26.11.10

Tendances de la littérature brésilienne contemporaine : auteurs et critiques

Conférence-débat organisée par le Centre de Recherches sur les Pays Lusophones (CREPAL)

Jeudi 2 décembre  de 9h à 19h

Maison du Brésil

7L, boulevard Jourdan Paris


Unknown

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:12 - Permalien [#]


Lisboetas documentaire lusophone de Sérgio Tréfaut à Rennes

Le 1er décembre à 20H30

Le Collectif Brésil et le département de portugais de Rennes 2 vous invite à la projection du  documentaire Lisboetas du réalisateur portugais Sérgio Tréfaut.

Le film propose un portrait de la nouvelle immigration arrivée à Lisbonne entre 1998 et 2004. Parmi ces immigrés, des brésiliens, des russes, des nigériens. Avec un regard à la fois politique et humain, Sérgio Tréfaut nous montre les aspects de leur intégration : leur rapport aux autorités, au travail informel en passant par la langue, la religion et les loisirs.

Ce documentaire a gagné le prix du meilleur film portugais au festival Indielisboa en 2004.

Au Tambour (Rennes 2 université)

Pour en savoir + : www.bresilarennes.fr

Brasilidade, partenaire du Collectif Brésil à Rennes

LogoBrasilidadeRougeNoir2

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:11 - Permalien [#]

25.11.10

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Appeler les femmes le sexe faible est un mensonge. C’est une injustice des hommes faite aux femmes. Si la non-violence est la loi de nos êtres, le futur est avec les femmes. (Gandhi)

Mettons fin au cycle de la violence : appelez le 3919

timthumb

Pour en savoir + : www.npns.fr

Posté par Fatos e Fotos à 15:09 - Permalien [#]

III Semaine de la Conscience Noire Brésilienne à Clichy

Les 27 et 28 novembre à partir de 10 H

Salle Mertyr Tdydfil - Place du Marché du Centre 92100 - Clichy la Garenne

Pour en savoir + : afrosmundos.blogspot.com

Afros_Mundos

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:01 - Permalien [#]

Out of the blues, un album vendu au profit de AIDES

 

Le 29 Novembre 2010, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida, sortira chez Universal OUT OF THE BLUES, un album du guitariste Jean-Pierre Danel, double disque d’or et n°1 des ventes en 2006 avec Guitar Connection.

Vendu au profit de AIDES et de la lutte contre le sida, OUT OF THE BLUES est accompagné d’un DVD de 2h30, incluant une méthode pour jouer le Blues à la guitare et le making-of de l’album.

Jean-Pierre Danel et ses invités y revisitent les grands standards du genre dans cet album de 18 titres, et l’enrichissent de 10 compositions inédites. On y retrouve notamment Revolution (Beatles), Blue Suede Shoes et Hound Dog (Elvis Presley), Rock Me Baby (BB King), Sweet Home Chicago (Blues Brothers) ou encore Lucille (Little Richard), Tulsa Time (Eric Clapton), etc.

Pour en savoir + :  www.aides.org

Unknown_2

Unknown

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:29 - Permalien [#]


24.11.10

L’exode des Brésiliens gagne du terrain en 2009 et bat le record de la décennie

En 2009, le nombre de passagers entrant et sortant par voie aérienne en provenance du Brésil a représenté environ 90.000 personnes.

L'année précédente, les chiffres ont révélé un phénomène inverse. Le solde était négatif, indiquant qu'en 2008, environ 28.000 personnes de plus ont rentré dans le pays par rapport à ceux qui sont partis.

« L'année 2008 a été une année spéciale. La crise a atteint fortement le marché de l'emploi, notamment dans les pays vers où la migration avait l’habitude de se diriger. En 2009, le nombre de sorties a augmenté a une vitesse incroyable », estime Hugo Klagsbrunn, chercheur et auteur de l'enquête sur l’exode des Brésiliens.

Le chercheur affirme que les chiffres de son rapport servent de baromètre pour  identifier les tendances de la migration des Brésiliens - un mouvement qui n'a pas d’indicateurs officiels.

Désinformation : malgré la crise, l’exode continue de croître

Selon Gill Williams, professeur des relations internationales à l'Université d'État de Rio de Janeiro (UERJ), l'un des facteurs qui peuvent expliquer cette apparente contradiction est le manque d'information des nouveaux immigrants sur la gravité de la crise.

Klagsbrunn suggère encore une autre explication pour le phénomène. Malgré la croissance de l'économie brésilienne, pour beaucoup, essayer de vivre à l'étranger semble encore une meilleure option. Pour lui, la redistribution des revenus, le programme Bolsa Familia et l'augmentation du salaire minimum a profité à la classe inférieure de la population, mais une grande partie de la classe moyenne demeure sans perspective de croissance au Brésil.

« On se demande pourquoi les gens continuent de partir du Brésil si le pays va si bien. Mais, ce n’est pas tout à fait ça. Beaucoup de monde, par exemple, a essayé  l’ascension sociale à travers l'université, mais n’ayant pas réussi, ils se sont retrouvés sans aucune perspective au Brésil », explique le chercheur.

Historique de la migration brésilienne

Selon Klagsbrunn, les données de l’ANAC (Aviation brésilienne) indiquent que l’exode des Brésiliens a pris de l’ampleur à partir de 1980. Depuis, la tendance des départs vers l’étranger est restée positive.

Le solde migratoire (*) est devenu négatif à trois moments  (1998, 2001-2004 et 2008), toujours associés aux crises internationales. L’inversion la plus drastique s’est produite en 2001, lors des attentats du 11 septembre à New York qui ont freiné le flux migratoire vers les États-Unis.

Devant le renforcement du contrôle des frontières aux États-Unis, l’immigration brésilienne a changé de cible. À partir de 2005, il y a eu une arrivée massive de brésiliens en Europe.

La quête de meilleures opportunités en dehors du Brésil se traduit par un exode qui existe déjà depuis trois décades. Aujourd’hui, le Ministère des Relations extérieures estime le nombre de brésiliens à l’étranger à 3 millions.

Migration brésilienne en chiffres

2000 - 118,6 mille

2001 - -13,2 mille

2002 - -26,5 mille

2003 - -7,7 mille

2004 - -28,9 mille

2005 - 24,8 mille

2006 - 58 mille

2007 - 77 mille

2008 - -28 mille

2009 - 90,7 mille

(*) Le solde migratoire est la différence entre le nombre de passagers qui sort et qui rentre au Brésil chaque année.

Sources : ANAC et BBC

LogoBrasilidadeRougeNoir2

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:24 - Permalien [#]

22.11.10

Maria Inês Guimarães : chaque sortie de disque est comme une arrivée au port

Depuis le début de sa carrière, Maria Inês Guimarães, pianiste, musicologue et compositrice brésilienne, consacre toujours une partie de ses créations à la musique aussi bien traditionnelle que classique. Que ce soit au Brésil ou ailleurs, Bach, Beethoven, Fauré et Kurtág côtoient Nazareth, Mignone, Abreu, Villa-Lobos et Antunes.

En France depuis 1988, Maria Inês a soutenu en décembre 1996, un doctorat en Histoire de Musique et Musicologie à Paris. L'improvisation libre est l’une de ses passions et avec son groupe de choro, elle maintient bien vivante la tradition du "Chorinho" qui est plus que centenaire. Depuis 2007, elle est professeur titulaire au Conservatoire d'Antony (au sud de Paris). Maria Inês Guimarães a déjà enregistré une dizaine de disques en tant qu'interprète, compositeur et musicologue.

Carnet intime

Lieu de naissance : Uberaba, Minas Gerais, Brésil
Plat préféré : Arroz, feijão e carne moida ou une blanquette de veau
Musicien préféré : Marisa Monte
Secret de beauté : Dormir, sourire
Adresse préférée au Brésil : Bar do Mario à Uberaba ou plus sérieusement Sala São Paulo
Adresse préférée en France : Bar do Carlos à Antony ou Théâtre du Châtelet
J’adore : Un repas entre amis
Je déteste :  Les réunions de travail
Si j’avais une baguette magique : Je payerais pour faire mon travail : être sur scène tous les jours pour partager le plaisir avec un public

Brasilidade : Maria Inês, quels sont les moments les plus forts et  importants de ta carrière professionnelle ?

Maria Inês : Mon déménagement en France a été un tournant car à ce moment-là j'ai abandonné ma carrière de dentiste pour me dédier à ma passion. Ensuite, il y a eu la soutenance de ma thèse de doctorat en musicologie à la Sorbonne, moment très fort aussi. Sinon, chaque sortie de disque est comme une délivrance, une arrivée au port. Et l’on a qu'une envie c'est de repartir sur un nouveau projet. J'ai vécu aussi des moments intenses dans la pédagogie. Il est enivrant de voir les jeunes enfants jouer les thèmes de choro que j'interprétais dans mon enfance.

Brasilidade : Tu vis en France depuis quelques années. Comment concilies-tu les deux cultures ? Qu’est-ce qui a changé dans ta vie et dans ton travail ?

Maria Inês : J'ai ne rien changé dans mon travail. Je dédie plus de temps à la musique et j'ai choisi de me concentrer sur un seul métier (si multiple et varié soit-t-il). Dans ma vie, je m'adapte très facilement là où je suis. En somme, ici je bois du vin et au Brésil de la bière.

 Brasilidade : Parle moi de tes passions et de tes réalisations en France, notamment de L’attachement des Bobines et du Club du Choro.

Maria Inês : Ces deux univers très différents sont pour moi en complémentarité. Les Bobines font un travail d'improvisation libre, quasi ludique où la création dans l'instant est primordiale. Avec le Club du Choro nous faisons la transmission d'une culture déjà séculaire (!), c'est plus cadré, plus réfléchi, tout en gardant le plaisir de faire de la musique.

Brasilidade : As-tu des nouveaux projets pour 2011 ?

Maria Inês :  Un nouveau CD avec mon quartet (Bruno Wilhelm saxophone, Paul Mindy percussions et Dominique Muzeau à la basse acoustique), un travail musical sur le choro et l'improvisation et aussi le VI festival de Choro qui aura lieu à la maison du Brésil en mars.

Photo_guimaraes_web

 

Maria Inês - En concert le 27 novembre aSwan Bar à Paris

 

Posté par Fatos e Fotos à 10:21 - Permalien [#]

18.11.10

Le carnaval de Rio en direct de Montpellier par Oba Brasil

Le 24 novembre à partir de 20 heures : présentation du blog sur le carnaval de Rio

Pour la première fois à Montpellier, le Carnaval de Rio de Janeiro en direct depuis le bar le Baretto. Les amateurs des sensations fortes pourront tout découvrir sur le carnaval de Rio : la programmation, les coulisses des écoles de samba, les défiles et les photos exclusives de la plus grande manifestation culturelle annuelle brésilienne.

Le blog du carnaval de Rio, une création de Denis et Andiara du Oba Brasil, est né de la volonté du couple franco-brésilien de renforcer les liens et de créer une passerelle culturelle entre le Brésil et la France. D’après Andiara, « il n’y avait pas, à ce moment-là, rien en temps réel, en français, qui racontait, pas à pas la préparation, l’agitation et tout ce qui tournait autour du carnaval de Rio. Le public français avait accès aux flash infos télévisés et rien d’autre. Il en manquait quelque chose ».

Et désormais, c’est fait ! La recette du direct de Rio marche et plaît : 145 mille visiteurs depuis la création du blog. Une réussite qui apporte reconnaissance et joie aux créateurs du blog du carnaval de Rio.

Pour le découvrir, rendez au Le Baretto : 25, rue du Palais des Guilhems – Montpellier

ob

©Denis Raphaël/Oba Brasil

Pour en savoir + : www.obabrasil.com/carnaval-de-rio/

Posté par Fatos e Fotos à 12:17 - Permalien [#]

17.11.10

Choro brésilien : Cebramusik propose deux stages et un concert de choro

27 novembre 2010

Journée CHORO : Stage et concert

 Au Swan bar - Paris

165 Bd Montparnasse

14h-17h - Stages : Piano et Guitare dans le Choro au Cebramusik

Stage :"Levadas : rythmique brésilienne au piano" 

Le piano dans le Choro

Stage :"De l'arpège à la baixaria" 

La guitare dans le Choro

 

Contact Cebramusik

01 46 74 05 59

Pour en savoir + : www.myspace.com/mariainesguimaraes

Unknown

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:12 - Permalien [#]

Architecture : 30 ans de contribution à la création brésilienne contemporaine

Le 25 novembre

LdeO&Co s'associe à l'Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais pour l'exposition Racines-Antennes, qui à travers une sélection de projets et mobiliers, illustre la trajectoire de l'agence Brasil Arquitetura et du studio Baraúna, soit 30 ans de contribution à la création brésilienne contemporaine.

 invitation_recto


 

Posté par Fatos e Fotos à 09:56 - Permalien [#]