27.05.10

Elaine Tedesco réalise une cabane d’observation à Saint-Germain

du 3 au 17 Juin 2010

Le travail de l’artiste brésilienne Elaine Tedesco s’appuie sur une observation de la ville et de ses habitants. Travaillant sur des thèmes tels que l’isolement, la protection, le repos, elle réalise des sculptures et des installations à partir de tissu, de bois ou encore de mousse, ouvrant une réflexion sur la perception et
l’appréhension de l ’espace par le corps.

Exposées durant la 52e Biennale de Venise, les photographies de la série Guaritas, recensent les différentes guérites de surveillance ou postes de garde que l’on peut rencontrer dans les rues de Porto Alegre. Ces cabines précaires, portant les marques de l’usure et du temps, sont dans un premier temps photographiées à des fins documentaires avant d’être projetées dans l’espace urbain.

En résidence à Paris, accueillie par SAM Art Projects, Elaine Tedesco réalise une cabane d’observation ornithologique dans laquelle le public est invité à pénétrer pour observer les alentours au moyen de jumelles, et écouter le chant d’oiseaux d’Amérique du Sud diffusé en quadriphonie. De nuit, l’installation prend une autre dimension et devient cabine de projection de ses images d’archives, sur l’église Saint-Germain et les arbres de la place. 

Pour en savoir + : www.parcoursaintgermain.com

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:46 - Permalien [#]


Portugal et Brésil signent plusieurs nouveaux accords commerciaux

 

Les relations entre le Portugal et le Brésil ont pris un nouvel élan avec la signature de cinq accords dans le secteur institutionnel et deux dans le secteur commercial. D’autres accords couvrant les domaines de la lutte contre le dopage, la technologie pour l'exploration des hydrocarbures dans le bassin de l'Atlantique, les énergies renouvelables et l'environnement ont aussi été signés par les deux pays.

Le Portugal offrira au Brésil sa connaissance dans le domaine de l'assainissement. Sur le plan des affaires, le partenariat entre la Petrobras et son homologue portugaise Galp, a été conclu, ce qui représente 350 millions d'euros dans des projets de haute technologie dans la production des biocarburants. Le fabricant brésilien Embraer vient d’avoir le feu vert pour la construction de deux avions à Evora.

Sur le plan culturel, les deux pays ont décidé de lancer un plan d’action conjoint pour la promotion et la diffusion de la langue portugaise.

Agences de publicité brésiliennes souhaitent conquérir le marché portugais

Les craintes liées à l'économie du Portugal, de l'Espagne et de la Grèce en particulier, n’ont pas refroidi les esprits des agences de publicité brésiliennes installées au Portugal.

L’agence Fischer Portugal (Groupe TotalCom), installée depuis 3 ans dans le pays, et l’agence Duda, du publiciste Duda Mendonça, installée depuis 2009, maintienent leurs prévisions de croissance pour 2010. Toutes les deux se sentent préparées à affronter la forte concurrence exercée par les agences portugaises et internationales opérant déjà dans le pays.  Les créatifs brésiliens ont été primés plusieurs fois au Festival International de Publicité à Cannes et cela joue beaucoup à leur faveur.

Le marché publicitaire portugais est fortement concentré dans l’audiovisuel. L’an passé, 73,6% des investissements ont été destinés à la télé ; 15,3% à la presse écrite ; 6,4% à l’affichage outdoor ; 4% à la radio et 0,5% au cinéma.

Posté par Fatos e Fotos à 11:22 - Permalien [#]

25.05.10

Coup de cœur littéraire : Tout le monde a une mère, même la pire canaille, le pire bourreau

’Ta mère de Bernardo Carvalho

Bibliothèque brésilienne

Titre original : O Filho da Mãe 

En librairie le 26 août

Ce roman entrelace les histoires d’une poignée de femmes qui essaient de sauver leurs fils de la guerre, de la solitude et du crime.

Tout se passe à Saint-Pétersbourg, ville littéraire par excellence, à la veille du tricentenaire de la ville et sur fond de guerre de Tchétchénie, mais l’action s’étend de la forêt amazonienne à la mer du Japon et met en scène des mères coupables, des pères absents et des fils égarés.

Bernardo Carvalho orchestre dans ce roman une multiplicité de points de vue et de voix sans jamais perdre l’axe et le motif récurrent de la maternité et de son revers, le sentiment d’être orphelin, sans protection, déplacé, dont la guerre est la représentation la plus crue.

« Les mères ont plus à voir avec la guerre qu’elles ne l’imaginent. Au contraire de ce que tous pensent. Plus que les autres, les mères ont horreur de perdre (...). Tout le monde a une mère, même la pire canaille, le pire bourreau. Mais c’est tout de même  une sorte de fanatisme », déclare l’un des personnages. Ce livre en est d’une certaine manière la démonstration poétique. 

Tous les personnages du roman semblent n’être à leur place nulle part dans leur famille ou dans leur pays, ce qui donne toute sa force à la figure de la chimère, aberration rejetée par la nature et par l’homme, projetée dans des amours absolues.

Ed. Métailié

tm

 

Posté par Fatos e Fotos à 09:27 - Permalien [#]

21.05.10

Quinzaine du commerce équitable 2010 : zoom sur l’Europe et le Brésil

Jusqu'au 23 Mai

Artisans du Monde organise des centaines d’actions dans toute la France pour sensibiliser le grand public au commerce équitable

Le commerce équitable dans le monde

Le marché de produits issus du commerce équitable génère en Europe plus de US$ 230 milliards par an, selon une estimative du EFTA (Fair Trade in Europe 2001), qui comprend à la fois des produits artisanaux vendus dans le «Magasins du Monde" et les produits alimentaires avec le label "commerce équitable", également vendus dans les supermarchés. Les pays qui en consomment les plus sont l'Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Le commerce équitable au Brésil

Parler de commerce équitable au Brésil n'est pas une tâche facile car, même si le pays en participe, il n'y a pas de données précises qui nous permettent d'analyser en détail ce secteur.

Le commerce équitable a commencé au Brésil dans les années 70 grâce au travail des ONG’s européennes essentiellement liées aux églises dans l'organisation des groupes de travailleurs ruraux et la vente informelle de l'artisanat.


Ensuite, le commerce équitable s’est développé au travers des initiatives comme le "Jus équitable" projet pilote de la FLO impliquant les producteurs d'oranges de la ville de Paranavaí (dans l’État du Paraná). Le projet a permis la commercialisation du jus d'orange brésilien fabriqué par la Paraná Citrus SA en Allemagne, en Suisse et en Autriche. Un autre secteur dans lequel le Brésil se distingue, c'est le café en provenance de Rondônia et du Espirito Santo.

Jusqu'au siècle dernier, l'expérience brésilienne dans le commerce équitable se concentrait uniquement dans le rôle du fournisseur. Cependant, à partir de 2000, on voit des progrès dans les discussions sur le développement du marché intérieur, des règles de certification et des politiques visant à encourager la production à petite échelle.

Parmi ces initiatives, on distingue la création de l’ONG Visão Mundial Brasil. Son programme de commerce équitable a démarré en 1999 soutenant les petits agriculteurs et les artisans dans l'exportation de produits et le développement du marché intérieur. Grâce à des partenariats locaux avec d'autres ONG `s, il a été possible d'étendre le projet à d'autres régions.

L'association internationale était également cruciale pour la commercialisation des produits agricoles à des organisations telles que Claro (Suisse), EZA (Autriche) et CTM (Italie). Dans l'artisanat, l'association avec les «Magasins du Monde» dans la région du Benelux a été essentielle pour les communautés. Tous les produits ont reçu le soutien d'institutions telles que FLO et IFAT.

Actuellement, le Brésil essaye d'organiser le secteur du commerce équitable. Réunions et ateliers sont organisés afin d’y mobiliser les secteurs économiques du pays.

Un secteur du marché qui se développe bien est celui de l'agriculture biologique - bien organisé et distribué du nord au sud du pays. Il est possible de se procurer les produits dans des marchés, magasins et supermarchés et d’être livré à domicile. La plupart des organisations qui travaillent avec les produits biologiques représentent les intérêts des travailleurs issus de l'agriculture familiale.


Il est impossible de parler commerce équitable brésilien sans parler de l'artisanat. En termes d'exportations, le Brésil n'est pas connu pour son artisanat. La meilleure preuve est qu'il est presque impossible de trouver ces produits dans les "Magasins du Monde" en Europe. Mais le marché interne se développe peu à peu notamment avec l'ouverture de la première boutique de commerce équitable : la Mundaréu à São Paulo.


En termes de certification pour le marché intérieur il n'y a toujours pas de réglementation. Le grand défi est de savoir comment organiser les travailleurs afin qu’ils accèdent au marché et comment financer les stratégies commerciales.

Source : www.eticabrasil.com.br

Posté par Fatos e Fotos à 10:06 - Permalien [#]

20.05.10

Le Brésil a une démocratie forte, mais incomplète, disent les analystes

25 ans après la fin du régime militaire, le pays a évolué non seulement en ce qui concerne son environnement politique, avec l'aide de la liberté d'expression, mais a aussi atteint un degré de partage du pouvoir  considéré comme satisfaisant par les organismes internationaux.

Ces deux facteurs, combinés avec la participation directe de plus de 120 millions de Brésiliens à chaque élection, place le Brésil dans la liste des grandes démocraties de la planète. Le Brésil a une note "2" sur une échelle allant d’1 à 7 - du plus au moins démocratique.

Un système parfait, alors? Pas exactement. Selon les politologues, l'inégalité sociale est le « goulot d'étranglement démocratique » du pays, ainsi que les disparités entre noirs et blancs et le manque d'accès aux droits fondamentaux comme l'éducation et la santé.

Contrôles et réformes

Une autre faille de la démocratie au Brésil : on choisi les représentants mais on ne les contrôle pas. Les chercheurs en sciences sociales font souvent remarquer que la corruption dans la sphère publique au Brésil est l'une des conséquences les plus visibles de l'absence de contrôle sur les dirigeants.

Selon les politologues, l'un des défis consiste à créer un environnement avec des pratiques qui permettent la fiscalisation, le contrôle et la punition des dirigeants corrompus. Une façon d’embrayer ce processus serai de renforcer les institutions, la justice, par exemple.

Le débat sur la nécessité d'une réforme politique est un thème récurrent au Brésil, mais il n'y a pas de consensus entre les politiciens et les experts sur quels points doivent être changés.

Source : www.bbc.co.uk

Posté par Fatos e Fotos à 09:15 - Permalien [#]


19.05.10

Exposition OFF de photographies chez Casa Amadis

Casa Amadis accueille le OFF de photographies dans l'Espace Jacques d'Aragon à Montpellier.

Du 22 au 28 mai plusieurs photographes - dont Vanessa Delater avec Brasil, um país de todos - y exposent leurs images.

Vernissage le samedi 22 à 18H.

Pour en savoir + : www.wix.com/buzzarts/off

Posté par Fatos e Fotos à 09:23 - Permalien [#]

Le rôle du Brésil dans la lutte contre le travail des enfants

Malgré l'optimisme concernant le rôle du Brésil dans la lutte contre le travail des enfants, la conclusion générale du rapport publié par l'OIT suggère un ralentissement du rythme de la lutte au niveau mondial.

Le rapport indique que le nombre d'enfants qui travaillent dans le monde a baissé de 222 millions à 215 millions entre 2004 et 2008 - une réduction de 3% seulement, ce qui représente un ralentissement dans la réduction globale.

Le rapport indique également que la crise économique mondiale pourrait mettre un terme à de nouveaux progrès vers la réalisation de l'objectif fixé par l'OIT pour éliminer les pires formes de travail des enfants d'ici 2016.

En ce sens, le document recommande une nouvelle impulsion à la campagne mondiale pour mettre fin à la pratique du travail des enfants.

Source bbc.co.uk

Posté par Fatos e Fotos à 09:14 - Permalien [#]

17.05.10

Exposition d’illustrations de Béatrice Tanaka

 Du 17 au 31 mai 

Librairie-galerie L. Mauguin, Paris

Béatrice Tanaka a écrit et illustré de très beaux albums de contes, légendes et mythes du Brésil, dont:

 - AU PAYS DU JABOUTI, publié en 2005

- LA LÉGENDE DE CHICO REI: ce livre-cd publié en 2008 avec l'aide de l'Ambassade du Brésil en France a reçu le Prix FETKANN, Jeunesse, Mémoire des Pays du Sud, Mémoire de l'Humanité.

 


Posté par Fatos e Fotos à 10:24 - Permalien [#]

La tournée des paroles, scènes brésiliennes

Mardi 25 Mai à 19h30

A la découverte du Brésil en vers et en prose

Pour en savoir + : www.langora.fr

Posté par Fatos e Fotos à 10:22 - Permalien [#]

15.05.10

Belo Monte est un cheval de Troie qui modifiera totalement la vie de la région amazonienne

La controverse entourant la construction de l’usine hydroélectrique de Belo Monte sur le bassin du fleuve Xingu, État du Pará, dure déjà plus de 20 ans. Mis de côté pendant le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso, le prédécesseur de Lula, Belo Monte refait surface en 2003 et réveille la polémique autour de sa construction.

Depuis 2009, lors de la présentation d’une l’étude sur l’impact environnemental, les débats sur la construction du barrage se sont intensifiés. En février 2010, le gouvernement Lula a lancé des appels d’offres pour la construction et en avril, une licence a été octroyée pour le démarrage de la construction du barrage. Depuis, les mouvements sociaux et environnementaux se mobilisent contre le projet et les peuples indigènes de la région ont déclaré la guerre au barrage.

Conscients de l’impact socio environnemental néfaste du barrage, les peuples indigènes considèrent Belo Monte comme « un cheval de Troie qui modifiera totalement la vie de la région amazonienne ». Car, au-delà du projet Belo Monte, le cahier de charges du programme gouvernemental prévoit aussi la construction d’un gazoduc à Urucú et 18 autres barrages dans le bassin du fleuve Araguaia et Tocantins. 

 Barrages = destruction

Des exemples malheureux comme la construction des centrales hydroélectriques de Tucuruí (PA) et de Balbina (AM), construites en Amazonie dans les années 1970 et 1980, en sont la preuve de la destruction provoquée par les barrages. Ces usines ont provoqué le déplacement de communautés entières, ont inondé des vastes étendues de terres et ont détruit la faune et la flore régionales.

Balbina, situé a 146 km de Manaus, a provoqué l’inondation de la réserve indigène de Waimiri-Atroari, la mortalité des poissons, la pénurie d’aliments et la famine de la population locale. La catastrophe fut telle que, en 1989, l'Institut National de Recherche Amazonienne (INPA), après avoir analysé l’état du fleuve Uatumã, où le barrage a été construit, a décrété sa mort biologique. En Tucuruí, ce ne fut pas mieux : près de dix mille familles ont dû quitter leurs terres. En contrepartie, le fournissement d'électricité promis par l’avènement du barrage à la population locale n’a jamais été atteint.

Raoni dernier rempart contre le barrage de Belo Monte ? 

« J’ai rencontré Lula à Bahia en 2008 pour lui demander de renoncer au barrage. Il m’a dit oui, mais il m’a menti. C’est pourquoi je suis venu rencontrer Nicolas Sarkozy pour qu’il puisse convaincre Lula de ne pas construire ce barrage ! Si le barrage est construit, il y aura une guerre ; c’est certain ! » , a déclaré le chef Raoni lors de son passage en France.

Raoni, de son vrai nom Ropni Metuktire, est venu "implorer Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy afin (qu'ils) empêchent le président brésilien de construire ce barrage sur le Rio Xingu". Quelque 500 km2 de forêt serait inondés et 20.000 personnes forcées à quitter la région.

S’il est construit, le barrage brésilien de Belo Monte deviendra le troisième plus grand barrage hydroélectrique au monde (11.000 MW), derrière celui des Trois Gorges en Chine (18.000 MW) et celui d'Itaipu (14.000 MW), à la frontière entre le Brésil et le Paraguay.

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:30 - Permalien [#]