24.09.18

Élection présidentielle au Brésil en 2018: soutenu par des pasteurs évangéliques, Bolsonaro est rejetée par les femmes

Alors que les pasteurs évangéliques soutiennent Bolsonaro, les catholiques se lavent les mains. Au Brésil, 166 millions de personnes, soit environ 86% de la population, se déclarent chrétiennes. Parmi eux, 64,6% sont catholiques et les autres sont des évangéliques. Indignées, les femmes ont décidé de s'unir et de se mobiliser contre Bolsonraro (1).

Récemment, la Confédération des Conseils des Pasteurs du Brésil a décidé de soutenir la candidature du capitaine à la retraite Jair Bolsonaro sous prétexte d'arrêter une éventuelle victoire de la gauche. Interrogée, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) s'est lavé les mains et a déclaré que l'Eglise "ne se prononce pas sur les candidats".

Le candidat Bolsonaro - qui prêche la violence, défend la torture et la peine de mort - est connu pour ses déclarations controversées sur l'homosexualité, les femmes et les noirs.

Considéré raciste et sexiste, Bolsonaro a été condamné à deux reprises en 2017 par le Supérieur Tribunal de Justice brésilien pour des dommages moraux. Dans le viseur des défenseurs des Droits de l'Homme et de l'Ordre des Avocats du Brésil, celle-ci a déclaré que les déclarations du député du Parti progressiste sont « inacceptables parce qu'elles ont un caractère raciste et homophobe incompatibles avec les meilleures traditions parlementaires brésiliennes. »

Les déclarations de Bolsonaro ont également eu des répercussions sur les réseaux sociaux. Une pétition en ligne ouverte sur le site Avaaz pour demander l'annulation du candidat a réuni près de 300 000 signatures et plusieurs pages FB ont été ouvertes afin de « protéger le Brésil de Bolsonaro ».

Indignées par les positions misogynes du postulant, les femmes brésiliennes ont décidé de se mobiliser. Selon les derniers sondages, le rejet de l'électorat féminin a atteint 49% et s'est concrétisé par le biais des réseaux sociaux. La page Facebook «Femmes unies contre Bolsonaro» compte plus de 2 millions de membres. Par ailleurs, ce groupe a l'intention d'organiser des manifestations (1)contre le candidat le 29 septembre dans tout le Brésil.

Les organisatrices et les participantes de la plateforme n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Elles ont l'intention de changer le nom du groupe après les élections pour devenir, en fait, un mouvement qui promeut d'autres actions pour les droits des femmes.

 


13.09.18

Festival Biarritz Amérique Latine : cinq films brésiliens en compétition dans la 27è édition du festival du film de Biarritz

cinema biarritz

Du 24 au 30,09.2018

Vitrine reconnue des cinémas latino-américains, le Festival Biarritz Amérique Latine propose trois compétitions de films longs-métrages, courts-métrages, et documentaires.

Les films brésiliens en comptétion en 2018:

Catégorie Longs métrages fiction

DESLEMBRO par Flavia Castro , Brésil, France, Qatar

Catégorie Longs métrages documentaire

BIXA TRAVESTY par Claudia Priscilla et Kiko Goifman, Brésil

Catégorie Courts-métrages

GUAXUMA par Nara Normande, Brésil, France

O ORFAO par Carolina Markowicz, Brésil

REPULSA par Eduardo Moroto, Brésil

Films hors-compétition

BENZINHO, de Gustavo Pizzi, Brésil 

LOS SILENCIOS, de Beatriz Seigner, Brésil, Colombie, France (en présence de la réalisatrice)

Festival Biarritz Amérique Latine

biarritz18

Posté par Fatos e Fotos à 13:23 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11.09.18

Quai Branly : l'art, l'histoire et la culture malgaches réunis dans une exposition qui manifeste toute la puissance de l'île

Les publications sur le sujet sont nombreuses, souvent dédiées aux arts plastiques, mais elles n’abordent que rarement le sujet sous l’angle de l’histoire de l’art. L’exposition au musée du quai Branly - Jacques Chirac présente l’art de la Grande Île à travers près de 360 pièces sélectionnées pour leur intérêt historique, esthétique et ethnologique, depuis les époques anciennes jusqu’à la période contemporaine.

Si l’art, l’histoire et la culture malgaches restent encore méconnus, cette exposition vise à les faire découvrir à travers des œuvres et des documents, anciens ou contemporains, répartis en trois grandes sections. 

En rassemblant des témoignages très anciens, avec des pièces archéologiques, et très actuels, avec des œuvres d’artistes vivants, l’exposition rend compte de l’histoire et de l’histoire de l’art de la Grande Ile sur près de dix siècles. Cette anthologie vise également à sortir d’un discours et d’une perspective coloniale, émaillée de jugement et d’apriori.

Par le dynamisme des expressions actuelles et la force des œuvres antérieures, les arts de Madagascar n’appartiennent pas au passé. A la croisée des mondes, ils ne peuvent être comparés à ce qui se fait ailleurs, se déploient sans contraintes de style ou de motifs et révèlent ici toute leur singularité. 

unnamed

Couverture : Poteau funéraire, Jean-Jacques Efiaimbelo © Droits Réservés 
Poteaux funéraires © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Léo Delafontaine, Claude Germain 

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:02 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Cinéma : 11è cycle Découverte du Brésil sous le thème Mémoire et Solidarités

Du 26 septembre au 24 octobre 2018

Maison internationale de Rennes 

Le thème retenu cette année par le Collectif Brésil de Rennes, l'organisateur, est Mémoire et solidarités. Au travers du cinéma, le collectif propose de partir à la découverte du Brésil en images sur des sujets comme l'esclavage, le droit au logement et les migrants. 

Au programme, une selection de films :

Hôtel cambridge - fiction de Eliane Caffé (2016)

Des réfugiés fraichement arrivés au Brésil occupent avec un groupe de « sans toit » un vieil immeuble abandonné au centre de São Paulo. Menacés d'expulsion, ils doivent apprendre à cohabiter et à faire de leur différence une force.

- Martirio - documentaire de 162mn Vincent carelli, Ernesto de Carvalho et Tita

Un documentaire percutant sur les indiens Guarani-Kaiowa qui luttent pour la préservation de leurs droits. Les réalisateurs fouillent dans l'histoire coloniale, les débats judiciaires et politiques pour mieux comprendre la complexité de leur lutte.

- Noir Brésil - documentaire d’Angèle Berland - Prix Jules Verne 2018

Documentaire sur les conséquences de l'esclavage qui marque profondément la société brésilienne. Il s'appuie sur les travaux archéologiques entamés à l'occasion des Jeux Olympiques de Rio . Quand l'archéologie interroge le passé pour pouvoir construire l'avenir.

- Cartas para Angola de Coraci Ruiz e Julio Matos (2013)

Ce film raconte la correspondance entre le Brésil, l'Angola et le Portugal à travers des vidéos épistolaires; des histoires qui s'entrecroisent et dépeignent un Angola peu connu.

- Le manuscrit perdu de José Barahona (2010)

Le documentaire part à la recherche du manuscrit de Frederique Mendes, poète et aventurier portugais du XIX siècle, menant par la même occasion une réflexion sur la colonisation portugaise au Brésil , sur les origines de la société brésilienne et sur quelques questions qui en découlent comme la lutte pour la terre. 

Les projections seront suivies de débats avec des membres de la communauté brésilienne.

photo flyer b

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:45 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30.08.18

Visa pour l'Image édition 2018 : le festival fait escale au Brésil, en Bolivie et en Colombie

Chaque année, à Perpignan, une sélection des meilleurs sujets photojournalistiques venus du monde entier.

Entrée gratuite, tous les jours, de 10h à 20h, du 1er au 16 septembre 2018

A la Une

Samuel Bollendorff - Contaminations

Contaminations propose une réflexion sur les pollutions industrielles irrémédiables, transformant pour des décennies voire des siècles, des territoires en zones impropres au développement de la vie.

Samuel Bollendorff a fait le tour du monde et il est passé par le Brésil. En 2015, le barrage de rétention des déchets miniers de l'entreprise Samarco s'est rompu, déversant l'équivalent de 187 pétroliers de boue toxique contenant mercure, plomb, manganèse, cadmium ou encore arsenic, dans le Rio Doce, le cinquième fleuve du Brésil. Aujourd'hui le «fleuve doux » s'appelle le fleuve mort.

738_bollendorff-contaminations_001

©Samuel Bollendorff 

Mais aussi :

Paula Bronstein - Apatrides, abandonnés et rejetés : la crise des Rohingyas

58b9ed_a232a7d081404b15957549cf438b14fd~mv2

©Paula Bronstein 

 Miquel Dewever-Plana – Bolivie : Pour tout l'argent de Postosi

(14)DeweverPlana-Potosi_IMG_9454_BD_medium

©Miquel Dewever-Plana

Catalina Martin-Chico – Colombie : (Re)Naître

Le-reportage-de-Catalina-Martin-Chico-sur-les-ex-guerilleras-des-Farc-recompense-par-le-Prix-Canon-de-la-Femme-photojournaliste-soutenu-par-ELLE-760x490

©Catalina Martin-Chico


24.08.18

Musique : Carlos Correia sort son premier album, Kumbulassaya

Disponible à partir du 1er septembre 2018

Kumbulassaya s’annonce comme un mini-album de huit  titres pleins de sens et faciles à écouter avec des mélodies entêtantes et un swing dansant. 

Carlos Correia navigue entre trois continents, plusieurs langues et des aventures musicales sans frontières s’inspirant de styles musicaux aussi variés que la bossa , l’afro , le jazz et la pop. Guidé par des icônes comme Gilberto Gil, Caetano Veloso, Lionel Ritchie , Bonga ou Cesária Évora, l'artiste vit la musique de l’intérieur et sa voix, à la fois puissante et délicate, en devient un vecteur d’émotions pures et sincères. 

Sur le chemin menant à cet album , le musicien a notamment été accompagnée par Jean Michel Pelegrin (saxophone, flûtes, clarinette), Fábio Zarbatto Longo (basse, contrebasse, guitare) et son fils Rémi Correia (percussions).

Le public pourra découvrir Carlos Correia sur scène très prochainement à Montpellier, en tournée européenne, au Mozambique et au Brésil.

Pour en savoir +:https://www.facebook.com/carloscorreiamusic/videos/185073535382323/

Pochette Kumbalassaya v9 - copie

Posté par Fatos e Fotos à 15:18 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20.08.18

Festival Biarritz Amérique latine: Uruguay, pays invité de la 27e édition

Enserré entre deux voisins imposants, l'Uruguay fait figure de phénomène. Sa culture rayonne bien au-delà de ses 3,5 millions d'habitants.

Joyau secret de l'Amérique latine, l'Uruguay est le pays invité de la 27e édition du Festival Biarritz Amétique latine. Au programme, une rétrospective d'une douzaine de films - qui présentera pour la première fois en France une véritable histoire du cinéma uruguayen -, des rencontres littéraires qui rendront hommage à l'auteur Juan Carlos Onetti, la présence des écrivains Juan Carlos Mondragon et Antonio Muñoz Molina, des expositions et des concerts.

A propos de l'Uruguay

- La constitution, le système éducatif et le code pénal proche du code Napoléon sont inspirés des grandes institutions françaises;

- les Uruguayens bénéficient d'un droit du travail très protecteur géré par des Conseils des salaires regroupant des représentants du gouvernement, des entreprises et des syndicats;

- Depuis juillet 2017, le cannabis est en vente en pharmacie sous contrôle de l'Etat, dans la limite de 10 grammes par semaine;

- La législation uruguayenne est la plus libérale de toute l'Amérique latine en ce qui concerne les droits des personnes homosexuelles ou transgenres;

- 95% de l'énergie uruguayenne provient d'énergies renouvelables comme l'éolien, la biomasse ou l'hydraulique.

A propos de Juan Carlos Onetti

Né en 1909 à Montevideo en Uruguay, Juan Carlos Onetti interrompt ses études et exerce de nombreux métiers avant de se consacrer au journalisme.

En 1930, il s’installe à Buenos Aires. Contes et nouvelles commencent à paraître et il publie en 1939 son premier roman, Le Puits. Il travaille pour l’agence Reuters, où il restera jusqu’en 1954. En 1950 paraît La Vie brève, premier volume du « cycle » de Santa María, une ville mythique aussi cruelle que fascinante, dans laquelle se perd l’homme moderne. Laissons parler le vent clôturera ce cycle en 1979.

De retour à Montevideo, il se lie d’amitié avec Luis Batlle Berres, à qui il dédicacera Le Chantier, etreçoit en 1962 le Prix national de Littérature. Opposant à la dictature de Juan María Bordaberry, il est arrêté et emprisonné quelques mois en 1974, puis relâché après une campagne de protestations internationales ; il part s’installer à Madrid où il collabore au journal El País.

Il reçoit le prix Cervantès, la plus haute distinction littéraire en Espagne, en 1980. Malgré le retour de la démocratie en Uruguay, il décide de rester à Madrid et c’est dans cette ville qu’il meurt en 1994.

unnamed

 

 

31.05.18

Maison Européenne de la photographie : MEMORIA, photographies de James Nachtwey

Jusqu'au 29,07.2018

L'exposition Memoria rassemble les images de celui que l’on peut considérer comme le photoreporter le plus prolifique de ces dernières décennies, un observateur exceptionnel de notre monde contemporain et probablement l’un de ses témoins les plus clairvoyants.

James Nachtwey, dont la carrière est jalonnée par de nombreux prix et récompenses dans des domaines variés, est mondialement reconnu comme l’héritier de Robert Capa.

Sa force morale et ses engagements sociaux et civils l’ont mené à consacrer sa vie entière à la photographie documentaire. Il n’a de cesse de photographier la douleur, l’injustice, la violence et la mort. Mais pour que jamais ne soient oubliées la souffrance et la solitude humaines, il crée des images d’une beauté vertigineuse, impeccablement cadrées et éclairées, et aux effets quasi cinématographiques. L’extraordinaire beauté et l’infinie tendresse qui en émanent sont autant de moyens de lutter et de résister.

James Nachtwey dépeint la guerre depuis 40 ans, montrant sans détour le sort des populations qui en font la terrible expérience. Ses images révèlent une humanité mutilée par la violence, dévastée par les maladies et la faim, une humanité qui, par nature, semble se fourvoyer.

« J’ai été un témoin. Un témoin de ces gens à qui l’on a tout pris – leurs maisons, leurs familles, leurs bras et leurs jambes, et jusqu’au discernement. Et pourtant, une chose ne leur avait été soustraite, la dignité, cet élément irréductible de l’être humain. Ces images en sont mon témoignage. » James Nachtwey

jn04-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000-lazyload-0-responsive-Array

Afghanistan, Kaboul, 1996 © James Nachtwey Archive, Hood Museum of Art, Dartmouth

Nîmes : le Musée de la Romanité ouvre ses portes le 2 juin 2018

Bâtiment contemporain conçu par Elizabeth de Portzamparc, ce nouveau musée au rayonnement international constitue un splendide écrin pour présenter au public quelque 5.000 œuvres patrimoniales, dont la valeur archéologique et artistique est exceptionnelle.

Célèbre pour son riche passé antique, Nîmes met en valeur le remarquable état de conservation de ses monuments romains dans un centre-ville repensé. Entre nouveaux jardins urbains et places réaménagées, le cœur de ville offre un cadre plein de charme à la découverte patrimoniale comme à la flânerie. 

Important complexe de la culture romaine, à la fois musée innovant, jardin archéologique et lieu de vie, le Musée de la Romanité est l’un des plus grands projets architecturaux et culturels contemporains en France. Ses exceptionnelles collections archéologiques comportent 25.000 pièces, dont environ 5 000 sont présentées sur 3.500 m2. Elles invitent à une expérience historique unique à travers 25 siècles d’histoire grâce à une muséographie immersive. 

Un musée ouvert sur la ville 

Le bâtiment s’organise autour d’une rue intérieure suivant les traces de l’ancien rempart augustéen. Accessible à tous, ce passage public crée une ouverture visuelle et relie le parvis des arènes au jardin archéologique. en traversant le rez-de-chaussée du musée entièrement transparent, les visiteurs et promeneurs sont invités à la découverte. en son centre, un atrium de 17 m de haut révèle un fragment du propylée du sanctuaire de la Fontaine, dans une reconstitution spectaculaire de ce lieu sacré datant de la fondation de la cité pré-romaine. Cette restitution publique inédite invite à la découverte de l’ensemble des collections et contenus du musée. 

Depuis ce passage, il est également possible de rejoindre la librairie du musée, le café, ou le restaurant avec vue imprenable sur les arènes.

Grâce à des ouvertures disposées en façade, de multiples points de vue sont offerts sur les Arènes et sur le jardin archéologique. tout au long des espaces d’exposition, un dialogue constant est maintenu entre la muséographie et l’extérieur, faisant pénétrer la ville dans le musée. 

Le toit terrasse : une vue panoramique sur Nîmes 

Le toit terrasse végétalisé a été pensé comme une cinquième façade ouverte sur le ciel. Point culminant du parcours ascensionnel, il ponctue la visite en offrant un belvédère avec une vue prodigieuse à 360° sur Nîmes et sur ses 26 siècles d’Histoire, avec en premier plan les arènes et plus loin la tour Magne, érigée sur une tour du rempart gaulois. espace public accessible à tous, lieu de rencontre, cette place haute fait monter l’espace urbain dans le musée.

unnamed-2

Posté par Fatos e Fotos à 12:37 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28.05.18

Bienal de Arquitetura de Veneza 2018: destaques brasileiros da 16ª edição

Até dia 25 de novembro

Com o tema FREESPACE, que sugere a generosidade de espírito e o senso de humanidade como base da arquitetura, o pavilhão Brasil apresentará vários projetos que utilizam a arquitetura como instrumento de mediação de conflitos, transições entre os domínios público e privado e conexão entre tecidos urbanos distintos. 

Entre eles, destaca-se a exposição Muros de Ar que prentende investigar o muro como elemento da arquitetura, da cultura e da identidade brasileira. O objetivo é procurar respostas que lidem com as barreiras e os limites presentes nas cidades, expondo a indissociável necessidade de projetá-las.

Outro destaque é a apresentação de dois projetos concebidos em madeira: o Edíficio Amata, de Triptyque Architecture, em São Paulo, será o primeiro edifício brasileiro de madeira em altura e deve ser inaugurado em 2020. Já Moradias Infantis, de Rosenbaum e Aleph Zero no Tocantins, é um dormitório infantil para as crianças do projeto Escola da Fazenda Canuanã e fica na zona rural de Formoso do Araguaia.

O escritório brasileiro Osvaldo Segundo Arquitetos (OSA) também participará da Bienal integrando a exposição Time Space Existence, organizada pela fundação holandesa Global Arts Affairs (GAA), que reunirá arquitetos do mundo inteiro. O escritório apresentará o trabalho feito em conjunto com a Vasselai Incorporações e Firmorama. Um painel vai expor três edifícios que estão em construção: Space, Ace e Black e maquetes feitas em impressoras 3D mostrarão detalhes de outros projetos.

Pela primeira vez no evento, o Vaticano convidou dez profissionais para projetar capelas que, após o término do evento, serão realocadas em diferentes partes do mundo. Entre os escolhidos estão Eduardo Souto de Moura, Norman Foster e a brasileira Carla Juaçaba.

children-village-de-alephzero-e-rosenbaum-no-formoso-do-araguaia-tocantins-brasil

Children Village, de Alephzero e Rosenbaum no Formoso do Araguaia, Tocantins, Brasil.
(Divulgação/Royal Institute of British Architects)

unnamed2

 (Firmorama/Divulgação)