08.04.13

Politique & religion : la force du groupuscule évangélique au coeur du congrès brésilien

Le recensement réalisé en 2010 par l’IBGE* a démontré que, pour la première fois, le nombre total de catholiques brésiliens avait baissé et que le nombre d’évangéliques avait considérablement avancé. Une aubaine pour les parlementaires évangéliques qui n’auront plus de mal à exercer leur influence politique sur les fidèles de l’Église évangélique et à maintenir leur place à l’intérieur du congrès national brésilien.

À Brasilia, l'action du groupe de parlementaires évangéliques (14,2% des députés et 5% des sénateurs), bien qu'appartenant à plusieurs partis politiques différents, s’articule principalement dans la défense de leurs propres dogmes religieux. Les évangéliques ont plutôt tendance à être contre qu’à faveur : contre la légalisation de l'avortement, contre le mariage homosexuel, contre l'euthanasie et la libération des médicaments. Néanmoins, ils sont toujours favorables à une large liberté religieuse.

‘La présence des évangéliques dans le congrès national brésilien est le résultat d’une réalité démographique : la croissance rapide des religions évangéliques, notamment des pentecôtistes, aura comme résultat la consolidation de la présence des pasteurs protestants au pouvoir’, explique un professeur de sciences politiques de l’université PUC-Rio.

Qui sont-ils ?

Le Front parlementaire évangélique a été crée en 2003. Trois ans après, 23 membres du groupuscule des évangéliques ont été accusés de corruption, blanchiment d’argent et détournement de fonds. Parmi les accusés, dix d’entre eux appartenaient à l’Église Universelle du Royaume de Dieu et neuf à l’Assemblée de Dieu.

Après le scandale, connu sous le nom de Mafia des sangsues, les évangéliques se sont fait un peu oublier et puis ils sont revenus sur le scénario en 2010 avec la rénovation du cadre politique et plusieurs représentants de l’Assemblée de Dieu - qui possède plusieurs ramifications - ont été élus. Mais, on dirait que l’histoire se répète et que le thème de la corruption devient récurrent chez les évangéliques. Parmi les 73 représentants de la Chambre des députés, 23 répondent à des procès auprès du Suprême tribunal fédéral.

Au contraire des évangéliques, les catholiques ne forment pas de front parlementaire. Le groupuscule s’organise de façon informelle. Parmi les députés qui appartiennent à l’Église, les plus actifs sont liés au mouvement de Rénovation charismatique, l’équivalent du mouvement pentecôtiste dans les églises protestantes. Les catholiques ont crée le Front parlementaire de défense de la vie et contre l’avortement. Le groupe compte avec 220 députés et 12 sénateurs.

Population catholique rétrécit au Brésil. Les évangéliques avancent.

Le recensement réalisé en 2010 par l’IBGE* a démontré que, pour la première fois, le nombre total de catholiques brésiliens avait baissé. Le Brésil demeure encore la plus grande nation catholique au monde, mais, pendant les dix dernières années, l’Église a perdu 1,7 million de fidèles, soit 12,2% de fidèles en moins.

Si en 1970 il y avait 91,8% de catholiques au Brésil, en 2010 ils sont 64,6%. Les évangéliques ont passé de 5,2% de la population à 22,2%. L’assemblée de Dieu possède 12 millions de fidèles et l’Église universelle du royaume de Dieu en possède 1,8 million. Le recensement a révélé aussi que les pentecôtistes - avant très présents chez la population pauvre et défavorisée - sont désormais très présents parmi la nouvelle classe moyenne brésilienne.

Sources : *IBGE (Institut brésilien de géographie et statistiques), PUC-Rio, Veja

Posté par Fatos e Fotos à 15:31 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


05.04.13

Sebastião Salgado expose les photos du projet Gênesis au Muséum d’Histoire naturelle de Londres

Du 11 avril au 8 septembre

Après huit ans sans réaliser d’exposition, le photographe brésilien Sebastião Salgado sera à l’affiche au Muséum d’Histoire naturelle de Londres. Pendant les huit ans, Sebastião a photographié plusieurs endroits sauvages partout dans le monde, comme l’Artic National Wildlife Refuge dans l’Alaska ; le désert de Kalahari ; la péninsule Valdés en Patagonie ; le fleuve Tekeze en Éthiopie et une tribu indigène au Pará au Brésil.

Cette expédition a aboutie au Projeto Gênesis, où le photographe raconte en images la condition humaine face aux inégalités sociales. Financé par l’Unesco, le Projeto Gênesis a pour objet montrer des paysages naturels qui n’ont pas encore subi l’interférence de l’être humain ainsi que la façon de vivre des tribus qui maintiennent encore aujourd’hui des traditions ancestrales.

En plus de l’exposition, Salgado lance un livre en deux volumes avec les registres du projet qui deviendront le documentaire A Sombra e a Luz (L’ombre et la lumière) ; réalisé par Wim Wenders avec la collaboration du fils du photographe, Juliano Salgado.

L’exposition montrera également les Zo’é, une petite tribu isolée d’Amazonie brésilienne. Si leur territoire reculé est relativement à l’abri des invasions, ils restent extrêmement vulnérables aux maladies transmises par des colons qui empiètent périodiquement sur leurs terres.

sebastiao6

©Sebastião Salgado

Posté par Fatos e Fotos à 15:47 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04.04.13

Mode & cheveux : le meilleur coiffeur de Montpellier

www.cutmybangs.fr

5eafd5_3741f84192a0e28d1fde45f1995d1579

5eafd5_a8ea4408bb7147e8b6f97e5597c27303

 

Posté par Fatos e Fotos à 15:20 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02.04.13

Oscar Araripe, peintre brésilien, expose une sélection d’œuvres à la Teodora Galerie à Paris

Flore

Vernissage le 11 avril à 18H

Exposition jusqu’au 7 mai

Teodora Galerie Art Contemporain

25, rue de Penthièvre Paris

Oscar Araripe a réalisé une centaine d'expositions, en majorité solo, au Brésil, aux USA, en France, en Espagne, en Slovénie, en Grèce, à Cuba, au Mexique et au Royaume-Uni.

Peintre paysagiste, de marine, réaliste et subjectif, il possède une œuvre importante, présentée dans le catalogue de la fondation qui porte son nom. Son œuvre, tant en peinture qu'en dessin, novatrice, joyeuse et vivante, estimée à plus de 3.000 images, a mérité l'attention critique d'intellectuels réputés brésiliens et étrangers.

A seguir, uma entrevista exclusiva do pintor.

Foto Oscar Araripe para Imprensa

Brasilidade : Oscar, qual é a diferença entre pintura "brasileira" e pintura "francesa"?

Oscar  Araripe : Eu diria que a pintura francesa tem “mais escola” e a pintura brasileira “mais espontaneidade”. Mas, hoje, isso importa muito pouco. O que vale é a “pessoa” do artista, a “pessoalidade” da obra. Se fôssemos procurar uma real diferença, eu diria que ela existe na valorização. E quanto mais a pintura é pessoal, mais é admirada. A verdade é que a pintura é uma arte muito difícil e portanto, raríssima de ser achada. Além disso, sofre, como as demais artes (e a educação) de falta de apoio oficial e privado. E, por fim, está sendo instrumentalizada politicamente. Ou seja, confunde-se propositadamente ou por ignorância a Arte com a Política. Hoje, no Brasil, lembrando o antigo Egito, onde tudo era deus exceto Deus, tudo é arte, exceto a Arte. E, como sabemos, não é assim. Já na França, que cultiva e protege suas artes, há séculos, tudo é bem diferente. E, entre as artes, a Pintura tem um destaque muito especial. Os franceses fazem de tudo, e muito bem, mas tem uma paixão pela pintura. Tudo converge para a Pintura.

Brasilidade : Como anda o mercado artistico brasileiro ?

Oscar  Araripe : Tem dois. Um é dos jovens, das pessoas que podem comprar e o fazem, às vezes com sacrifício, mas compram, e cada vez mais. É um “mercado” vivo e inteligente. Existe mais na sombra, mas é muito sólido e várias obras de vários artistas vem sendo construídas por ele. O outro é um blefe. artística e economicamente falando. É mais lavagem de dinheiro. Vive de verbas internacionais e de recursos nada transparentes. A verdade é que nossa imprensa é burra e reboquista: gosta do que lá fora dizem que está sendo gostado e replicam ad nausea aqui para nós. Faz sensacionalismo com a “arte” que se presta pra isso.

Brasilidade : O que o senhor acha da França em modo geral? Qual é a importancia de expor em Paris?

Oscar  Araripe : A França é adorável, porque respeita a cultura e ama as artes. Paris é a meca do artista. Mas, pelo menos na Pintura, a França sofre de muitos dos males que a atingem nos outros países. Expor uma boa pintura em Paris é ajudar a salvar a boa arte no mundo.

www.oscarararipe.com.br

OSCAR ARARIPE - FLORES TEODORA 23 - 040CM X 060CM - ACRÍLICA SOBRE TELA SINTÉTICA - 2012

Posté par Fatos e Fotos à 12:26 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28.03.13

Le jour où Otacilio Mendes vit le soleil , un voyage dans un Brésil intime et sauvage

De Ronaldo Correia de Brito

Éditions Chandeigne

Une aristocrate sur le déclin ment à son fils pour dissimuler l’inénarrable. Un vieillard hospitalier attend l’escadron qui le punira de sa générosité. Un amant assassiné revient hanter les vivants et se venger. Un couteau retrouvé dans un champ ressuscite de sombres secrets de famille. Un lieutenant de police se lance dans une insolite histoire de haine et de justice. Une âme damnée erre dans la nuit, ravivant peurs et passions... Autant de personnages que d’histoires de folie, de vengeances et de mystères.

Par un mélange subtil de récits intemporels, de réalisme magique et de mythes universels, la langue implacable de Ronaldo Correia de Brito réveille dans ce recueil de onze nouvelles un monde archaïque en suspens où s’affrontent des puissances occultes à la fois irrésistibles et destructrices, où l’insouciance de la vie côtoie la fatalité de la mort, où le passé et le présent s’entremêlent pour laisser entendre les chants d’un peuple en proie à la fureur des sentiments, celui des sertãos du Nordeste brésilien.

Des nouvelles tranchantes, comme la lame qui apparaît sans cesse, fil conducteur de ce recueil. Un voyage dans un Brésil intime et sauvage dont le lecteur ne sortira pas indemne.

ronaldo_1_©duran

Ronaldo Correia de Brito est né à Saboeiro, état du Ceará. Il est médecin, cinéaste et auteur de livres. Il est aussi chroniqueur du jounral O Povo online.

Posté par Fatos e Fotos à 10:54 - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27.03.13

Actualité : Brasilidade, l’info avec une touche brésilienne est 1.000 !

5 ans d'activité

1.000 messages postés

Plus de 1.000 visiteurs par mois

Brasilidade remercie ses amis et ses lecteurs :

Bravo! continue comme ça! Beijos. Nicole De Gouttes

Félicitations pour le succès de Brasilidade! Le Festival du Cinéma Brésilien/Jangada

Félicitations pour le blog toujours bien documenté et à jour . Les Délices de FA

Toutes mes félicitations pour votre site d'info. Le festival Moun do Brasil

Bravo ! Patrick Schuster. Naïve

Bravo Silvana pour tous tes 1.000!. Martine Viguier

Félicitations ! Carlinhos Correia, musicien

Posté par Fatos e Fotos à 15:18 - Permalien [#]
Tags : , , ,

BRICs : l’impasse sur la création de la banque de développement commun

Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, qui forment les BRICs n'ont pas réussi à trouver un accord sur le financement et l'emplacement d'une banque de développement commun entre les pays du groupe.

L'accord sur le montant financier que chacun apportera au financement de la banque avait déjà été une question épineuse pour le groupe qui rassemble des économies et des gouvernements très disparates entre eux. L'objectif de la création d'une banque de développement commun est de réduire la dépendance des pays émergents vis-à-vis des institutions financières occidentales.

Les BRICs représentent ensemble un cinquième de la production économique mondiale, mais ils ont du mal à transformer leur position économique en position politique sur la scène internationale.

Les deux plus grandes économies du groupe, la Chine et le Brésil, sont parvenues à un accord mardi dernier sur le change des devises locales (reais et yuans), avec des opérations à 60 milliards de reais (environ 30 milliards de dollars) pendant 3 ans. Ce montant pourra être augmenté conformément la volonté des deux parties. Ainsi, les deux pays agissent de façon à retirer presque la moitié de leurs actions commerciales (stocks tradings) de la zone dollar. "Notre intérêt est d'élargir nos relations avec la Chine et les utiliser en cas de turbulences sur les marchés financiers", a déclaré le président de la Banque centrale brésilienne Alexandre Tombini.

Les échanges commerciaux entre le Brésil et Chine ont atteint US$75 milliards en 2012. Le montant des exportations brésiliennes vers la Chine s’élève à US $ 41,2 milliards. Le minerai de fer représente 34%, le soja et ses dérivés 29% et le pétrole 12% des produits exportés.

La banque de développement commun

Selon les représentants des BRICs, la banque agira comme une protection contre les turbulences des marchés financiers internationaux dominés par le dollar, facilitera le commerce et l'investissement, le développement des routes, des ports et des services ferroviaires et pourra servir de rempart pour stabiliser les économies pendant les périodes de crise financière mondiale.

Les autorités ont déclaré que les BRICs pensent injecter US$ 50 milliards dans la nouvelle banque commune. Mais, ils ne savent pas encore si chaque pays injecterait US$ 10 milliards ou  si chacun contribuera en fonction de la taille de son économie.

 

Source : Reuters 2013

Posté par Fatos e Fotos à 12:23 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Jorge Martins, peintre portugais, expose une sélection d’œuvres contemporaines à la Kogan Gallery

Never look back

Exposition du 5 avril au 1er juin

Pour son premier anniversaire, Kogan Gallery a décidé de présenter une sélection de dessins récents de Jorge Martins, l’un des plus grands peintres portugais actuels.
Né à Lisbonne en 1940, Jorge Martins a vécu, outre un intermède de deux ans à New-York en 1975-1976, en France de 1961 à 1991 avant de retourner vivre au Portugal où il s’est imposé comme l’une des figures de la peinture contemporaine.

En 50 ans, sa peinture s’est fondée sur une recherche constante de la représentation de l’espace et de la lumière. Son cheminement artistique n’a cessé de mettre en résonance corps et concept, visible et invisible pour reprendre une obsession commune à Gustav Klimt, rationnel et irrationnel dont la rencontre conditionne selon lui la forme. Cette recherche constante a amené Jorge Martins à doter son oeuvre d’un alphabet qui lui soit propre. Son lexique de formes et de symboles agit en fil conducteur de son oeuvre et permet d’en comprendre la syntaxe et la mémoire.

KOGAN GALLERY, 96 Bis rue Beaubourg, PARIS

viewer-1

viewer-2

viewer

Posté par Fatos e Fotos à 10:51 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Musique : la diversité musicale de la 30e édition du Festival Banlieues Bleues 2013 délibérément tourné vers l'avenir

Du 5 au 26 avril

En soirée d’ouverture du Festival :

10832

EGBERTO GISMONTI SOLO

Vendredi 5 avril à 20h30

Espace 1789 - Saint-Ouen

Pour son récital à Banlieues Bleues, Egberto Gismonti a choisi ses deux instruments fétiches, une guitare acoustique à dix cordes de nylon et le clavier zébré d’un grand piano, pour alterner entre lyrisme minimal, virtuosité ébouriffante, folklore savant et lignes de fuite mystiques.

Le programme de cette édition-anniversaire du festival Banlieues Bleues poursuit l’aventure, délibérément tourné vers l’avenir. En explorant les recoins intrigants et décoiffants de la production mondiale actuelle, en conjuguant au présent et au futur les formes les plus diverses du jazz et des musiques qui s’en inspirent, il reflète l’esprit d’ouverture d’une musique profondément artisanale et humaine.

Autour des concerts, les Actions musicales, lieu de rencontres, d’ateliers, d’expériences, font résonner la richesse et la diversité du programme dans les collèges, écoles de musique, conservatoires, centres sociaux, services jeunesse ou lycées de  la Seine-Saint-Denis, offrant au public, jeune et moins jeune, de multiples occasions de découverte, de participation et de collaboration avec les artistes programmés. Improvisation, hip hop, rebetiko, chants et danses zoulous, musique arabe...

www.banlieuesbleues.org

bb_festival

Posté par Fatos e Fotos à 10:45 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Peinture : Vers le vert, nouvelle exposition du plasticien brésilien Sérgio Bello

Du 5 avril au 25 mai

Galerie Ricardo Fernandes

7 rue Vertbois Paris - France

« Profondément indigné par le cruel manque de Vert dans notre société, toute mon œuvre picturale témoigne de ma colère - Le Vert est un idéal, et vous l’avez oublié. Je porte en moi une graine verte, couleur de l’espérance, une graine qui va éclore en une jeune plante, chlorophylle vert tendre, rêvant de lumière, promise au miracle de la photosynthèse, cri-vert, destiné à s’ouvrir en un bourgeon rouge-vermillon. » Sérgio Bello

Originaire de Recife (Nord-Est du Brésil), Sérgio Bello vit à Paris depuis 1978. Peintre et plasticien reconnu, il débute sa carrière dans son pays natal où il rencontre un vif succès qui le mène à poursuivre ses études et son travail à Paris. Artiste engagé, ses œuvres traduisent ses préoccupations sociales et environnementales et nous invitent à la découverte d’une nature tropicale en agitation, où la faune et la flore nous interpellent sur l’urgence d’une prise de conscience écologiste.

Posté par Fatos e Fotos à 10:38 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,