18.01.16

Littérature brésilienne: les éditions Anacaona fait des soldes !

Les éditions Anacaona - seule maison d'édition spécialisée sur le Brésil ! - fait des soldes sur tous ses livres jusqu'au 31 janvier

-50% sur tous nos livres achetés sur www.anacaona.fr avec le code promo SOLDES2016 !

Les frais d'envoi sont gratuits.

Nous avons 3 collections :

- Urbana : les livres engagés sur la violence des grandes métropoles

- Terra : sur le Nordeste et les grands espaces ruraux (avec des classiques comme José Lins do Rego)

- Epoca : la littérature contemporaine brésilienne. 

Voici notre catalogue :

http://www.anacaona.fr/wp-content/uploads/2015/11/Catalogue-Anacaona-Brésil-2015.pdf 

Posté par Fatos e Fotos à 20:56 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


CRAC à Sète présente Figures, Urban stories et S'inventer autrement

Le vendredi 29 janvier 2016 à 19h00, le CRAC à Sète, présente Figures de l'artiste chorégraphe Germana Civera en partenariat avec la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.

Entre vidéo et peinture, entre étude anatomique et portait, cette performance est le support visuel d'un spectacle paradoxal, tant dans sa forme que dans son contenu.

Réduite à sa simple présence, la chorégraphe est assise, muette, pensive, dans le prolongement de ce dispositif, tandis que l'on l'entend, en voix-off, brosser par couches successivesson « autoportrait».

Le samedi 30 janvier 2016 à 18h00 le CRAC vous invite à la projection du film URBAN STORIES/NANLING en présence de l'artiste Sylvie Blocher.

Et ce n'est pas tout. Aussi dans le programme, finissage de l'exposition S'INVENTER AUTREMENT.

Entrée libre - Tout public

Posté par Fatos e Fotos à 20:51 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

2ème Biennale d'art contemporain à Versailles 2016 – Appel à candidatures

La deuxième édition de la Biennale se déroulera au Carré à la Farine à Versailles, du 4 au 10 avril 2016.

Invités d'honneur François LEGRAND, artiste peintre et AELLE sculpteur.

La Biennale Versaillaise a été créée en 2014 en hommage à Philippe LEJEUNE.

L'édition 2016 est ouverte à tous les artistes peintres, sculpteurs et graveurs.

Appel à candidatures disponible sur: www.biennale-versaillaise.fr

Posté par Fatos e Fotos à 20:45 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15.12.15

Clarice Lispector : une rencontre-performance autour de l'écrivaine brésilienne

Jeudi 17 écembre à 19H

L’Espace des Femmes Antoinette Fouque

35, rue Jacob - 75006 Paris

Dans le cadre de L’heure de Clarice, journée anniversaire de la naissance de l'écrivaine brésilienne Clarice Lispector, rencontre-performance autour de La Passion selon G.H., interprétée par Gabriella Scheer. Mise en scène : Cyril Desclés

Posté par Fatos e Fotos à 10:38 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29.11.15

Climat: Dilma Rousseff est à Paris pour la COP21

La présidente brésilienne Dilma Rousseff est à Paris pour y participer de la COP21. Dans l'agende de la présidente sont prévues quatre réunions avec la première ministre de la Norvège, Erna Solberg, avec les présidents de l'Equateur, Rafael Correa, de la Bolivie, Evo Morales, et avec le représentant de la Communauté Caribéenne (Caricom).

La grande marche pour le climat de Paris a été annulée suite aux attentats du 13 novembre. Mais les militants ont décidé de s'assurer que leur message passera bien auprès des chefs d'état qui se rendent à la COP21.

A l'initiative de l'ONG Avaaz, depuis 7 heures ce dimanche ce matin des milliers de chaussures sont déposées sur place de La République à Paris. 

« Nous ne pourrons pas manifester en personne, mais cette action hautement symbolique saura transmettre le message que les Franciliens et les Franciliennes sont unis pour défendre tout ce qu'ils aiment. Ce sera notre manière de dire que la peur et la terreur ne pourront pas, ne pourront jamais, réduire au silence notre rêve collectif d’un futur 100% propre, 100% uni, pour nous-mêmes, nos enfants et notre planète», explique l'ONG. 

B

Posté par Fatos e Fotos à 12:24 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


25.11.15

Cinéma brésilien : contre vents et marées

Par Silvana Conte

Le parcours du cinéma brésilien ressemble au parcours du combatant. Cent ans après les frères Lumière, le cinéma brésilien continue d'exister, malgré les crises politiques, économiques et sociales qui ne cessent d'ébranler le pays tropical.

Mais, malgré son parcours mouvementé et la mainmise de l'industrie cinématographique étrangère sur le marché national, le cinéma brésilien a résité et a traversé les époques en privilegiant les relations entre l'esthétique, la politique et l'imaginaire national.

Avec le Cinéma Novo (1963-1970), les brésiliens découvrent un nouveau cinéma engagé dans la transformation du pays, un mélange de Néo-réalisme avec ses thèmes et ses formes de production et la Nouvelle Vague avec ses ruptures de langage. C'est le cinéaste Glauber Rocha qui défini le mieux les instruments du Cinéma Novo :  "une caméra à la main et une idée dans la tête".

Après le coup d'état militaire de 1964 – qui a plongé le pays sous la dictature pendant 20 ans – les cinéastes s'interrogent sur le futur, leur identité et leur appartenance sociale. En 1968, les médias et les programmes de divertissement public sont noyés par la censure. La persécution politique, la restriction de l'activité syndicale et la pratique de la torture dans les prisons instaurent un climat de peur qui se répercute sur tout le pays.

En dépit de "l'état de siège", le cinéma brésilien résiste. Une nouvelle génération de cinéastes, plus radicale, émerge.Le cinéma underground brésilien fait surface pour faire face à la tempête militaire qui s'abat sur le pays.

Dans les années 70, le mot d'ordre est "le marché est la culture" et le cinéma brésilien connaît alors une période de "calme plat". Le star system télévisuel entre en scène et l'arrivée de la crise économique de 1982 ne fait qu'empirer la situation : pas d'argent pour aller au cinéma et encore moins pour produire des films.

Malgré tout, le cinéma brésilien avance et s'adapte au flux et au reflux des marées. Les courts-metrages et les documentaires font leur apparition. Avec la fin de la ditacture et le retour de la démocratie en 1985, le vent tourne : la Loi de l'Audiovisuel est créée et des nouveaux mécanismes de soutien à la production cinématographique voient le jour.

Le cinéma brésilien connaît alors une bouffée d'air frais et revient sur la scène mondiale. En avant toutes ! L'année 1997 sera marquée par la création de la Globo Filmes, branche cinématographique du géant de l'audiovisuel TV Globo. Un vent de folie souffle sur le scénario tropical et le cinéma national suit, depuis, cette vague déferlante.

2015. Depuis la terre ferme, Inacio Araujo, critique du journal Folha de S.Paulo, affirme : "le cinéma brésilien cherche encore et toujours son public. Et la référence de ce public, aujourd'hui, est soit l'esthétique des programmes de la Globo soit les blockbusters américains. Etant donné que nous ne pouvons pas imiter ces derniers, le cinéma imite, comme il peut, la Globo".

Nous sommes en novembre et c'est la 7è édition du Festafilm. Cette croisière arrive à sa destination. Je vois ainsi passer ce bateau au large de l'océan et je vois apparaître une lueur d'espoir : un phare du bout du monde. Tout un symbole... 

phare

Posté par Fatos e Fotos à 21:18 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10.11.15

LandMark, la première plateforme globale sur les territoires autochtones et communautaires

Le 10 novembre 2015, une coalition internationale de 13 organisations et experts du monde entier, lance LandMark, la première plateforme interactive et accessible en ligne dédiée à centraliser des cartes et autres informations critiques sur la situation des territoires autochtones et communautaires à l’échelle mondiale. Parmi ces organisations figure le World Atlas of Indigenous Territories (WAIPT), né d’une collaboration entre le CNRS, Survival International (France), et l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, avec le soutien de la région Ile-de-France.

Pourquoi? Des territoires conséquents mais invisibles, vulnérables et menacés

Il existe un manque critique d’informations précises concernant les territoires autochtones et communautaires dans le monde, alors que l’étendue de ces terres coutumières est estimée à 65% de la surface terrestre, occupées par 1,5 milliards de personnes. En absence de données géographiques précises, ces territoires sont souvent invisibles et particulièrement vulnérables. L’accaparement de ces terres coutumières est une problématique globale, mettant en danger l’existence même des peuples autochtones et des communautés rurales du monde et entrainant des conflits parfois violents. La transparence sur l’existence de ces territoires et les modalités de leur reconnaissance légale – ou de son absence – réduit le risque que de telles expropriations passent inaperçues.

Comment? Responsabilisation par l’information

Un nombre croissant de peuples autochtones et de communautés rurales cartographient leurs territoires, indépendamment des positions gouvernementales sur leur reconnaissance formelle. De telles cartes sont notamment utilisées comme outil de communication et de protection des terres et ressources face aux menaces extérieures. Pour la première fois, LandMark propose aux peuples autochtones et communautés du monde entier un outil global en ligne leur permettant de documenter leur présence sur terre. Ainsi ils pourront adopter une attitude proactive, et non plus réactive, dans la protection de leurs territoires.

Quoi/Où? Une plateforme collaborative en ligne

LandMark est la première plateforme interactive et accessible en ligne à offrir des cartes et autres informations critiques sur la situation des territoires autochtones et communautaires du monde entier. Elle a pour vocation d’aider ces peuples et groupes humains à sécuriser leurs droits fonciers. Elle propose des informations à différentes échelles d’analyse, du local au global, permettant la comparaison des situations entre différents territoires et différents pays.

Pour en savoir + : www.landmarkmap.org

Editions Métailié : en novembre, on lit, on lit ! L’automne s’installe et nos auteurs vous rendent visite

De nombreuses occasions de les rencontrer ce mois-ci aussi, avec de beaux festivals, qui mettent le cap au nord (les Boréales), ou au sud (les Belles Latinas), qui dépaysent en tout cas, et quelques passages en librairie. Et les romans de la rentrée continuent à impressionner !   

Selva Almada à la nouvelle librairie latino-américaine Cien Fuegos à Paris et en tournée avec le Festival Belles Latinas à Lyon, Lille et Brest jusqu'au 12 novembre.

Fiston Mwanza Mujila, Pascal Dibie et Maja Haderlap en tournée dans plusieurs événements début novembre.

Olivier Truc à la librairie Dialogues à Brest vendredi 13 novembre, au Festival Noir sur la ville à Lamballe les 14 et 15 novembre, et en tournée en Franche-Comté avec Les Petites Fugues du 16 au 19 novembre.

Et pour finir les Islandais Arni Thorarinsson et Eiríkur Örn Norðdahl aux Boréales à Caen les 21 et 22 novembre, et Eiríkur Örn Norðdahl à Paris au Pavillon des canaux avec le festival Un air d’Islande, à la librairie Kléber à Strasbourg le mardi 24 novembre, à la librairie Passages à Lyon le mercredi 25 novembre et pour finir en beauté à la librairie Charybde à Paris le jeudi 26 novembre.

metailie

Posté par Fatos e Fotos à 11:12 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04.11.15

Art Fresque Povera présente une nouvelle exposition Brumaire - Frimaire

Du 1er novembre au 30 décembre  2015

Galerie Art Fresque Povera
6, Boulevard Ernest François
30250 Sommières – France

unnamed

Posté par Fatos e Fotos à 11:32 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03.11.15

Cinéma : partir à la découverte des amérindiens du Brésil

Le Collectif Brésil propose deux scéances cinéma et une conférence pour partir à la découverte des amérindiens du Brésil les 4 et 25 novembre à la Maison internationale de Rennes.

Le 4/11 à 20h : De l’arc à l’écran du rennais Jaouen Goffi en vostf

Les indiens Tupinambas de Olivença (état de Bahia) s’approprient progressivement les technologies de l'information et de la communication. Ils les considèrent comme un outil de lutte pour diffuser leurs revendications : le respect de leurs droits et notamment celui de la démarcation de leur territoire inscrite dans la constitution. Débat en présence du réalisateur.

Le 25/11 à 20h : deux court-métrages : Les Indiens Munduruku de Nayana Fernandez et Le retour de la terre Tupinamba de Daniela Fernandez Alarcon en vostf, suivis de la conférence de Rita Godet (professeure de littérature brésilienne) à propos de la place des indiens dans la littérature brésilienne, à l'occasion de la sortie de son livre « L'altérité amérindienne dans la fiction contemporaine des Amériques » (Editions PUL Canada).

Maison internationale de Rennes

7, quai Chateaubriand