22.02.18

Économie brésilienne: le commerce extérieur devrait reprendre de la vigueur et contribuer à l'embellie économique

La présence des produits étrangers sur le marché brésilien et l'ouverture du marché étranger aux produits brésiliens interviennent à un moment où l'économie commence à donner les premiers signes de reprise.

L'Indonésie devrait ouvrir son marché de viande bovine au Brésil, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de volaille. Le Brésil exporte à l'Indonésie environ 800 millions d'euros par an en produits agricoles, principalement du soja, du sucre, du coton et du maïs.

En Amérique latine, le Brésil prévoit d'accroître sa présence au Paraguay. Au total, 17 projets ont été approuvés pour ouvrir des usines dans le pays voisin.

Les européens attendent le feu vert concernant la vente de terres aux étrangers opérant dans le secteur de la production, distribution et transmission d'énergie. Le Brésil a reouvert les discussions à propos du sujet de la vente car son objectif est augmenter le nombre d'agents dans ce segment, en particulier celui des énergies renouvelables. La France et l'Italie attendent avec impatience une brèche pour s'y installer sur le sol brésilien et y développer le marché. Le secteur de la vente et de la location de terrains au Brésil est sous le contrôle de l'Incra, institut chargé des acquisitions, et est également réglementé par le Conseil national de sécurité.

Dans le secteur du commerce électronique, le groupe de vente en ligne américain Amazon.com prévoit d'étendre ses activités dans le pays et aurait choisi comme nouvelle adresse le complexe Prologis à Cajamar (SP).

Un autre e-commerce qui est en train de réussir en beauté à São Paulo est celui créé par la française Olivia Camplez. La jeune femme a développé un e-shop qui réunit une vingtaine de marques de beauté exclusives et éthiques et s'est déjà construit une solide réputation. Son concept-store est en train de devenir le plus en vogue dans la mégapole brésilienne.

Posté par Fatos e Fotos à 21:12 - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Basquiat au Brésil :São Paulo, Brasília, Belo Horizonte et Rio reçoivent la plus grande retrospective de Basquiat au Brésil

La première retrospective brésilienne du nord-américain Jean-Michel Basquiat dont le travail vise à traduire l'esprit de la ville de New York dans les années 1970 et 1980 arrive au Brésil.
Gratuite, la mostre sera présentée d'abord au Centro Cultural Banco do Brasil, à São Paulo, et expose 80 œuvres de l'artiste, parmi tableaux, dessins, gravures et céramiques. Toutes les pièces appartiennent à la collection de la famille israélite Mugrabi, l'une de plus grandes dans son genre.

L'exposition de Jean-Michel Basquiat restera dans la capitale paulista jusqu'au 7 avril et ensuite sera présentée à Brasília (du 21/04 au 1/07), Belo Horizonte (du 16/7 au 26/9) et Rio de Janeiro (du 12/10 au 8/1/2019).

12b_880x597

"Procissão", 1986 (image: The Estate of Jean-Michel Basquiat. Licensed by Artestar, New York)

Posté par Fatos e Fotos à 20:25 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12.02.18

Littérature : l'actualité des livres sur l'Amérique latine et le Brésil

Un tour d'horizon littéraire latino-américain. Romans, nouvelles, récits, histoire. Quoi de mieux pour affronter le froid que de partir à la rencontre de personnages tumultueux, ambigus et fascinants. Mais dans ces terres rudes et parfois isolées, les personnages ne font que passer. C'est le paysage qui tient la vedette...Escale en Colombie, en Equateur, en Argentine et au Brésil.

Avec Luisa Ballesteros Rosas pour son livre Las escritoras y la historia de América latina (Editorial de la Universidad del Valle, Colombia), Anne Collin-Delavaud pour son livre Les dynamiques territoriales des régions côtières de l'Equateur au XXe Siècle (L'Harmattan), André Cauty pour son livre Mayas, une forêt pour ra-compter (L'Harmattan) et Jorge Masetti pour le livre de Jorge Ricardo Masetti Avec Fidel et le Che. Ceux qui luttent et ceux qui pleurent (Les Belles Lettres).

Avec Elsa Osorio pour son livre Double fond (éditions Métailié), avec Conceição Evaristo et son troisième roman Insoumises  (éditions Anacaona) qui s'inscrit dans le débat mondial #metoo sur les agressions sexuelles, en donnant la parole aux femmes anonymes, avec Cristina Duarte-Simões et son roman L'écritoire (éditions l'Harmattan), un récit intimiste d'une femme brésilienne vivant en France.

 

unnamed

editions_metailie

Carte_Lecritoire___copie

 

07.02.18

Brésil : la fièvre jaune avance au pays du carnaval

Selon un rapport récent du ministère de la Santé, le Brésil a confirmé 353 cas de fièvre jaune et 98 décès entre le 1er juillet 2017 et le 6 février de cette année.

Le 25 janvier dernier, le gouvernement brésilien a commencé la campagne de vaccination contre la fièvre jaune avec des doses fractionnées de l'agent immunisant dans les États de São Paulo et de Rio de Janeiro. À compter du vendredi 9 février, un nouveau lot de vaccins contre la fièvre jaune du laboratoire Sanofi-Pasteur commencera à être livré dans des cliniques privées dans tout le Brésil, presque un mois plus tôt que prévu.

Bien que le vaccin ait été offert gratuitement dans les réseaux de santé publique, de nombreuses personnes ont préféré se faire vacciner dans les cliniques privées en raison des files d'attente - on a signalé plus de quatre heures d'attente.

São Paulo apparaît toujours comme l'État avec le plus grand nombre de cas de la maladie. En tout, 161 cas confirmés, dont 41 décès. Ensuite, vient Minas Gerais, avec 157 cas confirmés et 44 décès. Rio de Janeiro a 34 cas registrés, dont 12 décès.

Célébrer, malgré tout

Alors que les cas de personnes infectées par la fièvre jaune continuent à progresser dans les trois grands centres urbains brésiliens, le pays se prépare à l'édition 2018 du Carnaval qui aura lieu le 13 février, le deuxième mardi du mois. Ainsi, les défilés des écoles de samba de São Paulo commencent le 9, vendredi, et ceux de Rio le 11, dimanche.

academicos_do_tatuape_alan_morici_g1_alm4931

Andréa Capitulino, rainha de bateria da Tatuapé, desfila pelo Anhembi (Foto: Alan Morici/G1)

Posté par Fatos e Fotos à 20:07 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06.02.18

Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand : surprises, perles rares et nouveautés sont au rendez-vous

Jusqu'au 10/02,2018

Le Brésil sera présent pour cette 40e édition du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, dans la compétition Labo, le creuset des expériences visuelles et sonores les plus aventureuses du festival. Avec la Thaïlande, Israël, le Chili ou encore la Pologne, le Brésil complète cette palette très haute en couleurs.

Pour en savoir + : https://clermont-filmfest.org/  

affiche2018_RVB_BD_1

Posté par Fatos e Fotos à 14:57 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


12.01.18

Bibliothèque brésilienne : 492 confessions d'un tueur à gages de Klester Cavalcanti

492 confessions d'un tueur à gages de Klester Cavalcanti

editions_metailie

Júlio Santana, bon chasseur et bon tireur dans son Amazonie natale, a appris la profession de tueur à gages à 17 ans avec son oncle qui lui assure que, s’il récite dix Ave Maria et vingt Pater Noster après chaque meurtre, il n’ira pas en enfer. Il note soigneusement sur un cahier d’écolier le nom des victimes, le nom des commanditaires, la date et le lieu du crime, ce qui lui a permis de compter 492 personnes au long de 35 années de carrière.

Júlio raconte ses drames, ses rêves, ses faiblesses. C’est un homme sensible, un bon fils, un mari aimant et un père affectueux. Il a pour commanditaires l’armée, des maris jaloux ou des pères vengeurs, des grands propriétaires terriens qui éliminent des syndicalistes ou des “sans terre”.
Pour la première fois, un reportage raconte, avec un grand talent littéraire, la vie surprenante d’un homme que tout destinait à être un pêcheur comme son père et son grand-père, mais qui est devenu le plus grand tueur professionnel connu au monde.

À propos de l'auteur : Klester Cavalcanti est né à Recife en 1969. Grand reporter, il a reçu de nombreux prix internationaux pour son travail de journaliste d’investigation, dont celui de l’agence Reuters, ainsi que le prestigieux prix Jabuti de littérature à trois reprises, notamment en 2012 pour un livre sur son séjour dans une prison syrienne. Il est aussi l’auteur d’un grand reportage sur l’esclavage moderne au Brésil.

Pour en savoir + : www.editions-metailie.com

Femmes & harcèlement : Luttons contre le harcèlement au Brésil, en France et ailleurs

Le 26 janvier 2018 à 19h

Maison de l’Amérique Latine à Paris

Entrée libre

L’association Autres Brésils propose une rencontre avec la réalisatrice brésilienne Paula Sacchetta autour de son projet

« Visages du harcèlement ».

Dans le contexte actuel où le système patriarcal se voit ébranlé par les dénonciations de #MeeToo et une certaine libération de la parole, cette rencontre ouvre le débat à propos du machisme et redonne un espace aux femmes.

En 2016, à bord d’une caravane, Paula Sacchetta sillonne les rues de Rio et de São Paulo, recueillant les témoignages de femmes de milieux et d’origines diverses, aux histoires multiples : gestes déplacés, regards insistants, agressions, viols, incestes, etc. Seules face à la caméra, sans journaliste pour les diriger ou les aiguiller, elles s’expriment comme elles le souhaitent, visage découvert ou masqué, voix naturelle ou trafiquée.

Ce projet, c’est 140 femmes victimes de violences, de 15 à 84 ans, qui brisent le silence et se réapproprient un espace de parole. C’est un documentaire de 82 minutes et un site internet pour permettre à chacune de continuer à témoigner. C’est la porte ouverte à d’autres projets de ce type en France et ailleurs.

Découvrez le projet (en portugais) : https://precisamosfalardoassedio.com

Posté par Fatos e Fotos à 12:57 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03.01.18

Cinéma cubain : Cuba Underground, une série qui explore les cultures alternatives de l'île

AVANT-PREMIÈRE

11 janvier 2018 à 19H

Maison de l'Amérique latine à Paris

Une web-série de dix épisodes (10x6 min) de Juliette Touin, produite par Temps noir, qui explore les cultures alternatives de l'île.

Alors que Cuba s’ouvre au monde, la série Cuba Underground plonge dans les milieux alternatifs de l’île, à la rencontre d’une nouvelle génération rebelle. Aux frontières de la légalité, skateurs, graffeurs, métalleux, et tatoueurs détournent les symboles et adaptent les nouvelles tendances pour refaire de La Havane l’une des capitales culturelles du monde.

INFOS PRATIQUES

TEMPS NOIR PRODUCTION

Réservation indispensable à production@tempsnoir.com

163417_01_11_cuba_underground_1170_2_3

 

Copyright: Cuba Underground

Posté par Fatos e Fotos à 13:26 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Photographie brésilienne: Momentos cariocas à la Maison européenne de la photographie

Du 17 janvier au 25 février 2018

La MEP de Paris expose le travail de la photographe brésilienne Eugenia Grandchamp des Raux, Momentos Cariocas, qui plonge au coeur du carnaval brésilien.

Pour la photographe, passionnée de danse, le flou est la manière la plus appropriée de retranscrire le sens du mouvement et d'en faire émaner toute sa poésie. Elle saisi les moments festifis et hautement colorés. Ses images font voyager dans le temps et l'espace, par une vision contemporaine, et témoignent  d'un désir profond de redonner à un instantané le mouvement que l'on a vu et le rêve que l'on a perçu.

eugenia

Copyright: Eugenia Grandchamp des Raux

16.12.17

Benjamin Péret, un surréaliste au Brésil par Barthélémy Schwartz aux éditions Libertalia

Les éditions Libertalia viennent de publier un essai biographique de Barthélémy Schwartz consacré à Benjamin Péret, l'astre noir du surréalisme. Sur l'itinéraire poétique et politique de Péret et les enjeux utopiques du surréalisme, deux chapitres sont consacrés aux séjours de Péret au Brésil (années 30 / années 50).

En 1955, Péret profita d’un voyage de plusieurs mois au Brésil pour poursuivre, au contact des Indiens, sa réflexion sur les mythes afin d'étoffer son Anthologie qui finira par paraître en 1960.

Il s’intéressait aux conditions sociales et culturelles qui avaient favorisé la création des mythes, et aux raisons de leur fossilisation par la suite dans les dogmes religieux. Il mettait en relation les mythes primitifs avec la très faible division du travail chez les Indiens, et au fait que les principaux besoins étaient en grande partie satisfaits.

Au Brésil, il espérait bien enrichir l’anthologie de nouveaux récits et légendes, mais aussi rencontrer des Indiens contemporains, sans doute parmi les derniers représentants des peuples restés à l’écart du monde dit « moderne ». Par avion, le poète surréaliste a traversé le sertão, a fait une brève escale en Goiânia et puis est reparti vers le village de Chavantina afin de rejoindre les indiens Chavantes. Ensuite, il a rencontré les Carajás de l’île de Bananal.

Au contact des Indiens, au cœur de la forêt amazonienne, Benjamin Péret a renoué un moment avec l’utopie d’un âge d’or qu’il avait, en quelque sorte, presque touché de la main. C’était peut-être la chose la plus précieuse qu’il rapporterait de son voyage au Brésil.

Pour en savoir + : http://www.editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/benjamin-peret-l-astre-noir-du-surrealisme

libertalia_benjaminperet_couv_WEB_RVB