01.07.19

Déforestation : les entreprises ne respectent pas leurs engagements et détruisent l'environnement

Cargill, Bunge, Unilever, Mars, Nestlé, Burger King parmi d'autres [1] maintiennent la production de soja en provenance de la déforestation. Au Brésil, la savane a perdu 2,8 millions d'hectares de forêts primaires.

Au moins 50 millions d'hectares de forêts auront été détruits dans le monde par la production de soja entre 2010 et 2020, une période au cours de laquelle les entreprises se sont engagées à mettre fin à la déforestation dans leurs chaînes de production.

Cette estimation fait partie du rapport Contage Régressive de l'Extinction du Greenpeace international. En 2010, les plus grandes marques de consommation mondiales, telles que Nestlé, Mondelez et Unilever, se sont engagées à mettre fin à la déforestation d'ici 2020 par un «approvisionnement responsable» en bétail, huile de palme, soja et autres produits de base.

Depuis 2010, la production et la consommation de produits agricoles liés à la déforestation, tels que le bétail, le soja, l'huile de palme, le caoutchouc et le cacao, ont considérablement augmenté. Quatre vingt pour cent (80%) de la déforestation mondiale résulte directement de la production agricole. Au Brésil, la savane a perdu 2,8 millions d'hectares de forêts naturelles et 1,8 million d'hectares de pâturages naturels entre 2010 et 2017, les principales menaces provenant des exploitations de soja et de l'élevage.

Au début de 2019, Greenpeace a écrit à plus de 50 entreprises leur demandant de présenter leurs progrès pour mettre fin à la déforestation en faisant connaître leurs fournisseurs de produits de base. Parmi les rares entreprises ayant diffusé l'information, tous les fournisseurs ou producteurs étaient impliqués dans la déforestation. En outre, aucune entreprise n'a été en mesure de démontrer un effort significatif pour se conformer à l'accord.

unnamed

Photo: Greenpeace

[1] Parmi les entreprises citées, se trouvent :

Entreprises de biens de consommation: Unilever, Mars, Nestlé, Mondelez, Procter & Gamble, Kellogg, Danone

Détaillants: Walmart, Tesco, Carrefour, Casino, Metro, Ahold Delhaize

Fast food: McDonald's, Yum! (KFC), Burger King, Subway

Producteurs de viande : Tyson, Danepak, JBS, Marfrig, Danish Crown

Entreprises laitières: Arla, Dairy Crest, FrieslandCampina

Commerçants de commodities: Cargill, ADM, Bunge, Wilmar, Louis Dreyfus, Cofco



Posté par Fatos e Fotos à 20:22 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Rencontres d'Arles: 50 ans d'une aventure photographique

Du 1er juillet au 22 septembre 2019

Arles fête ses 50 ans. Toute une histoire qui a vu défiler le monde de la photographie. Sous l’œil vigilant de ses fondateurs – Lucien Clergue, Jean‐Maurice Rouquette et Michel Tournier – la ville est devenue au fil du temps le lieu des découvertes, des surprises, des débats et même des scandales photographiques.

La plupart des photographes y sont un jour passés, et pour beaucoup, exposer à Arles a changé le cours de leur carrière. Se replonger dans la collection des Rencontres d'Arles aujourd’hui, c’est revivre un peu de l’histoire de la photographie. 

À l’occasion du cinquantenaire, un travail inédit d’identification, de classement, d’inventaire a été réalisé afin de transformer l’archive en mémoire, pour que demain, chacun puisse consulter le fonds des Rencontres d'Arles et en reparcourir l’histoire. La présente exposition, ainsi que les deux publications qui l’accompagnent sont un premier pas vers une meilleure connaissance du rôle qu'a joué le festival dans la vie de nombreux passionnés de photographie. 

LANCEMENT DU PROGRAMME WOMEN IN MOTION

Kering et les Rencontres d’Arles sont heureux d’annoncer leur partenariat et le lancement à Arles du programme Women In Motion. Initié en 2015 par Kering, partenaire du Festival de Cannes, Women In Motion s’associe aux Rencontres d’Arles avec pour ambition de mettre en lumière le travail des femmes dans le monde de la photographie. 

Décerné le mardi 2 juillet au cours d’une soirée au théâtre Antique d’Arles, le Prix Women In Motion pour la photographie, doté d’un montant de 25 000 euros en acquisition d’œuvres pour la collection des Rencontres d'Arles, viendra tout d’abord saluer la carrière d’une femme photographe remarquable. 

Kering et les Rencontres d’Arles lanceront par ailleurs le Women In Motion LAB qui sera dédié, les premières années, à un programme de recherche sur la place des femmes dans l’histoire mondiale de la photographie. Enfin, Women In Motion prolongera son soutien au Prix de la Photo Madame Figaro Arles qui vient récompenser un jeune talent féminin. 

LE BRESIL DANS L'EDITION 2019

COLLECTIF IANDE

Les oeuvres de douze photographes (11 Brésiliens et une Française installée au Brésil) du collectif Iandé intègre le volet
« What’s going on in Brazil ? » de l’exposition « Hey ! What’s Going On? », organisée en collaboration avec la Fondation Manuel Rivera Ortiz pour la photographie et le film documentaire.

Fondé par Glaucia Nogueira et Isabel Brossolette, le collectif Iandé a pour vocation de diffuser la photobrésilienne à l’étranger.

Avec la participation des Brésiliens Luiz Baltar, Dayan de Castro, Fran Favero, Ana Carolina Fernandes, Felipe Fittipaldi, Pedro Kuperman, Daniel Marenco, Janine Moraes, Shinji Nagabe, Simone Rodrigues et Karime Xavier, et de la Française Elsa Leydier.

SHINJI NAGABE

Né en 1975 à Terra Roxa, Brésil. Vit et travaille à Paris, France. 

LA RÉPUBLIQUE DES BANANES 

Plusieurs événements récents à travers le monde semblent nous avoir mis dans un état de suspension de la réalité. La République des Bananes est une réponse à cet état de désillusion et de désenchantement politique et social. Le réalisme surréaliste de la série est basé sur des faits existants, mais extrapolés au même niveau de fantaisie que tant de discours récents. L'état créé par Shinji Nagabe se trouve sous le joug d'un dictateur cruel et populiste. La banane est utilisée pour aveugler et censurer, alors que des groupes de résistance s’en servent pour fabriquer des armes et des bombes artisanales. Cette réponse viscérale ouvre la voie à une guérilla entre les rebelles et le gouvernement à la vision rétrograde et conservatrice. Les transformations sociales et politiques récemment vécues dans tant de pays se retrouvent dans La République des Bananes. Le plongeon dans cette république fictive et sa fantaisie tropicale acide nous fait réfléchir sur le rôle de chacun dans les directions choisies pour nos communautés et celles que nous serons amenés à choisir dans le futur. 

VIK MUNIZ

Né en 1961 à São Paulo, Brésil. Vit et travaille à New York, États-Unis. 

IMAGINARIA

AVIGNON COLLECTION LAMBERT

Dans le cadre du Grand Arles Expres, auquel la Collection Lambert s’est associée dès sa création en 2016, le célèbre artiste brésilien Vik Muniz revient dans la cité papale huit ans après sa grande exposition monographique pour y présenter une série d’œuvres inédites en Europe. Intitulée Imaginaria, la série exposée à la Collection Lambert se compose de 15 photographies figurant des Saints tels qu’ils ont été représentés par les plus grands artistes : depuis la Sainte Agnès de Simon Vouet à la Sainte Augustine de Philippe de Champaigne en pas‐ sant par le Saint Sébastien de Jose de Ribeira. À travers cette nouvelle série, Vik Muniz poursuit ses recherches en questionnant la fascination exercée par les saints à travers l’histoire de leur représentation en art, et vient par là même interroger la relation qu’entretiennent les œuvres d’art avec la notion de sacré. 

Du 1er juillet - 22 septembre 2019

LUDOVIC CARÈME 

Né en 1967 à Paris, France. Vit et travaille à Paris. 

BRÉSILS 

MARSEILLE FRICHE LA BELLE DE MAI

Ludovic Carème a exploré une favela condamnée à la destruction par la spéculation immobilière et s’est confronté au quotidien de ses habi‐ tants en sursis sur une période de plus de 2 ans. Ce travail l'a incité à s'enfoncer plus profondément dans la faille qui sépare la classe domi‐ nante et ses victimes. Puis il a remonté les courants jusqu'à la région de l'Acre à la rencontre des seringueiros, les récolteurs de caoutchouc. Ces descendants de paysans miséreux du Nordeste, envoyés par les autorités vers la forêt amazonienne pour reprendre la production de caoutchouc au début de la seconde guerre mondiale, se sont souvent mélangés avec les populations Kaxinawas, Asháninkas, Jaminawas et ont aussi été exploités et décimés. Aujourd’hui quelques tribus vivent encore en harmonie avec la forêt grignotée par ces descendants des soldats du caoutchouc, manipulés par la puissance de l'industrie agro‐alimentaire. 

Jusqu'au 29 septembre 2019

arles 2019

 

Posté par Fatos e Fotos à 16:30 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01.02.19

Fiesta Gráfica : Vingt-six graphites latino-américains invités par Michel Bouvet

Maison de l'Amérique latine - Paris

Du 15 février au 7 mai 2019 

Cette exposition présente les productions de vingt-six graphistes latino-américains – dont onze travaillent au sein d’ateliers collectifs – que Michel Bouvet a invités en France, en regard de son œuvre graphique et photographique liée à l’Amérique latine.

L’exposition Fiesta Gráfica réunit une sélection significative d’affiches et de productions graphiques provenant de 9 pays différents. Les brésiliens Bebel Abreu, Kiko Far-kas et Rico Lins font partie de la sélection.

unnamed

Démocratie: Dialogue entre Fernando Henrique Cardoso et Alain Touraine

L'ORDRE CONTRE LA DÉMOCRATIE ? FERNANDO HENRIQUE CARDOSO  ET ALAIN TOURAINE

14,01.2019 à 19H 

Maison de l'Amérique latine - Paris

La transition démocratique qui s’est opérée en Amérique latine dans les années 1980 et 1990 avait trouvé dans le Brésil une de ses illustrations les plus complexes et les plus accomplies. Avec les doubles présidences de Fernando Henrique Cardoso et de Lula le pays semblait suivre une courbe ascendante alliant stabilité politique, progrès social et insertion prometteuse dans la globalisation, malgré la corruption et les violences.

La courbe s’est inversée et l’élection de Jair Bolsonaro projette le  Brésil dans le tsunami planétaire des nationalismes autoritaires qui, avec une grande brutalité, remettent en question la démocratie.

Depuis plus de cinq décennies, Fernando Henrique Cardoso et Alain Touraine entretiennent un dialogue sur les questions de la démocratie, des acteurs sociaux, politiques et historiques, des droits humains, de la dépendance et de la globalisation. Ils proposent ici de réexaminer ces questions dans un contexte bouleversé et devant un horizon très incertain…

Fernando Henrique Cardoso, président de la République du Brésil entre 1995 et 2003, est aussi un sociologue de renommée mondiale.


Alain Touraine est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). L'ensemble de son œuvre constitue une sociologie de l'action, des mouvements sociaux et du Sujet. L'Amérique latine a occupé et continue d'occuper une place majeure dans sa pensée et dans sa vie.

Alain Rouquié est universitaire et diplomate, ambassadeur de France au Brésil de 2000 à 2003. Il est aujourd'hui président de la Maison de l'Amérique latine.

Pour en savoir +:  www.fmsh.fr


28.11.18

Amazonie: la déforestation de la forêt tropicale brésilienne enregistre une hausse de 13,7%

7751d9d0-gp0stsl5o_medium_res-1024x683

Au total, 7.900 km² de végétation ont été détruits - le pire résultat des dix dernières années - soit l'équivalent de 987.500 terrains de football ou 5,2 fois la taille de la ville de São Paulo.

MCruppe_Aerea_3932_210910

 

Photos: Greenpeace BR

Posté par Fatos e Fotos à 12:30 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22.10.18

Musique brésilienne: Lindo Sonho Delirante, le premier catalogue de la musique underground brésilienne

Présentation à l'ambassade du Brésil à Paris le 23 octobre à 18h

 

unnamed

unnamed-2

04.10.18

Diana Daher : la pianiste brésilienne joue à l'Ambassade du Brésil à Paris

Le 15,10.2018

RSVP : rafaela.vincensini@bresil.org

 Née à Brasilia, la jeune pianiste brésilienne Diana Daher a déjà remporté plusieurs prix nationaux. Son emploi du temps est bien chargé entre les orchestres, les chorales et les formations de musique de chambre. Son répertoire est vaste, allant des sonates aux chansons en passant par le répertoire brésilien du XXe siècle pour piano et flûte.

Depuis 2006, Diana Daher est professeur de l'École de musique de Brasilia où elle intervient comme pianiste et enseigne la musique de chambre.

unnamed

Posté par Fatos e Fotos à 18:29 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Jarid Arraes: l'auteure brésilienne présentera son nouveau roman, Dandara, en France

Vous habitez Paris, La Rochelle, Lille, Rennes ? Venez rencontrer Jarid Arraes entre le 18 et le 25 octobre.

On parlera de la résistance à l'esclavage et notamment du rôle des femmes, et plus globalement des Afro-Brésiliennes, au passé et au présent.

Dandara, guerrière mythique, à la tête de la plus grande révolte d'esclaves du Brésil.

En pleine forêt tropicale brésilienne, au 17e siècle, des dizaines de milliers d’esclaves fugitifs regroupés dans le camp quilombo de Palmares résistèrent aux Portugais pendant un siècle. Zumbi en fut le chef mythique et Dandara, sa compagne, resta pendant longtemps dans son ombre.

Aujourd’hui, plongez dans l’aventure de sa vie ! Rebelle et féministe avant l’heure, fine stratège, experte en capoeira, Dandara apparaît surtout comme une femme maîtresse de son destin – et avide de justice et de liberté.

L’auteure, Jarid Arraes, se basant sur les études les plus actuelles, a décidé de réécrire cette histoire officielle qui a trop souvent omis la résistance des vaincus, et trop souvent oublié le rôle des femmes !

Dandara et les esclaves libres s’adresse aux jeunes comme aux adultes, afin de découvrir un pan méconnu de l’histoire de l’esclavage et de célébrer ces femmes qui ont lutté pour notre liberté d’aujourd’hui. Une inspiration, pour que nous soyons tous, à notre façon, des héroïnes et des héros.

Pour en savoir + : www.anacaona.fr

unnamed-2

Posté par Fatos e Fotos à 18:27 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24.09.18

Élection présidentielle au Brésil en 2018: soutenu par des pasteurs évangéliques, Bolsonaro est rejetée par les femmes

Alors que les pasteurs évangéliques soutiennent Bolsonaro, les catholiques se lavent les mains. Au Brésil, 166 millions de personnes, soit environ 86% de la population, se déclarent chrétiennes. Parmi eux, 64,6% sont catholiques et les autres sont des évangéliques. Indignées, les femmes ont décidé de s'unir et de se mobiliser contre Bolsonraro (1).

Récemment, la Confédération des Conseils des Pasteurs du Brésil a décidé de soutenir la candidature du capitaine à la retraite Jair Bolsonaro sous prétexte d'arrêter une éventuelle victoire de la gauche. Interrogée, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) s'est lavé les mains et a déclaré que l'Eglise "ne se prononce pas sur les candidats".

Le candidat Bolsonaro - qui prêche la violence, défend la torture et la peine de mort - est connu pour ses déclarations controversées sur l'homosexualité, les femmes et les noirs.

Considéré raciste et sexiste, Bolsonaro a été condamné à deux reprises en 2017 par le Supérieur Tribunal de Justice brésilien pour des dommages moraux. Dans le viseur des défenseurs des Droits de l'Homme et de l'Ordre des Avocats du Brésil, celle-ci a déclaré que les déclarations du député du Parti progressiste sont « inacceptables parce qu'elles ont un caractère raciste et homophobe incompatibles avec les meilleures traditions parlementaires brésiliennes. »

Les déclarations de Bolsonaro ont également eu des répercussions sur les réseaux sociaux. Une pétition en ligne ouverte sur le site Avaaz pour demander l'annulation du candidat a réuni près de 300 000 signatures et plusieurs pages FB ont été ouvertes afin de « protéger le Brésil de Bolsonaro ».

Indignées par les positions misogynes du postulant, les femmes brésiliennes ont décidé de se mobiliser. Selon les derniers sondages, le rejet de l'électorat féminin a atteint 49% et s'est concrétisé par le biais des réseaux sociaux. La page Facebook «Femmes unies contre Bolsonaro» compte plus de 2 millions de membres. Par ailleurs, ce groupe a l'intention d'organiser des manifestations (1)contre le candidat le 29 septembre dans tout le Brésil.

Les organisatrices et les participantes de la plateforme n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Elles ont l'intention de changer le nom du groupe après les élections pour devenir, en fait, un mouvement qui promeut d'autres actions pour les droits des femmes.