12.11.18

Amérique latine : le nombre de réfugiés et migrants vénézuéliens atteint 3 millions de personnes

L'effondrement de l'économie vénézuélienne est en train de générer une crise migratoire sans précédents en Amérique latine.

Trois millions de personnes ont déjà quitté le Venezuela vers d'autres pays sud-américains. Un million de migrants et de réfugiés se trouvent actuellement en Colombie, 500 000 au Peru, plus de 220 000 en Equateur, 130 000 en Argentine, 100 000 au Chile et 85 000 au Brésil.

Outre les pays d'Amérique du Sud, les pays d'Amérique centrale et des Caraïbes ont également enregistré une augmentation du nombre de réfugiés et de migrants en provenance du Venezuela. Le Panama, par exemple, accueille actuellement 94 000 Vénézuéliens.

Chaque pays latino-américain essaye de gérer la situation et d'apporter une réponse à cette crise humanitaire. Dans ce sens et dans le cadre du processus entamé à Quito, les pays dirigeants doivent coordonner leurs efforts et constituer une approche d'harmonisation des politiques d'accueil.

La deuxième réunion de Quito entre les gouvernements latino-américains aura lieu les 22 et 23 novembre.

logo


05.11.18

Musique brésilienne : Marcos Sacramento et Zé Paulo Becker à l'affiche au Sunset

“Hommage aux afro-sambas de Vinicius de Moraes & Baden Powell”

Marcos Sacramento – voix ; Zé Paulo Backer – guitare acoustique ; special guest Philipe Baden Powell – piano

Inédit en Europe et acclamé au Brésil, les deux artistes revisitent et interprètent de façon contemporaine, le LP “Afro-sambas” (1966), album considéré comme la référence de la fusion des éléments de la musique africaine au samba brésilien.

Preuve que la guitare classique brésilienne ne cesse de révéler des nouveaux talents, Zé Paulo Becker est connu par sa carrière solo ou avec Trio Madeira Brasil, ou encore aux côtés de plusieurs icônes de la musique brésilienne.

Avec plus de 16 albums enregistrés, Marcos Sacramento prête au projet la cadence de sa voix parfaite et complète.

Le 6,11.2018

Au SUNSET - Paris

unnamed

 

Zé Paulo Becker et Marcos Sacramento

23.10.18

Luis Barragan : symbole du mélange entre architecture moderne et culture mexicaine

Maison de l'Amérique latine

23,10.2018 à 19H

Luis Barragán (1902-1988) est l'un des architectes les plus reconnus du Mexique ; profondément enraciné dans la culture et la spiritualité de son pays natal, il fut aussi très au fait de la culture et de la création internationale de son époque ; il sut opérer une extraordinaire synthèse des deux, dans une vision dont la beauté et la singularité étonnent encore aujourd’hui.

Son architecture a su se démarquer des autres réalisations de ses contemporains, notamment par l’utilisation des couleurs vives, notamment le rose, devenues la marque de fabrique de l’architecte. 

Luis Barragán obtient un diplôme d’ingénieur en 1923, après quoi il décide de voir du pays, en voyageant à travers l’Europe durant trois années. Il rencontre entre autre Le Corbusier, Ferdinand Bac, qui influenceront son style architectural. Il s’imprègne du style vernaculaire méditerranéen et apprécie tout particulièrement les espaces paysagers.  Malgré des lignes architecturales qui semblent tout droit venues du mouvement moderne, Luis Barragán refuse le fonctionnalisme, et préfère utiliser la lumière comme une véritable matière à projet.

Parmi les réalisations majeures de l’architecte, on peut noter sa Maison-atelier, qui devient un manifeste de son architecture, symbole du mélange entre architecture moderne et culture mexicaine. Construite en 1943 dans les Jardins du Pedregal, elle se compose d’un rez de chaussée, de deux étages et d’un jardin privatif. L’utilisation du béton n’est pas étonnante, puisqu’il est devenu le matériau phare du mouvement moderne.  En 2004, elle est classée au patrimoine mondial de l’humanité.

9783775743822_hr_pr03

 

Photo: Luis Barragan

Posté par Fatos e Fotos à 12:27 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22.10.18

Musique brésilienne: Lindo Sonho Delirante, le premier catalogue de la musique underground brésilienne

Présentation à l'ambassade du Brésil à Paris le 23 octobre à 18h

 

unnamed

unnamed-2


04.10.18

Diana Daher : la pianiste brésilienne joue à l'Ambassade du Brésil à Paris

Le 15,10.2018

RSVP : rafaela.vincensini@bresil.org

 Née à Brasilia, la jeune pianiste brésilienne Diana Daher a déjà remporté plusieurs prix nationaux. Son emploi du temps est bien chargé entre les orchestres, les chorales et les formations de musique de chambre. Son répertoire est vaste, allant des sonates aux chansons en passant par le répertoire brésilien du XXe siècle pour piano et flûte.

Depuis 2006, Diana Daher est professeur de l'École de musique de Brasilia où elle intervient comme pianiste et enseigne la musique de chambre.

unnamed

Posté par Fatos e Fotos à 18:29 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Jarid Arraes: l'auteure brésilienne présentera son nouveau roman, Dandara, en France

Vous habitez Paris, La Rochelle, Lille, Rennes ? Venez rencontrer Jarid Arraes entre le 18 et le 25 octobre.

On parlera de la résistance à l'esclavage et notamment du rôle des femmes, et plus globalement des Afro-Brésiliennes, au passé et au présent.

Dandara, guerrière mythique, à la tête de la plus grande révolte d'esclaves du Brésil.

En pleine forêt tropicale brésilienne, au 17e siècle, des dizaines de milliers d’esclaves fugitifs regroupés dans le camp quilombo de Palmares résistèrent aux Portugais pendant un siècle. Zumbi en fut le chef mythique et Dandara, sa compagne, resta pendant longtemps dans son ombre.

Aujourd’hui, plongez dans l’aventure de sa vie ! Rebelle et féministe avant l’heure, fine stratège, experte en capoeira, Dandara apparaît surtout comme une femme maîtresse de son destin – et avide de justice et de liberté.

L’auteure, Jarid Arraes, se basant sur les études les plus actuelles, a décidé de réécrire cette histoire officielle qui a trop souvent omis la résistance des vaincus, et trop souvent oublié le rôle des femmes !

Dandara et les esclaves libres s’adresse aux jeunes comme aux adultes, afin de découvrir un pan méconnu de l’histoire de l’esclavage et de célébrer ces femmes qui ont lutté pour notre liberté d’aujourd’hui. Une inspiration, pour que nous soyons tous, à notre façon, des héroïnes et des héros.

Pour en savoir + : www.anacaona.fr

unnamed-2

Posté par Fatos e Fotos à 18:27 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02.10.18

Carmen Mariscal : La esposa esposada (l'épouse menottée), entre fragilité et aliénation

carmen

Du 12 octobre au 20 décembre 2018

Maison de l'Amérique latine

L’artiste mexicaine Carmen Mariscal confirme, à travers sa dernière exposition, sa posture de femme-artiste sensible et engagée dans une cause féministe.

Carmen Mariscal a pensé sa dernière installation sur la condition de la femme dans le mariage. Les mots espagnols esposa (épouse), esposas (menottes) et esposada (menottée), sont à l’origine de l’installation La esposa esposada (l’épouse menottée).

Pour réaliser les photographies d’une vingtaine de femmes « portant » la robe de mariée constituée de plus de mille petites menottes en acier dans une forme qui rappelle les crinolines du XIXe siècle, l'artiste a fait appel à plusieurs associations de femmes ayant souffert dans des situations conjugales difficiles ou d’exil forcé. Trois sculptures Maisons-cadenas de 2018 complètent l’installation photographique. 

A propos de l'artiste

Carmen Mariscal, de nationalité mexicaine, est née en Californie en 1968. Elle vit et travaille à Paris depuis 1999. Son travail privilégie la photographie, la vidéo et la sculpture, techniques qu’elle associe dans l’élaboration de ses installations. Elle consacre principalement ses recherches aux questions liées à la condition féminine, dans ses dimensions de fragilité et d’aliénation, comme à son histoire familiale qu’elle aborde en étudiant la mémoire des objets. Elle a exposé individuellement et collectivement dans plusieurs galeries d’art et musées au Mexique et en Europe.

mariscal

 

Photo: Carmen Mariscal

Posté par Fatos e Fotos à 21:28 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24.09.18

Élection présidentielle au Brésil en 2018: soutenu par des pasteurs évangéliques, Bolsonaro est rejetée par les femmes

Alors que les pasteurs évangéliques soutiennent Bolsonaro, les catholiques se lavent les mains. Au Brésil, 166 millions de personnes, soit environ 86% de la population, se déclarent chrétiennes. Parmi eux, 64,6% sont catholiques et les autres sont des évangéliques. Indignées, les femmes ont décidé de s'unir et de se mobiliser contre Bolsonraro (1).

Récemment, la Confédération des Conseils des Pasteurs du Brésil a décidé de soutenir la candidature du capitaine à la retraite Jair Bolsonaro sous prétexte d'arrêter une éventuelle victoire de la gauche. Interrogée, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) s'est lavé les mains et a déclaré que l'Eglise "ne se prononce pas sur les candidats".

Le candidat Bolsonaro - qui prêche la violence, défend la torture et la peine de mort - est connu pour ses déclarations controversées sur l'homosexualité, les femmes et les noirs.

Considéré raciste et sexiste, Bolsonaro a été condamné à deux reprises en 2017 par le Supérieur Tribunal de Justice brésilien pour des dommages moraux. Dans le viseur des défenseurs des Droits de l'Homme et de l'Ordre des Avocats du Brésil, celle-ci a déclaré que les déclarations du député du Parti progressiste sont « inacceptables parce qu'elles ont un caractère raciste et homophobe incompatibles avec les meilleures traditions parlementaires brésiliennes. »

Les déclarations de Bolsonaro ont également eu des répercussions sur les réseaux sociaux. Une pétition en ligne ouverte sur le site Avaaz pour demander l'annulation du candidat a réuni près de 300 000 signatures et plusieurs pages FB ont été ouvertes afin de « protéger le Brésil de Bolsonaro ».

Indignées par les positions misogynes du postulant, les femmes brésiliennes ont décidé de se mobiliser. Selon les derniers sondages, le rejet de l'électorat féminin a atteint 49% et s'est concrétisé par le biais des réseaux sociaux. La page Facebook «Femmes unies contre Bolsonaro» compte plus de 2 millions de membres. Par ailleurs, ce groupe a l'intention d'organiser des manifestations (1)contre le candidat le 29 septembre dans tout le Brésil.

Les organisatrices et les participantes de la plateforme n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Elles ont l'intention de changer le nom du groupe après les élections pour devenir, en fait, un mouvement qui promeut d'autres actions pour les droits des femmes.

 

13.09.18

Festival Biarritz Amérique Latine : cinq films brésiliens en compétition dans la 27è édition du festival du film de Biarritz

cinema biarritz

Du 24 au 30,09.2018

Vitrine reconnue des cinémas latino-américains, le Festival Biarritz Amérique Latine propose trois compétitions de films longs-métrages, courts-métrages, et documentaires.

Les films brésiliens en comptétion en 2018:

Catégorie Longs métrages fiction

DESLEMBRO par Flavia Castro , Brésil, France, Qatar

Catégorie Longs métrages documentaire

BIXA TRAVESTY par Claudia Priscilla et Kiko Goifman, Brésil

Catégorie Courts-métrages

GUAXUMA par Nara Normande, Brésil, France

O ORFAO par Carolina Markowicz, Brésil

REPULSA par Eduardo Moroto, Brésil

Films hors-compétition

BENZINHO, de Gustavo Pizzi, Brésil 

LOS SILENCIOS, de Beatriz Seigner, Brésil, Colombie, France (en présence de la réalisatrice)

Festival Biarritz Amérique Latine

biarritz18

Posté par Fatos e Fotos à 13:23 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,