23.11.13

Festafilm, d'une rive à l'autre, tout un programme

Du 28 novembre au 1er décembre 2013

Pays à l'affiche : France , Algérie, Brésil, Portugal, Belgique, Senegal, Madagascar, Angola et Suisse. 

La 6è édition du Festafilm renforce une fois de plus cette année l'esprit « d'échange entre les cultures francophones et lusophones par le biais des créations cinématographiques et nous invite à découvrir et à nous promener dans ce paysage sans barrières ni écluses, pour nos laisser naviguer d'un univers à l'autre ».

Au programme :

  • table ronde sur les cinémas lusophone et francophone actuellement ;

  • exposition sur le cinéma portugais ;

  • exposition photographique A Caminho da Ilha de Thibaud Yevnine ;

  • lecture du texte Les Intermittences de la mort de José Saramago ;

  • master class ;

  • musique avec Aurélie & Verioca et concert avec Bandorio

  • des rencontres professionnelles ;

  • brunch & projection panorama villes jumelées Montpellier-Rio.

Mais le Festafilm propose aussi des projections : au total 106 filmes entre courts-métrage, longs-métrage et documentaires.

Cette année, le Brésil sera à l'affiche avec 47 filmes, dont :

Compétition International  - 11 filmes

Compétition Animation – 7 filmes

Regard Etranger – 8 filmes

Panorama Fenêtre Ouverte – 10 filmes

Panorama Fenêtre Ouverte Très court – 2 courts-métrage

Mostra Curtas-se – 5 filmes

Panorama Fenêtre Ouverte Enfants – 4 filmes

En voici une sélection de filmes proposée par le Festafilm à ne pas rater :

Le cyclope

Meu amigo Nietzsche

Aguas Claras

Graffiti dança

Hippolyte Baliardo

Jéssica Cristopherry

O afinador

Désolée pour hier soir

UHT

Tence Mena dans le coeur des femmes

Anima Pars

O fim do filme

Ananas spleen

Rio Cidade Olímpica

TACONI

Yasmine & Mohammed

Sofia DJAMA 29

Bouts de vies, bouts de rêves

Pour en savoir + et réserver les places : www.festafilm.fr

Logo-rouge


19.11.13

Journée internationale contre les violences faites aux femmes dénonce le viol

Samedi 23 novembre, dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes (qui est le 25), notre association Osez le Féminisme ! 34 organise une action à 15h sur la place de la Comédie, devant l’opéra pour dénoncer une violence spécifique : le viol.

Nous proposons un rassemblement à 15h30 avec toutes les associations et organisations qui veulent manifester leur colère avec nous.

Nous enjoignons tou-te-s celles et eux qui voudraient participer à venir nous rejoindre à cette heure-là habillé-e-s de noir.

Le viol : quelques chiffres

Une enquête de l’Observatoire National de la délinquance montrent qu’entre 50 000 et 75 000 femmes sont violées en France chaque année. 

Selon les statistiques de la permanence téléphonique nationale Viols Femmes Informations : - 74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime ; - 25 % des viols sont commis par un membre de la famille ; - 57 % des viols sont commis sur des personnes mineures (filles et garçons) ; - 49 % des viols sont commis sans aucune violence physique.

Dix idées reçues sur le viol


1. Le viol est un phénomène marginal
Faux, au moins 75 000 femmes sont violées chaque année en France. Autour de nous, parmi nos collègues ou amies, 1 femme sur 10 a subi un viol ou une agression sexuelle ou le subira pendant sa vie. Ce n’est pas un événement isolé mais un phénomène massif.
2. Le viol est le plus souvent commis par un inconnu dans une rue sombre
Faux, l’auteur du viol est connu de la victime dans 8 cas sur 10. Dans 50 % des cas, il s’agit d’un membre de la famille ou de l’entourage proche. Dans 34 % des cas, le viol est commis au sein du couple. 63 % des victimes de viols sont des mineur-e-s.
3. Ce sont surtout les filles provocantes, aguicheuses qui sont violées
Faux, ce ne sont pas la tenue ou le comportement d’une femme qui provoquent le viol ; c’est le violeur qui est coupable. Les victimes de viol sont très souvent culpabilisées ou ressentent de la honte. C’est une inversion des responsabilités. Ce n’est pas à la victime d’être transformée en accusée. Par ailleurs, les victimes de viol sont très diverses : âge, apparence, origine sociale, etc. Le viol concerne tous les milieux, toutes les cultures.
4. La majorité des violeurs sont sévèrement condamnés
Faux, moins de 2 % des violeurs sont condamnés. La législation moderne reconnaît le viol comme un crime depuis seulement 30 ans (loi votée en 1980). Dans les faits, les violeurs sont peu punis : moins de 10% des victimes portent plainte, du fait de la peur, de la pression de l’entourage, etc. ; la véracité de leurs accusations est souvent mise en doute, et beaucoup de plaintes aboutissent à des non-lieux ; les peines sont rarement lourdes.
5. Le viol est un drame individuel
Vrai et faux. Au delà d'être un drame individuel, le viol est également et surtout un problème de société. Le viol est l’expression d’une volonté de contrôle et d’emprise sur le corps des femmes. Il suppose que les femmes sont à la disposition des hommes pour satisfaire des besoins sexuels soi-disant supérieurs ou naturels. Il est le signe d’une société profondément sexiste.
6. Le viol est provoqué par la testostérone
Faux, ce n’est pas un comportement naturel, mais culturel. Le viol repose sur le mythe d’une sexualité masculine « irrépressible » et « incontrôlable ». Une sexualité « conquérante » est fortement légitimée dans notre société pour les hommes, tandis que l’expression du désir féminin est limité et encadré par plusieurs formes de réprobation sociale.
7. Quand une femme dit non, elle pense oui ou peut-être : elle a envie qu’on la force
Faux, quand une femme dit non, ce n’est pas oui, c’est non. Une prétendue sexualité féminine passive, soumise aux initiatives des hommes, est également un mythe. L’expression du consentement des deux partenaires est la condition absolue d’une relation sexuelle ; sinon, il s’agit d’un viol. Même si elle est montée boire un verre, même si elle dort dans le même lit, même s’ils ont déjà échangé des caresses... au moment où elle dit non, c’est non.
8. Les hommes aussi sont victimes de viol
Vrai, cela peut arriver, mais les victimes sont des femmes dans 9 cas sur 10. Les hommes victimes de viol étaient le plus souvent mineurs au moment des faits. Que les victimes soient des hommes ou des femmes, 96 % des agresseurs sont des hommes.
9. Les violeurs sont tous des psychopathes
Faux, il n’existe pas de profil-type de violeur. Les viols ne sont pas spécialement le fait de psychopathes, d’alcooliques, d’anormaux ou d’obsédés sexuels. Ils sont aussi commis par des hommes parfaitement intégrés socialement, parfois même au-dessus de tout soupçon.
10. Le viol est le résultat de la misère sexuelle
Faux, cela n’a rien à voir. Ainsi, les femmes qui n’ont pas de vie sexuelle et en éprouvent de la frustration ne s’autorisent pas pour autant à violer un homme pour satisfaire leurs besoins sexuels. Il s’agit bien d’une tolérance sociale dans un sens et non dans l’autre.

logo-olf-34-2

 

 

 

 

 

 

11.11.13

Mídia : blog brasilidade festeja aniversário com vídeo e música de Lyba Serra

Ao longo dos seus 6 anos de existência brasilidade.canalblog.com publicou mais de mil matérias sobre o Brasil na França e na Europa.

Revista digital bilingue editada pela jornalista paulistana Silvana Conte, brasilidade.canalblog.com conta o que acontece de mais relevante na vida dos brasileiros que fazem sucesso no exterior. Voltado para um público que aprecia informação bem feita, o blog tem o compromisso de apresentar ao leitor as melhores opções em matéria de reportagens sobre gente, economia, cultura, ciência, meio ambiente e saúde.

Para festejar o 6° ano de atividade e o sucesso crescente do blog, um vídeo foi realizado pela Silvana e ilustrado pela voz do cantor brasileiro Lyba Serra.

Lyba Serra - professor, cantor, compositor e escritor - começou a sua carreira bem cedo, aos onze anos de idade e aos dezesseis já brilhava nas noites paulistanas.

Estudou técnicas vocais no Brasil e na Europa e se especializou como professor. Lançou vários videos-aula e se tornou o mais conhecido professor de canto popular do Brasil. Em 2010, lançou o DVD Lyba Serra onde apresenta o seu próprio repertório MPB com a colaboração de diversos parceiros. Em 2011 publicou A lenda do amor que espera, livro com poesias, textos e reflexões sobre a vida.

 http://youtu.be/lPuncg-clL0

Posté par Fatos e Fotos à 12:56 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07.11.13

Rencontre littéraire et découverte du Brésil à Rennes

Le Collectif Brésil et le librairie Le Failler propose une rencontre littéraire avec Gilles Lapouge autour de son ouvrage Dictionnaire amoureux du Brésil  (Plon 2011) le mercredi 13 novembre à 18h30 à la Maison Internationale de Rennes (MIR). Cette rencontre sera suivi d’une signature de livres à 19h30.

Puis dans le cadre de la Découverte du Brésil à travers le Cinéma le colleticf présentera le film Voyage aux origines de la Capoeira de José Huerta. Ce documentaire  sera présenté pour la première fois en France en présence de son réalisateur à 20h30 à la Mir.
 
Le documentaire propose de retracer l'histoire douloureuse de l'esclavage, la force de la religion vaudou et la vitalité artistique africaine qui a tant influencé le Brésil et la capoeira. Née au Brésil dans l'oppression, longtemps réprimée, la capoeira est un art qui fait appel à des valeurs de résistance, d'émancipation et de mémoire pour ses pratiquants.

Maison internationale de Rennes                                                                                                                                                                                              7 quai Chateaubriand Rennes

Posté par Fatos e Fotos à 15:49 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03.11.13

Festival d'Automne à Paris présente trois chorégraphes brésiliens

Couv_FaP_2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PINDORAMA - Lia Rodrigues

Troisième pièce d’un tryptique entamé avec Pororoca – tableau de chair protéiforme, creusant en profondeur la question du collectif – Pindorama est à envisager comme un horizon : un point de passage, gardant en suspens les désirs, les impasses, les zones de fantaisie ou d’obscurité mises à jour lors des pièces précédentes. 

CRACKz  - Bruno Beltrão

Dépasser le vocabulaire du hip hop sans l’abandonner pour autant, tel est le parti pris envisagé par Bruno Beltrão. Car pour ce chorégraphe toujours en quête de nouvelles formes, il ne s’agit jamais de reproduire mais de réinventer.

MATADOURO - Marcelo Evelin

Privilégiant une gestuelle simple, le spectacle installe une bataille silencieuse tandis qu’en fond sonore résonnent les notes du Quintette à cordes en do majeur de Schubert. La nudité des danseurs – dont le visage est masqué – sou- ligne leur vulnérabilité mais aussi leur volonté d’affirmer une liberté qui leur est déniée. 

 

 


19.10.13

Brésil: plus d'un million de brésiliens ont quitté l'extreme pauvreté en 2012

D'après les données divulguées par l'Institut de recherche économique appliqué (IPEA), l'inégalité des revenus a enregistré une baisse en 2012 malgré les faibles résultats de l'économie brésilienne. Le PIB a augmenté 0,9% l'année dernière, pendant que les revenus des familles a augmenté, en moyenne, 7,9%.

Chez les familles les plus pauvres, notamment, l'augmentation des revenus s'est situé entre 10 et 14%. La population extrêmement pauvre (qui vit avec moins d'un dollar par jour) a baissé de 7,6 millions de personnes à 6,5 millions. La population pauvre (qui vit avec un et deux dollars par jour) a baissé de 19,1 millions de personnes à 15,7 millions.

D'après l'IPEA, les principaux indicateurs de la croissance de la rente de la population sont la possession de biens durables - tels que téléviseurs, gazinières, frigidaires et lave linge – et l'accès aux services publiques essentiels – tels que l'énergie électrique, le ramassage d'ordures, le traitement des eaux usées et l'accès à l'eau potable.

L'amplification de la possession de biens et l'accès aux services se doit, en grande partie, a deux facteurs : l'augmentation des revenus du travail et l'impact du programme Bolsa Família. Selon l'Ipea, entre 2002 et 2012, les revenus salariaux ont contribué à 54,9% de la réduction des inégalités tandis que le Bolsa Família y a contribué en 12,2%. Le régime de retraite est le troisième facteur qui a contribué à la réduction des inégalités, 11,4% pour ceux qui gagnent au-dessus du plancher de l'Institut National de Sécurité Sociale (INSS) et 9,4% pour ceux qui gagnent le salaire minimum (678 reais). Si on additionne les deux groupes, la sécurité sociale a eu un impact plus important que le programme Bolsa Família.

Posté par Fatos e Fotos à 11:36 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17.10.13

Fernanda Gomes : son nouveau projet moderniste associe éthique et esthétique

Centre international d’art et du paysage


Île de Vassivière – 87120 Beaumont du Lac


20 octobre 2013 - 5 janvier 2014

VERNISSAGE : Samedi 19 octobre à 17h

Pour sa première exposition personnelle dans une institution en France, l’artiste brésilienne Fernanda Gomes réalise un ensemble de nouvelles œuvres à partir de son expérience directe du lieu et de ses ressources. Inscrivant sa pratique dans une économie de moyens, l’artiste produit ses œuvres sur place à partir de matériaux en bois et d’objets trouvés dans la région. Après les avoir partiellement repeints ou modifiés, elle les a agencés selon une grille invisible, venant ainsi introduire de nouveaux rythmes au bâtiment.

De cet équilibre de matériaux aux couleurs délibérément réduites, se détachent par endroits d’infimes objets du quotidien, qui nous demandent de nous approcher pour en observer la présence dans l’espace. Chaque élément ajouté révèle de manière concrète le vide qu’il créé, la lumière, et les mouvements de nos corps parcourant l’espace.

Le travail de Fernanda Gomes s’inscrit dans une tradition moderniste qui envisage le moderne dans son essence : un projet entier de vie où éthique et esthétique sont indissociables. Il puise ses racines dans des mouvements aussi divers que le suprématisme et le constructivisme, le « néo-concrétisme » brésilien, l’arte povera et l’art conceptuel. Il s’ancre profondément dans le réel, tant dans son mode de production que dans sa perception. L’exposition à Vassivière ambitionne d’offrir aux visiteurs les conditions pour qu’ils prennent le temps de vivre une expérience propre à chacun.

Fernanda Gomes est née en 1960 à Rio de Janeiro (Brésil), où elle vit. Son travail a été inclus dans de nombreuses biennales : São Paulo (2012 et 1994), Venise (2003), Sidney (1998), Istanbul (2013 et 1995), Rennes (2012). Il figure, entre autres, parmi les collections du Centre Pompidou à Paris, de la Tate Gallery de Londres, de l’Art Institute de Chicago, du Miami Art Museum, du Musée d’art moderne de Rio de Janeiro ou encore du Museu Serralves de Porto dont elle a créé pour le parc de sculptures une œuvre permanente.

En France son travail a été présenté à la Galerie Emmanuel Hervé à Paris (2012) ainsi que dans des expositions collectives : « Champ d’expériences », Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière (2012), « In Which the Wind is also a Protagonist », La Générale à Sèvres (2010), « Da Adversidade Vivemos », Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2001), « Côte à Côte » au Capc Musée d’Art Contemporain de Bordeaux (2001).

fernandagomes

 

 

08.10.13

Brésil: le nombre d'analphabètes dans le nord du pays ne cesse de grimper depuis deux ans

«L’analphabétisme au Brésil est concentré dans la population âgée et situé dans le nord-est du pays», affirme Maria Lucia Vieira, coordinatrice de recherche du IBGE.

Pour la première fois en quinze ans, le taux d'analphabétisme a progressé au Brésil. C'est ce qui prouve le recensement réalisé en 2012 et divulgué par l'Institut brésilien de géographie et statistique (IBGE).

Le nombre de personnes âgées entre 15 ans et plus que ne savent ni lire ni écrire a progressé de 8,6% en 2011 à 8,7% l'année dernière. Cela signifie qu'en un an, le pays a «gagné» 300.000 analphabètes de plus, en totalisant 13,2 millions de brésiliens.

En regardant attentivement chaque région brésilienne, on observe que le nord-est a été le principal responsable de l'augmentation du taux national – c'est où habitent 53,8% de tous les analphabètes du pays, ou 7,1 millions. En un an, le taux local est passé de 16,9% à 17,4%. Dans la région centre-ouest, il y a eu aussi une augmentation du taux qui est passé de 6,3% à 6,7%. Dans le sud-est, les chiffres restent stables, pendant que dans les régions nord et sud les chiffres de l'analphabétisme n'ont pas progressé.

grafico-analfabetismo-1

 

03.10.13

Photoquai : deux brésiliens exposent à la Biennale des images du monde Photoquai 2013

www.photoquai.fr

Jusqu'au 17 novembre

Depuis sa création en 2007 à l’initiative du musée du quai Branly, la biennale de photographie Photoquai met en valeur la photographie non-occidentale et présente au grand public international des artistes dont l’œuvre est inédite ou peu connue en France.

La sélection 2013, rassemblée sous le thème « Regarde-moi ! », a un dénominateur commun : toutes les séries photographiques ont à voir avec la figure humaine. Paysages, objets, mode ou architecture y apparaissent comme des éléments d’accompagnement de la personne. Dans toutes les séries, c’est le corps qui est l’unité de mesure de notre univers.

40 photographes de 29 pays exposent près de 400 images

PHOTOQUAI présente les œuvres de photographes contemporains du monde entier, talents inédits ou peu vus en Europe et provenant des grandes zones géographiques représentées au sein des collections du musée du quai Branly : Amérique du Sud et centrale, Asie, Océanie, Afrique, Proche et Moyen-Orient, Russie.

La sélection rend compte de la diversité des manières de percevoir le monde non-européen aujourd’hui, de l’intérieur, par les artistes qui y vivent, loin des clichés que véhicule souvent une certaine photographie touristique. Il ne s’agit pas d’avoir une illustration systématique de la photographie d’un large panel de pays, mais de mettre en valeur des artistes et des œuvres sans exhaustivité géographique.

Les photographes latino américains présents à Photoquai 2013 :

  • Pérou : Musuk Nolte

  • Mexique : Roberto Molina Tondopó, José Luis Cuevas, Alejandro Cartagena

  • Brésil : Pedro David, Gustavo Lacerda

  • Panama : José Castrellón

  • Colombie : Adriana Duque

  • Chili : Andrés Figueroa

 

 

M24_C3b_LACERDA_9-393x523

M15_C2c_DAVID_7-393x393