01.07.19

Rencontres d'Arles: 50 ans d'une aventure photographique

Du 1er juillet au 22 septembre 2019

Arles fête ses 50 ans. Toute une histoire qui a vu défiler le monde de la photographie. Sous l’œil vigilant de ses fondateurs – Lucien Clergue, Jean‐Maurice Rouquette et Michel Tournier – la ville est devenue au fil du temps le lieu des découvertes, des surprises, des débats et même des scandales photographiques.

La plupart des photographes y sont un jour passés, et pour beaucoup, exposer à Arles a changé le cours de leur carrière. Se replonger dans la collection des Rencontres d'Arles aujourd’hui, c’est revivre un peu de l’histoire de la photographie. 

À l’occasion du cinquantenaire, un travail inédit d’identification, de classement, d’inventaire a été réalisé afin de transformer l’archive en mémoire, pour que demain, chacun puisse consulter le fonds des Rencontres d'Arles et en reparcourir l’histoire. La présente exposition, ainsi que les deux publications qui l’accompagnent sont un premier pas vers une meilleure connaissance du rôle qu'a joué le festival dans la vie de nombreux passionnés de photographie. 

LANCEMENT DU PROGRAMME WOMEN IN MOTION

Kering et les Rencontres d’Arles sont heureux d’annoncer leur partenariat et le lancement à Arles du programme Women In Motion. Initié en 2015 par Kering, partenaire du Festival de Cannes, Women In Motion s’associe aux Rencontres d’Arles avec pour ambition de mettre en lumière le travail des femmes dans le monde de la photographie. 

Décerné le mardi 2 juillet au cours d’une soirée au théâtre Antique d’Arles, le Prix Women In Motion pour la photographie, doté d’un montant de 25 000 euros en acquisition d’œuvres pour la collection des Rencontres d'Arles, viendra tout d’abord saluer la carrière d’une femme photographe remarquable. 

Kering et les Rencontres d’Arles lanceront par ailleurs le Women In Motion LAB qui sera dédié, les premières années, à un programme de recherche sur la place des femmes dans l’histoire mondiale de la photographie. Enfin, Women In Motion prolongera son soutien au Prix de la Photo Madame Figaro Arles qui vient récompenser un jeune talent féminin. 

LE BRESIL DANS L'EDITION 2019

COLLECTIF IANDE

Les oeuvres de douze photographes (11 Brésiliens et une Française installée au Brésil) du collectif Iandé intègre le volet
« What’s going on in Brazil ? » de l’exposition « Hey ! What’s Going On? », organisée en collaboration avec la Fondation Manuel Rivera Ortiz pour la photographie et le film documentaire.

Fondé par Glaucia Nogueira et Isabel Brossolette, le collectif Iandé a pour vocation de diffuser la photobrésilienne à l’étranger.

Avec la participation des Brésiliens Luiz Baltar, Dayan de Castro, Fran Favero, Ana Carolina Fernandes, Felipe Fittipaldi, Pedro Kuperman, Daniel Marenco, Janine Moraes, Shinji Nagabe, Simone Rodrigues et Karime Xavier, et de la Française Elsa Leydier.

SHINJI NAGABE

Né en 1975 à Terra Roxa, Brésil. Vit et travaille à Paris, France. 

LA RÉPUBLIQUE DES BANANES 

Plusieurs événements récents à travers le monde semblent nous avoir mis dans un état de suspension de la réalité. La République des Bananes est une réponse à cet état de désillusion et de désenchantement politique et social. Le réalisme surréaliste de la série est basé sur des faits existants, mais extrapolés au même niveau de fantaisie que tant de discours récents. L'état créé par Shinji Nagabe se trouve sous le joug d'un dictateur cruel et populiste. La banane est utilisée pour aveugler et censurer, alors que des groupes de résistance s’en servent pour fabriquer des armes et des bombes artisanales. Cette réponse viscérale ouvre la voie à une guérilla entre les rebelles et le gouvernement à la vision rétrograde et conservatrice. Les transformations sociales et politiques récemment vécues dans tant de pays se retrouvent dans La République des Bananes. Le plongeon dans cette république fictive et sa fantaisie tropicale acide nous fait réfléchir sur le rôle de chacun dans les directions choisies pour nos communautés et celles que nous serons amenés à choisir dans le futur. 

VIK MUNIZ

Né en 1961 à São Paulo, Brésil. Vit et travaille à New York, États-Unis. 

IMAGINARIA

AVIGNON COLLECTION LAMBERT

Dans le cadre du Grand Arles Expres, auquel la Collection Lambert s’est associée dès sa création en 2016, le célèbre artiste brésilien Vik Muniz revient dans la cité papale huit ans après sa grande exposition monographique pour y présenter une série d’œuvres inédites en Europe. Intitulée Imaginaria, la série exposée à la Collection Lambert se compose de 15 photographies figurant des Saints tels qu’ils ont été représentés par les plus grands artistes : depuis la Sainte Agnès de Simon Vouet à la Sainte Augustine de Philippe de Champaigne en pas‐ sant par le Saint Sébastien de Jose de Ribeira. À travers cette nouvelle série, Vik Muniz poursuit ses recherches en questionnant la fascination exercée par les saints à travers l’histoire de leur représentation en art, et vient par là même interroger la relation qu’entretiennent les œuvres d’art avec la notion de sacré. 

Du 1er juillet - 22 septembre 2019

LUDOVIC CARÈME 

Né en 1967 à Paris, France. Vit et travaille à Paris. 

BRÉSILS 

MARSEILLE FRICHE LA BELLE DE MAI

Ludovic Carème a exploré une favela condamnée à la destruction par la spéculation immobilière et s’est confronté au quotidien de ses habi‐ tants en sursis sur une période de plus de 2 ans. Ce travail l'a incité à s'enfoncer plus profondément dans la faille qui sépare la classe domi‐ nante et ses victimes. Puis il a remonté les courants jusqu'à la région de l'Acre à la rencontre des seringueiros, les récolteurs de caoutchouc. Ces descendants de paysans miséreux du Nordeste, envoyés par les autorités vers la forêt amazonienne pour reprendre la production de caoutchouc au début de la seconde guerre mondiale, se sont souvent mélangés avec les populations Kaxinawas, Asháninkas, Jaminawas et ont aussi été exploités et décimés. Aujourd’hui quelques tribus vivent encore en harmonie avec la forêt grignotée par ces descendants des soldats du caoutchouc, manipulés par la puissance de l'industrie agro‐alimentaire. 

Jusqu'au 29 septembre 2019

arles 2019

 

Posté par Fatos e Fotos à 16:30 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


05.07.18

Rencontres d'Arles : la 49è édition s'affirme comme un observatoire de la création actuelle

Jusqu'au 23,9.2018

Cette année, l'Amérique-latine sera représentée par la photographe mexicaine Monica Alcazar-Duarte et par le brésilien Bruno Morais.

MONICA ALCAZAR-DUARTE / ASCENSION

Ascensionprésente des images des chercheurs et des centres de recherche scientifique à travers l’Europe dans une installation interactive. Les images sont accompagnées d’un environnement sonore comprenant des textes de Frank White, célèbre philosophe et théoricien de l’espace. 

CRISTINA DE MIDDEL & BRUNO MORAIS / MINUIT À LA CROISÉE DES CHEMINS 

Avec Minuit à la croisée des chemins, Cristina de Middel et Bruno Morais nous entraînent dans l’univers d’Ésù, la force dynamique qui dirige tous les mouvements de la vie. Ésù est l’unique messager entre les dieux et les hommes, et est le premier à être invoqué dans les cérémonies. Il est le gardien des ruelles, de la croisée des chemins, et des marchés. Ce voyage nous guide jusqu’aux racines les plus profondes de la spiritualité africaine, le long de quatre rivages stratégiques : celui du Bénin, de Cuba, du Brésil et de Haïti. 

arles 2018

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:51 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31.05.18

Maison Européenne de la photographie : MEMORIA, photographies de James Nachtwey

Jusqu'au 29,07.2018

L'exposition Memoria rassemble les images de celui que l’on peut considérer comme le photoreporter le plus prolifique de ces dernières décennies, un observateur exceptionnel de notre monde contemporain et probablement l’un de ses témoins les plus clairvoyants.

James Nachtwey, dont la carrière est jalonnée par de nombreux prix et récompenses dans des domaines variés, est mondialement reconnu comme l’héritier de Robert Capa.

Sa force morale et ses engagements sociaux et civils l’ont mené à consacrer sa vie entière à la photographie documentaire. Il n’a de cesse de photographier la douleur, l’injustice, la violence et la mort. Mais pour que jamais ne soient oubliées la souffrance et la solitude humaines, il crée des images d’une beauté vertigineuse, impeccablement cadrées et éclairées, et aux effets quasi cinématographiques. L’extraordinaire beauté et l’infinie tendresse qui en émanent sont autant de moyens de lutter et de résister.

James Nachtwey dépeint la guerre depuis 40 ans, montrant sans détour le sort des populations qui en font la terrible expérience. Ses images révèlent une humanité mutilée par la violence, dévastée par les maladies et la faim, une humanité qui, par nature, semble se fourvoyer.

« J’ai été un témoin. Un témoin de ces gens à qui l’on a tout pris – leurs maisons, leurs familles, leurs bras et leurs jambes, et jusqu’au discernement. Et pourtant, une chose ne leur avait été soustraite, la dignité, cet élément irréductible de l’être humain. Ces images en sont mon témoignage. » James Nachtwey

jn04-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000-lazyload-0-responsive-Array

Afghanistan, Kaboul, 1996 © James Nachtwey Archive, Hood Museum of Art, Dartmouth


16.04.18

Journée de la Terre : Une vente de photos d’art pour sensibiliser le public à la problématique de l’eau

La journée de la Terre est célébrée le 22 avril depuis 1970. Elle nous rappelle l'interdépendance qui existe entre l'être humain, les autres espèces vivantes et la planète sur laquelle nous vivons.

A l’occasion de la journée de la Terre, ArtPhotoLimited s'associe à l'ONG  Surfrider, acteur européen de la préservation des océans ainsi que des littoraux, pour organiser une vente de photographies sur le thème de la Mer. Tous les bénéfices récoltés lors de cette opération seront entièrement reversés à Surfrider.

Pour sensibiliser le public à la problématique de l’eau, le site ArtPhotoLimited a décidé de mettre en vente une série de photos consacrée à cette ressource autour de trois déclinaisons : 

- L’impact de la montée des eaux dans les pays en développement avec l’exemple du Bangladesh ;

- La problématique des déchets aquatiques;

- La sauvegarde des Océans

Découvrez les photographes de notre sélection : 

Nick Pumphrey : Photographe britannique passionné par les océans et les sports de glisse, Nick sillonne le globe de l’Australie à l’Islande. Dans sa série engagée « Trash », il propose une vision sublimée mais dérangeante de la pollution marine. 
Jashim Salam : Né et basé au Bangladesh actuellement très touché par la montée des eaux due au réchauffement climatique. Jashim, photographe documentaire choisit sa famille et les habitants de son quartier pour dresser des portraits submergés saisissants. 
Damien Poullenot : Ancien body-boarder accompli et amoureux des vagues. Damien Poullenot est l’un des photographes français les plus doués de sa génération pour représenter des scènes magistrales de notre océan.

the-woman-and-her-basket

The woman and her basket ©Nick Pumphrey

life-in-flood

Life in Flood © Jashim Salam

aspiration

Aspiration ©Damien Poullenot

Posté par Fatos e Fotos à 13:45 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17.03.18

Photographie : Olivia Gay et la représentation féminine à la MEP

MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE - Paris

ENVISAGÉES

Jusqu'au 20,5.2018

Le travail d’Olivia Gay s’articule autour de la représentation féminine. La MEP confronte dans cette exposition des photographies de séries différentes, dans lesquelles la figure féminine se trouve, volontairement ou non, en marge de la société.

Olivia Gay s’intéresse aux postures, aux gestes et aux regards des corps qu’elle photographie. L’importance toute particulière de la lumière et de la couleur, l’utilisation de costumes et d’un fond neutre permet de décontextualiser la photographie, donnant une valeur iconique et intemporelle aux clichés.

o_gay_2013_

 

©Olivia Gay, Doméstica, Rio de Janeiro, 2013

13.03.18

Photographie : Bettina Rheims, « Vous êtes finies, douces figures »

Du 20,3 au 3,6.2018

Musée du Quai Branly – Paris

Le Quai Branly présente l'exposition « Vous êtes finies, douces figures » de la photographe française Bettina Rheims. Lors de cette exposition on découvrira des polaroïds inédits, les portraits d'activistes Femen et les sculptures africaines réalisées par la photographe portraitiste.

L'exposition célèbre le féminin dans toute son splendeur, de l'engagement politique au pouvoir en passant par le nu, élément central du décor qui met en lumière la beauté intérieure que l'on ne trouve pas sur papier glacé.

unnamed

 

©Bettina Rheims 

Posté par Fatos e Fotos à 17:15 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08.11.17

Photographies : Exposition Images voyageuses, photographies brésiliennes en France

Jusqu’au 14 novembre

Au Brésil, en dehors de quelques expériences éphémères, ce n’est qu’en 1923 qu’un collectif de photographes amateurs propose un vrai projet de diffusion d’art photographique. Le « Photo Club Brasileiro » basé à Rio de Janeiro, publie la revue
« Photogramma » entre 1926 et 1931, organise des expositions ainsi que le premier salon national en 1940.
À São Paulo, le «Foto Cine Clube Bandeirante », créé en 1939, propose dès 1942 le « Salão Paulista » et des expositions internationales à partir de 1946, s’affirmant rapidement comme la référence de la photographie artistique brésilienne, notamment grâce à la diffusion de son « Boletim ».
La Société française de photographie (SFP) organise le Salon international d’art photographique depuis le début du XXe siècle. L’édition de 1946 coïncide avec la première contribution des photographes brésiliens.
Les images présentées à la Fondation Calouste Gulbenkian correspondent à une partie des 52 photographies envoyées par les photographes de São Paulo à l’appel de la SFP. Vingt-et-une d’entre-elles furent présentées lors du 39e Salon international de 1951. Ce circuit d’échange international s’est figé et ces fonds sont devenus partie intégrante des collections de la SFP. Qu’elles aient été admises ou refusées, ces œuvres contiennent des éléments indispensables à la compréhension des accomplissements, des échecs et des limites de l’une de plus importantes générations d’artistes photographes du Brésil.

Fondation Calouste Gulbenkian - Paris

Posté par Fatos e Fotos à 12:31 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18.09.17

Boutographies: appel à candidatures 2018

bouto

Posté par Fatos e Fotos à 12:33 - Permalien [#]
Tags : , , ,