares, de photographies historiques et de maquettes témoignent de la pensée moderniste de ses bâtisseurs tout en leur rendant hommage.

Pour en savoir + : www.brasilia50.info

Espace Oscar Niemeyer (siège du Parti Communiste Français)

2, place du Colonel Fabien – 75019 Paris

http://new.pcf.fr

Posté par Fatos e Fotos à 10:22 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27.04.13

Culture : Salon Livres & Musiques, une fenêtre sur la création latino américaine

Du mardi 7 au jeudi 9 mai

À l’occasion de sa 10e édition, ce salon est dédié à la création littéraire et musicale de l’Amérique latine. Le Brésil sera représenté par divers écrivains, musiciens, artistes, ainsi que par les maisons d’édition Callis, Pallas et Pinakhoteke.

Au programme : des lectures musicales, des concerts, des pièces de théâtre, des rencontres avec des écrivains, des ateliers d’écriture et de dessin.

Mercredi 8 mai à 14h : « L’Amérique latine, un continent littéraire de femmes ? » - rencontre avec Ana Maria Machado, Grecia Cáceres, Karla Suárez, Béatrice Tanaka et Mariana Warth.

À 15h : « Brésil mythique, Brésil mystique » ». Récital de guitare acoustique de Marcio Meirelles. À 15h45 : rencontre avec Ronaldo Correia de Brito, Jean-Paul Delfino, Sébastien Lapaque, Anne Lima et Adriana Lisboa.

14800 Deauville

www.livresetmusiques.fr 

Posté par Fatos e Fotos à 11:08 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Littérature : Les divas européennes au Brésil d’Evanio Alves

Lancement le lundi 6 mai à 18h

L'auteur, un amoureux des divas du théâtre, du cinéma et de la musique révèle dans ce

volume de plus de 300 pages, des histoires vécues par plus de 40 stars européennes lors de leur visite au Brésil, notamment celles de Sarah Bernhardt, Isadora Duncan, Anna Pavlova, Maria Callas, Renata Tebaldi, Lucienne Boyer, Joséphine Baker, Juliette Gréco, Edith Piaf, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Sophia Loren, Gina Lollobrigida, entre autres.

Illustrations de Renato Amisy.

Brasil Évasion Lyon

5, rue Marc Bloch – Lyon 

Rencontres lusophones : Divas du monde lusophone à l’Unesco

Dans le cadre des Rencontres lusophones « Vamos Falar Português »

Mardi 30 avril à 18h

La délégation permanente du Brésil auprès de l’Unesco vous invite à assister à cette rencontre lusophone. Avec la participation d’Evânio Alves.

Cercle des délégués permanents de l’Unesco

1, rue Miollis 75015 Paris

Posté par Fatos e Fotos à 11:03 - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Langue portugaise : Semaine de la lusophonie anime la ville de Strasbourg

Jusqu’au dimanche 28 avril

Organisée par l’association Chama, cette 2e édition permettra au public de découvrir la richesse de la langue portugaise, ainsi que la culture de huit pays lusophones : l’Angola, le Brésil, le Cap Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Portugal, le Timor oriental et São Tomé-et-Principe.

Au programme : des projections, des cérémonies de remise de prix, des spectacles de danse et de théâtre, des galas, des rencontres gastronomiques, entre autres activités culturelles.

http://chama.u-strasbg.fr 

Posté par Fatos e Fotos à 11:01 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23.04.13

Cinéma : 15e édition du Festival International des Très Courts

Du 26 avril au 5 mai

Unique au monde, le Festival International des Très Courts a le don d'ubiquité : il projette et met en compétition aux 4 coins de la planète des films de moins de 3 minutes (hors titre et générique) réalisés par des créateurs confirmés ou débutants. Du 26 avril au 5 mai 2013, 100 villes de 25 pays, partenaires des Très Courts proposent à leurs citoyens de partager ce moment solidaire mondial de cinéma. Le jury de la Compétition Internationale sera présidé par la productrice française d'origine danoise, Marianne Slot qui collabore avec Lars von Trier depuis 1995.

La 15e édition s'est aussi dotée d'une marraine, la scénariste ivoirienne, Marguerite Abouet, auteure de la BD Aya de Yopougon (en salle le 24 juillet 2013). Pour la première fois, les sélections « Familiale » et « Paroles de Femmes » seront  projetées dans les bibliothèques de son association « Des Livres pour Tous » qu'elle ouvre  à travers l'Afrique. 

LA SELECTION INTERNATIONALE

45 films retenus -sur plus de 2000 films visionnés- représentant une quinzaine de pays de l'Allemagne à l'Australie en passant par l'Angleterre, le Danemark, l'Indonésie, l'Iran, le Japon, la Roumanie, la Pologne, la Russie, les USA et la France... Le cru 2013 sera aussi marqué par une émergence de films ibérico-américains (Brésil, Chili, Colombie, Espagne). Un thème récurrent, cette année, des histoires d'amour et de ruptures, oscillant entre rires et larmes.

La sélection brésilienne :

-The airport date / Luccas Soares ; The me bird / Gabriel Kempers et Maria Ilka Azevedo ; Love contract / Thais Fernandes (Colombie, Brésil, Espagne,Chili).

LA SELECTION PAROLES DE FEMMES

Les Très Courts organisent, avec le soutien du Ministère des Droits des Femmes, une compétition sur la condition féminine dans le monde. Pour la première fois, le prix du Droit des Femmes sera décerné par un collectif de femmes et remis le 4 mai 2013 à 20h, au Forum des Images, à Paris.

pre-affiche-15e-fr-s

Posté par Fatos e Fotos à 09:21 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19.04.13

Archéologie : les humains ont débarqué au Brésil il y a plus de 20 mille ans

Un article co-écrit par des chercheurs français et brésiliens présente des nouvelles données sur la discussion à propos de la date d’arrivée de l’homme en Amérique : en analysant trois sites archéologiques situés dans l’état du Piauí les recherches ont démontré la présence humaine dans la région depuis 22.000 ans.

Les trouvailles des chercheurs, publiées dans le Journal of Archaeological Science, et les études effectuées sur les 113 objets trouvés entre 2008 et 2011 sur le site de la Toca da Tira Peia, localisé dans le Parc National Serra da Capivara (Piauí), démontrent que les objets ont été réalisés avec de la pierre taillée ou polie.

Les chercheurs Cristelle Lahaye et Eric Böeda en sont convaincus. «Nous avons utilisé une technique qui mesure le dommage naturel causé par la radiation solaire sur les cristaux de quartz et de feldspath présents dans les sédiments où ont été trouvés les objets. Ainsi, nous pouvons estimer que la dernière exposition du sol à la lumière solaire varie entre 4.000 ans sur la surface et 22.000 ans sur le troisième niveau », expliquent-ils.

« Nous avons trouvé des outils réalisés à partir de matières premières qui se trouvent éloignées de l’abri. À partir de là, nous pouvons conclure qu’elles ont été choisies, ramenées, travaillées et utilisées par l’action humaine », explique Gisele Felice, de l’Université fédérale du Vale do São Francisco.

Pour les chercheurs, cela signifie que les hommes ont vécu dans cette partie du monde 10.000 ans avant la date prévue par la théorie sur l’occupation des Amériques proposée par des archéologues américains dans les années 30.

Route alternative

Niède Guidon, de la  Fondation Musée de l’Homme Américain et l’une des auteurs de l’étude, croit que les découvertes de l’équipe franco-brésilienne renforcent l’hypothèse que l’homme est arrivé en Amérique via plusieurs routes distinctes.

« Nous pensons qu’il y a eu des migrations via un courrant maritime depuis le littoral africain jusqu’au nord-est brésilien et d’autres migrations en provenance du sud, via l’océan Pacifique », explique la chercheuse. D’après elle, les groupes d’humains sont partis d’Afrique à cause des grandes sécheresses qui se sont produites à environ 130 mille ans. Astolfo Araújo, du Musée d’Archéologie et Ethnographie de l’Université de São Paulo, dit, cependant, que ces hypothèses sont possibles mais fragiles « faute de preuves convaincantes ».  

Parc National Serra da Capivara

Le Parc National Serra da Capivara, possède une superficie de 129 mille hectares et se situe au sud-est de l’État du Piauí. Situé dans le semi-aride du nord-est, entre deux formations géologiques, avec des montagnes, vallées et plaines, le parc abrite flore et faune typiques de la caatinga.

Dans le parc se trouve aussi la plus grande concentration de sites archéologiques actuellement connus en Amérique, avec plus de mille sites préhistoriques référencés, plusieurs d’entre eux avec des peintures rupestres.

La région abrite 173 sites archéologiques ouverts aux visiteurs. Le Parc National Serra da Capivara a été classé patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 1991.

 

images

images-3

 

 

 

 

 

images-1

images-2

 

 

 

 

Sources : Iphan, Folha S.Paulo, Parque Nacional da Capivara

Posté par Fatos e Fotos à 12:28 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16.04.13

Le Brésil Rive Gauche : Le Bon Marché fête les couleurs et les saveurs brésiliennes à Paris

Jusqu’au 22 juin

Le Bon Marché promeut jusqu’au 22 juin l’événement Le Brésil Rive Gauche, qui présentera le meilleur de la mode, de la culinaire et de l’art brésilien. Près de 120 marques nationales seront présentes dans les couloirs du Bon Marché.

Clube Bossa, Egrey, Giuliana Romano, Lenny Niemeyer, Maria Bonita Extra, Pedro Lourenço, UMA et Salinas sont quelques-unes des griffes qui montreront leur collection été 2014.  

En plus des neufs griffes citées ci-dessus, cinq autres boutiques pop-up présenteront leurs produits : l’univers coloré d’Adriana Barra, les lignes beauté de Phoebo et Granado, les célèbres sandales Melissa, la collection masculine Osklen et les articles de Lá da Venda.

L’événement propose aussi un brin de gastronomie brésilienne. Les produits d’une trentaine de marques seront en vente à la Grande Épicerie de Paris.

Pour compléter la programmation made in Brazil, trois installations artistiques. Le brésilien Pedro Varela a réalisé les vitrines de la Rue de Sèvres ; le photographe français Vincent Fournier présente une série d’images sur Brasilia et le vidéaste Bertrand Planes a crée une vidéo installation avec 38 écrans qui afficheront des images sélectionnées à partir des archives de la Rede Globo.

Posté par Fatos e Fotos à 09:45 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15.04.13

Littérature : Passager de la fin du jour, un portrait sensible des banlieues brésiliennes

Passager_couv

Parution le 23 avril  

Books Éditions

Passager de la fin du jour du brésilien Rubens Figueiredo, deux fois lauréat du Prix Jabuti (équivalent du Goncourt).

Loin de l'image moderne du pays organisateur des JO, Rubens Figueiredo dresse dans son livre un portrait sensible des banlieues brésiliennes, pauvres, révoltées et craintes par les citadins. Le temps d’un voyage, alors que des rumeurs d’émeutes attisent les tensions et font dévier le bus de son trajet initial, son héros, Pedro, nous fait découvrir par le biais de ses souvenirs ce visage méconnu du Brésil.

‘Pedro tient une petite librairie de quartier dans le centre-ville d’une métropole brésilienne. Comme chaque week-end depuis six mois, pour retrouver Rosane, sa fiancée, il se rend en bus au quartier du Tirol, une banlieue délabrée à 40 kilomètres de la ville. Le temps d’un voyage, alors que des rumeurs d’émeute attisent les tensions et font dévier le bus de son trajet initial, Pedro, dont les pensées vagabondent, nous livre un portrait sensible d’un Brésil méconnu.

Grâce à Rosane, il découvre un monde caché, une vie d’expédients, une violence sociale. Nous déchiffrons avec lui les tatouages des passagers, explorons leurs infirmités. Et nous tissons le fil de son histoire : l’accident qui lui a permis d’ouvrir sa librairie ; la rencontre avec Rosane et son quartier, tombé dans la misère alors même que le Brésil prospère ; l’émeute au cours de laquelle il s’est fait broyer la cheville. Trouvé lors de l’émeute, un livre bon marché sur le passage de Darwin dans son pays, qu’il lit par intermittence : la brutalité du monde animal et celle du monde humain se répondent.

Quand Pedro commence le récit de Darwin, alors que les passagers du bus sont encore hébétés par leur semaine de labeur, le savant observe une guêpe qui tue sans pitié une pauvre araignée. À la fin du récit, alors que la révolte gronde au dehors, l’araignée prend sa revanche et emprisonne la guêpe au centre de sa toile. Peut-être une forme d’avertissement. Les marges peuvent prendre leur revanche sur le centre, les banlieues sur la cité : l’injustice n’est pas une fatalité.’

 

Rubens Figueiredo © Bel Pedrosa

L’auteur : Né en 1956 à Rio, Rubens Figueiredo a été deux fois lauréat du prix Jabuti, l’équivalent brésilien du Goncourt, et a remporté en 2011 le prix de la ville de São Paulo ainsi que le prix Portugal Telecom.