26.10.16

Brésil : Gontran Guanaes Netto, peintre brésilien, exprime son combat en faveur des Paysans

GGN3

Les damnés de la terre

Exposition jusqu'au 3 décembre à l’Orangerie de Cachan

Vernissage le jeudi 3 novembre à 19h

Les paysans de Gontran Guanaes Netto viennent d’ailleurs, de latitudes lointaines mais aussi d’un temps immémorial, bien avant que n’adviennent les tracteurs, les pesticides, les OGM, l’agro-alimentaire, la grande distribution, les quotas et tout ce dont il est question aujourd’hui.

Artiste engagé depuis toujours, Gontran Guanaes Netto exprime son combat en faveur de ces symboliques paysans sans terre du Brésil, qui attendent depuis toujours une reforme agraire qui tarde à venir.

Mais, issu lui-même d’une famille de travailleurs ruraux, Netto reste fidèle à ses origines. En peignant inlassablement ces
« damnés de la terre » – comme il aime les intituler – ce sont ses souvenirs d’enfance qu’il essaye de faire remonter à la surface de la toile. La peinture est le récit de la mémoire, imprégnée de la nostalgie du pays distant, autant dans l’espace que dans le temps.

Mais la nostalgie de Netto n’est-elle pas, aujourd’hui, celle de l’humanité toute entière ? Cette exposition pourra permettre d’enrichir le débat et la réflexion sur les différentes alternatives de société qui s’offrent à nous.

Autour de l’exposition trois films seront diffusés en lien avec l’exposition le mardi 8 novembre à 20h30 au cinéma La Pléiade de Cachan :

Liberté (7mn) - Un film de Paul Redman qui raconte l’histoire des Quilombolas, communauté afro-brésilienne descendant des esclaves.

Les guerrières du Babassu (7mn) - de Paul Redman raconte l’histoire de ces femmes qui vivent de la collecte de noix de babassu au nord-est du Brésil.

Hautes terres (1h27) - Un film de Marie-Pierre Brêtas.

Gontran Guanaes Netto a réalisé des expositions individuelles en divers pays : Cuba, France, Allemagne, Espagne, Brésil, Italie, Bulgarie, Liban, Suède, Nicaragua, Mexique, États-Unis, Uruguay... Il vit et travaille à Cachan depuis 2011.

GGN2

GGN1

Posté par Fatos e Fotos à 14:08 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07.07.16

Oscar Araripe: 25 anos da Galeria Oscar Araripe

araripe

 

 

Link para ver as telas disponíveis: http://www.oscarararipe.com.br/pags/index.php/119?idioma=2&idioma=2

Posté par Fatos e Fotos à 11:51 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17.06.16

SP-Arte/Foto chega a sua décima edição e consolida nova era da fotografia nacional

15.06.2016 – 11h30

Criada em 2007, a SP-Arte/Foto se consolidou como a principal feira de fotografia do circuito brasileiro, ao estabelecer e retomar tendências no mercado da fotografia. Essa história chega a sua décima edição em 2016, entre os dias 25 e 28 de agosto no JK Iguatemi, trazendo as principais galerias do setor no país.

Ao longo dessa trajetória, o evento já recebeu cerca de 80 mil pessoas em suas nove edições até o momento. A lista de notáveis nomes do cenário nacional e internacional da fotografia que passaram pela SP-Arte/Foto é extensa: de artistas brasileiros como Claudia Andujar, Hildegard Rosenthal, Miguel Rio Branco e Rochelle Costi, a estrangeiros como Elliott Erwitt, José Manuel Ballester e Martin Parr, passando por curadores e profissionais como Jean-Luc Monterosso (Maison Européenne de la Photographie), Mark Lubell (Magnum Photos), Sarah Meister (MoMA), Peter MacGill (Pace/MacGill) e Shoair Mavlian (Tate Modern), além de pesquisadores, críticos, jornalistas e entusiastas da fotografia.

Em suas mais recentes edições, a Feira buscou expandir seus limites e renovar sua experiência com o público.

Lançamentos de livros destacaram artistas como Bob Wolfenson, Claudia Jaguaribe, German Lorca e Pedro Martinelli; séries de debates trouxeram, a partir de 2010, nomes como Cristiano Mascaro, Giselle Beiguelman, João Farkas e Sergio Burgi; e o Circuito JK Iguatemi inaugurou, em 2015, exposições de obras de galerias participantes em lojas do shopping, além de cardápios e descontos exclusivos em restaurantes durante a semana da Feira.

destaque-ensaio-880x448

Posté par Fatos e Fotos à 11:06 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


08.06.16

Economie : un train nommé Brésil sur le chemin de la récession

La Banque mondiale prévoit déjà trois années de récession au Brésil. La crise politique est l'une des raisons de l'aggravation des prévisions de la Banque mondiale pour l'économie brésilienne.

« Le Brésil va souffrir d'une contraction de 4% en 2016 et la récession se poursuivra en 2017. Cela entraînera la hausse du chômage, la baisse des revenus réels et l'incertitude politique », a expliqué le rapport de la Banque mondiale. Le PIB du Brésil a diminué de 3,7% en 2015.

Posté par Fatos e Fotos à 14:15 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Quatre photographes du Brésil à découvrir à la Maison européenne de la photographie

Du 15 juin au 28 août 2016

Dès le 15 juin et pour tout l’été, la Maison Européenne de la Photographie inaugure une saison brésilienne inédite.

Les quatre expositions présentées mettent en avant la richesse et la diversité de la production photographique dans un pays où la culture se nourrit de contrastes et de métissage.

Le photographies en noir et blanc, graphiques et énigmatiques, de Marcel Gautherot, magnifient l’architecture moderniste de Brasilia, tandis que les images colorées de Joaquim Paiva s’attachent à montrer l’autre Brasilia, celle des constructions éphémères, baraquements fragiles et bigarrés où vivait un peuple d’ouvriers qui construisaient la ville moderne.

Celso Brandão, cinéaste et photographe, propose quant à lui une vision ethnographique et sensible du pays, interrogeant les coutumes, les légendes et les rituels de la population d’un état du nord-est du Brésil, Alagoas. Enfin, les créations originales de Vik Muniz, issues de la collection de Géraldine et Lorenz Bäumer, réinterprètent des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art à travers un jeu d’échelles qui confère à ces étonnantes compositions différents niveaux de lecture.

mep1

mep2

mep3

mep4

Posté par Fatos e Fotos à 13:07 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01.06.16

Kéro, l'histoire d'un gamin des rues, aux éditions Anacaona

Kéro est un gamin des rues et un fils de pute – littéralement. Livré à lui même dans les rues du port de Santos (Brésil), il raconte la cruauté et la brutalité de son quotidien. Élevé par une maquerelle, entouré de putes, de flics pourris, de matons pervers et d’enfants aussi abandonnés que lui, il sait qu’il n’a aucune chance de s’en sortir.

« La vie, c’est comme ça : soit tu nais sous une bonne étoile, soit tu nais dans la merde. Dès le départ, y a ceux qu’ont tout et y a ceux qui s’en prennent plein la gueule. »

Roman ou reportage ? La frontière est floue… Kéro sonne terriblement vrai. L’auteur, Plinio Marcos, était un Brésilien libre et bohème surnommé le « dramaturge maudit ». Il a été fortement censuré pendant la dictature militaire.

Kéro, un reportage maudit est aujourd’hui considéré comme l’un des romans fondateurs de la littérature marginale brésilienne.

Kero-un-reportage-maudit-Plinio-marcos-570x708

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:30 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18.05.16

Festival de Cannes 2016: Aquarius, du réalisateur brésilien Kleber Mendonça Filho, est en compétition à Cannes

Entre passé et avenir

Aquarius dresse le portrait de Clara (Sônia Braga), une sexagénaire issue de la bourgeoisie, qui refuse de quitter l'appartement où elle réside depuis des années, dans une résidence - qui donne d'ailleurs son titre au film - située non loin des plages de Recife. L'immeuble en question suscite la convoitise d'un jeune promoteur immobilier qui aimerait bien rénover l'endroit. Celui-ci propose donc à Clara un très bon prix pour racheter son appartement. Mais elle campe sur ses positions et se retrouve confrontée à une pression qui ébranle ses certitudes.

Avec ce film divisé en trois chapitres, Kleber Mendonça Filho s'interroge sur les contradictions et les profondes mutations de la société brésilienne actuelle, à cheval entre le poids du passé et son désir de changement.  

Kleber Mendonça Filho est un réalisateur brésilien né à Recife, nord-est du Brésil. Formé au journalisme, il devient critique de cinéma et programmateur, avant de réaliser ses propres films.

Il sort son premier long métrage en 2012, Les Bruits de Recife, et reçoit un accueil très positif de la critique internationale - notamment du journaliste A. O. Scott du New York Times, qui le classe dans les meilleurs films de l'année 2012.

Mendonça cherche avec ses films à produire des images de sa ville natale, qu'il affectionne particulièrement, et à les faire voyager hors des frontières du Brésil.

Aquarius-de-Kleber-Mendonca-Filho