13.09.18

Festival Biarritz Amérique Latine : cinq films brésiliens en compétition dans la 27è édition du festival du film de Biarritz

cinema biarritz

Du 24 au 30,09.2018

Vitrine reconnue des cinémas latino-américains, le Festival Biarritz Amérique Latine propose trois compétitions de films longs-métrages, courts-métrages, et documentaires.

Les films brésiliens en comptétion en 2018:

Catégorie Longs métrages fiction

DESLEMBRO par Flavia Castro , Brésil, France, Qatar

Catégorie Longs métrages documentaire

BIXA TRAVESTY par Claudia Priscilla et Kiko Goifman, Brésil

Catégorie Courts-métrages

GUAXUMA par Nara Normande, Brésil, France

O ORFAO par Carolina Markowicz, Brésil

REPULSA par Eduardo Moroto, Brésil

Films hors-compétition

BENZINHO, de Gustavo Pizzi, Brésil 

LOS SILENCIOS, de Beatriz Seigner, Brésil, Colombie, France (en présence de la réalisatrice)

Festival Biarritz Amérique Latine

biarritz18

Posté par Fatos e Fotos à 13:23 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


11.09.18

CRAC Occitanie : performance et rencontres autour de l'exposition Mademoiselle

SAMEDI 15 SEPTEMBRE À 18 HEURES - PERFORMANCE DE LIV WYNTER

L'artiste féministe Liv Winter présente une performance autour de l'absurdité et de la lassitude de devoir sans cesse se faire entendre. Faisant référence à la fable d'Esope, « Le garçon qui criait au loup » ainsi qu'à la citation de Marx au sujet de l'Histoire qui se répète « la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce », le  monologue  de  Liv Wynter évoque  la position d'une femme dont la maison brûle constamment.

DIMANCHE 16 SEPTEMBRE À 17 HEURES - DISCUSSION - RENCONTRE

Quatre artistes de l'exposition Mademoiselle  :  Liv Wynter, Pauline Curnier-Jardin, Apolonia Sokol & Romana Londi viennent présenter leur travail, débattre de leur expérience en tant qu'artistes féministes, et répondre aux questions du public. 

Exposition Mademoiselle - Liv WYNTER - Housefire, Installation - Photographie © Marc Domage

CRAC OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée - 26, quai Aspirant Herber - SÈTE

 

Quai Branly : l'art, l'histoire et la culture malgaches réunis dans une exposition qui manifeste toute la puissance de l'île

Les publications sur le sujet sont nombreuses, souvent dédiées aux arts plastiques, mais elles n’abordent que rarement le sujet sous l’angle de l’histoire de l’art. L’exposition au musée du quai Branly - Jacques Chirac présente l’art de la Grande Île à travers près de 360 pièces sélectionnées pour leur intérêt historique, esthétique et ethnologique, depuis les époques anciennes jusqu’à la période contemporaine.

Si l’art, l’histoire et la culture malgaches restent encore méconnus, cette exposition vise à les faire découvrir à travers des œuvres et des documents, anciens ou contemporains, répartis en trois grandes sections. 

En rassemblant des témoignages très anciens, avec des pièces archéologiques, et très actuels, avec des œuvres d’artistes vivants, l’exposition rend compte de l’histoire et de l’histoire de l’art de la Grande Ile sur près de dix siècles. Cette anthologie vise également à sortir d’un discours et d’une perspective coloniale, émaillée de jugement et d’apriori.

Par le dynamisme des expressions actuelles et la force des œuvres antérieures, les arts de Madagascar n’appartiennent pas au passé. A la croisée des mondes, ils ne peuvent être comparés à ce qui se fait ailleurs, se déploient sans contraintes de style ou de motifs et révèlent ici toute leur singularité. 

unnamed

Couverture : Poteau funéraire, Jean-Jacques Efiaimbelo © Droits Réservés 
Poteaux funéraires © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Léo Delafontaine, Claude Germain 

 

Posté par Fatos e Fotos à 12:02 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Cinéma : 11è cycle Découverte du Brésil sous le thème Mémoire et Solidarités

Du 26 septembre au 24 octobre 2018

Maison internationale de Rennes 

Le thème retenu cette année par le Collectif Brésil de Rennes, l'organisateur, est Mémoire et solidarités. Au travers du cinéma, le collectif propose de partir à la découverte du Brésil en images sur des sujets comme l'esclavage, le droit au logement et les migrants. 

Au programme, une selection de films :

Hôtel cambridge - fiction de Eliane Caffé (2016)

Des réfugiés fraichement arrivés au Brésil occupent avec un groupe de « sans toit » un vieil immeuble abandonné au centre de São Paulo. Menacés d'expulsion, ils doivent apprendre à cohabiter et à faire de leur différence une force.

- Martirio - documentaire de 162mn Vincent carelli, Ernesto de Carvalho et Tita

Un documentaire percutant sur les indiens Guarani-Kaiowa qui luttent pour la préservation de leurs droits. Les réalisateurs fouillent dans l'histoire coloniale, les débats judiciaires et politiques pour mieux comprendre la complexité de leur lutte.

- Noir Brésil - documentaire d’Angèle Berland - Prix Jules Verne 2018

Documentaire sur les conséquences de l'esclavage qui marque profondément la société brésilienne. Il s'appuie sur les travaux archéologiques entamés à l'occasion des Jeux Olympiques de Rio . Quand l'archéologie interroge le passé pour pouvoir construire l'avenir.

- Cartas para Angola de Coraci Ruiz e Julio Matos (2013)

Ce film raconte la correspondance entre le Brésil, l'Angola et le Portugal à travers des vidéos épistolaires; des histoires qui s'entrecroisent et dépeignent un Angola peu connu.

- Le manuscrit perdu de José Barahona (2010)

Le documentaire part à la recherche du manuscrit de Frederique Mendes, poète et aventurier portugais du XIX siècle, menant par la même occasion une réflexion sur la colonisation portugaise au Brésil , sur les origines de la société brésilienne et sur quelques questions qui en découlent comme la lutte pour la terre. 

Les projections seront suivies de débats avec des membres de la communauté brésilienne.

photo flyer b

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:45 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05.09.18

Música brasileira : Rodrigo Campos lança seu quarto disco "9 Sambas"

O compositor e cantor Rodrigo Campos lança seu quarto disco 9 Sambas, todos compostos em 2017 e gravados ao longo do ano.

« Na busca por uma voz que pudesse ser um pouco minha, mas que fosse também comum ao samba, escolhi falar de uma forma inerente ao gênero, pegando emprestado esse olhar contemplativo, mas também direto na simplicidade de sua filosofia. Não que se possa realizar, de fato, a irreverência metafísica dos grandes sambistas, seria mais procurar por ela. Dito isso, à maneira deles, destilei alguns pensamentos sobre o absurdo, o jogo da vida, o homem, a clareza, a dor, o amor, as bandeiras, a mulher e o envelhecimento. Também imagino, nesses nove assuntos, nove biologias de samba, ou nove arquétipos de samba, como que se fosse o samba uma pedra partida em nove pedaços. » conta Rodrigo.

Next Shows:

20/09 - SESC Pompéia - lançamento 9 SAMBAS
01/10 - Ó do Borogodó

Para saber +: http://rodrigocampos.art.br

unnamed

Photo: Zé de Holanda

Posté par Fatos e Fotos à 13:02 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


30.08.18

Visa pour l'Image édition 2018 : le festival fait escale au Brésil, en Bolivie et en Colombie

Chaque année, à Perpignan, une sélection des meilleurs sujets photojournalistiques venus du monde entier.

Entrée gratuite, tous les jours, de 10h à 20h, du 1er au 16 septembre 2018

A la Une

Samuel Bollendorff - Contaminations

Contaminations propose une réflexion sur les pollutions industrielles irrémédiables, transformant pour des décennies voire des siècles, des territoires en zones impropres au développement de la vie.

Samuel Bollendorff a fait le tour du monde et il est passé par le Brésil. En 2015, le barrage de rétention des déchets miniers de l'entreprise Samarco s'est rompu, déversant l'équivalent de 187 pétroliers de boue toxique contenant mercure, plomb, manganèse, cadmium ou encore arsenic, dans le Rio Doce, le cinquième fleuve du Brésil. Aujourd'hui le «fleuve doux » s'appelle le fleuve mort.

738_bollendorff-contaminations_001

©Samuel Bollendorff 

Mais aussi :

Paula Bronstein - Apatrides, abandonnés et rejetés : la crise des Rohingyas

58b9ed_a232a7d081404b15957549cf438b14fd~mv2

©Paula Bronstein 

 Miquel Dewever-Plana – Bolivie : Pour tout l'argent de Postosi

(14)DeweverPlana-Potosi_IMG_9454_BD_medium

©Miquel Dewever-Plana

Catalina Martin-Chico – Colombie : (Re)Naître

Le-reportage-de-Catalina-Martin-Chico-sur-les-ex-guerilleras-des-Farc-recompense-par-le-Prix-Canon-de-la-Femme-photojournaliste-soutenu-par-ELLE-760x490

©Catalina Martin-Chico

24.08.18

Musique : Carlos Correia sort son premier album, Kumbulassaya

Disponible à partir du 1er septembre 2018

Kumbulassaya s’annonce comme un mini-album de huit  titres pleins de sens et faciles à écouter avec des mélodies entêtantes et un swing dansant. 

Carlos Correia navigue entre trois continents, plusieurs langues et des aventures musicales sans frontières s’inspirant de styles musicaux aussi variés que la bossa , l’afro , le jazz et la pop. Guidé par des icônes comme Gilberto Gil, Caetano Veloso, Lionel Ritchie , Bonga ou Cesária Évora, l'artiste vit la musique de l’intérieur et sa voix, à la fois puissante et délicate, en devient un vecteur d’émotions pures et sincères. 

Sur le chemin menant à cet album , le musicien a notamment été accompagnée par Jean Michel Pelegrin (saxophone, flûtes, clarinette), Fábio Zarbatto Longo (basse, contrebasse, guitare) et son fils Rémi Correia (percussions).

Le public pourra découvrir Carlos Correia sur scène très prochainement à Montpellier, en tournée européenne, au Mozambique et au Brésil.

Pour en savoir +:https://www.facebook.com/carloscorreiamusic/videos/185073535382323/

Pochette Kumbalassaya v9 - copie

Posté par Fatos e Fotos à 15:18 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Fotografia : SP-Arte/Foto/2018 apresenta a sua 12a edição

Até 26,8.2108

A Feira de Fotografia de São Paulo chega a sua 12aedição com 33 expositores que reúnem registros dos mais renomados fotógrafos do Brasil e do mundo. Além de importantes galerias, editoras e museus, a SP-Arte/Foto/2018 conta com uma extensa programação cultural: ciclo de palestras e debates sobre o fazer fotográfico, o Talks, visitas guiadas pela Feira, lançamentos de livros e exposições pela cidade.

A edição 2018 reúne 33 expositores. As galerias Emmathomas, Fortes D'Aloia & Gabriel, Gabriel Wickbold, MaPa, OMA, Silvia Cintra + Box4 e VilaNova estreiam na SP-Arte/Foto/2018. Após um hiato de quatro anos, a galeria Nara Roesler retorna ao evento. A essa seleção, juntam-se as veteranas Dan, Fólio, Lume, Mario Cohen, Marcelo Guarnieri, entre outras. 

Entre os destaques já confirmados, estão um conjunto de fotografias do americano David La Chapelle, apresentado pela Babel; uma série inédita da gaúcha Romy Pocztaruk, pela Zipper; e registros de Mauro Restiffe, Erika Verzutti e Luiz Roque pela Fortes D'Aloia & Gabriel. A Galeria Vermelho, por sua vez, traz séries de Rosangela Rennó e Marcelo Moschetta. 

A estreante MaPa apresenta ao público seu acervo de fotoclubismo e fotojornalismo vintage, produzido entre as décadas de 1940 e 1970, por nomes como Orlando Pilar Duarte, Ferenc Aszmann e José Lambert. 

A SP-Arte/Foto traz ainda uma novidade: uma homenagem a German Lorca, um dos mais importantes nomes da fotografia brasileira. Aos 96 anos e prestes a ser protagonista de uma retrospectiva no Itaú Cultural, Lorca assina um ensaio inédito, produzido especialmente para a revista da SP-Arte/Foto/2018. 

SP-Arte/Foto/2018

Shopping JK Iguatemi, 3º piso

A entrada é gratuita e encerra todos os dias meia hora antes do horário de fechamento da Feira

bartaart-barta-art-sp-arte-art-fair - copie

 

Posté par Fatos e Fotos à 15:08 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20.08.18

Festival Biarritz Amérique latine: Uruguay, pays invité de la 27e édition

Enserré entre deux voisins imposants, l'Uruguay fait figure de phénomène. Sa culture rayonne bien au-delà de ses 3,5 millions d'habitants.

Joyau secret de l'Amérique latine, l'Uruguay est le pays invité de la 27e édition du Festival Biarritz Amétique latine. Au programme, une rétrospective d'une douzaine de films - qui présentera pour la première fois en France une véritable histoire du cinéma uruguayen -, des rencontres littéraires qui rendront hommage à l'auteur Juan Carlos Onetti, la présence des écrivains Juan Carlos Mondragon et Antonio Muñoz Molina, des expositions et des concerts.

A propos de l'Uruguay

- La constitution, le système éducatif et le code pénal proche du code Napoléon sont inspirés des grandes institutions françaises;

- les Uruguayens bénéficient d'un droit du travail très protecteur géré par des Conseils des salaires regroupant des représentants du gouvernement, des entreprises et des syndicats;

- Depuis juillet 2017, le cannabis est en vente en pharmacie sous contrôle de l'Etat, dans la limite de 10 grammes par semaine;

- La législation uruguayenne est la plus libérale de toute l'Amérique latine en ce qui concerne les droits des personnes homosexuelles ou transgenres;

- 95% de l'énergie uruguayenne provient d'énergies renouvelables comme l'éolien, la biomasse ou l'hydraulique.

A propos de Juan Carlos Onetti

Né en 1909 à Montevideo en Uruguay, Juan Carlos Onetti interrompt ses études et exerce de nombreux métiers avant de se consacrer au journalisme.

En 1930, il s’installe à Buenos Aires. Contes et nouvelles commencent à paraître et il publie en 1939 son premier roman, Le Puits. Il travaille pour l’agence Reuters, où il restera jusqu’en 1954. En 1950 paraît La Vie brève, premier volume du « cycle » de Santa María, une ville mythique aussi cruelle que fascinante, dans laquelle se perd l’homme moderne. Laissons parler le vent clôturera ce cycle en 1979.

De retour à Montevideo, il se lie d’amitié avec Luis Batlle Berres, à qui il dédicacera Le Chantier, etreçoit en 1962 le Prix national de Littérature. Opposant à la dictature de Juan María Bordaberry, il est arrêté et emprisonné quelques mois en 1974, puis relâché après une campagne de protestations internationales ; il part s’installer à Madrid où il collabore au journal El País.

Il reçoit le prix Cervantès, la plus haute distinction littéraire en Espagne, en 1980. Malgré le retour de la démocratie en Uruguay, il décide de rester à Madrid et c’est dans cette ville qu’il meurt en 1994.

unnamed

 

 

Desmatamento: governo Temer maquia a redução das emissões na Amazônia

Ao contrário do que afirma, o governo brasileiro não atingiu a meta de redução de desmatamento de 80% na Amazônia, que deveria ser no máximo de 3925 km2 em 2020. A última taxa de desmatamento (2017) foi de 6.947 km2, ou seja, 77% maior que a meta, conforme declaração do Greenpeace Brasil.

"Os cálculos que o governo utiliza para anunciar a redução das emissões de CO2 por desmatamento deveriam ser transparentes. Ao incluir na conta as remoções de emissões em terras indígenas e Unidades de Conservação (UCs), o governo levanta uma série de dúvidas. Embora essas terras sejam fundamentais para a proteção das florestas, elas sofrem com invasões, retirada ilegal de madeira, desmatamento e queimadas, o que afeta a capacidade dessas áreas absorverem carbono", explica Cristiane Mazzetti, especialista em Desmatamento do Greenpeace Brasil.

Já em relação ao uso do Cadastro Ambiental Rural (CAR), ele não é instrumento adequado para medir remoções de gases do efeito estufa.

Além disso, Temer anuncia uma redução de emissões por desmatamento ao mesmo tempo em que propõe e concretiza políticas na direção contrária, como a redução de áreas protegidas e a Lei 13.465/2017, que incentiva a grilagem de terras, dentre outras propostas que levarão a um aumento do desmatamento e de emissões futuras, colocando em risco, inclusive, o cumprimento brasileiro do Acordo de Paris.

Posté par Fatos e Fotos à 13:52 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,