03.05.08

Maio 68

paris_03

Em maio de 1968, o Brasil vivia a ditadura militar, instaurada em 1964 após o golpe que destituiu o presidente João Goulart.

O movimento estudantil, que havia começado a se reerguer em 1966, ganhou força após a morte do estudante Edson Luis de Lima Souto, no Rio de Janeiro, após uma manifestação contra o preço da comida do Calabouço, o refeitório do Instituto Cooperativo de Ensino, onde Edson cursava o segundo grau. O regime militar deu aos estudantes uma razão a mais pela qual lutar, já que se mostraram capazes de matar um deles.

Os estudantes brasileiros reivindicavam mudanças na educação, no sistema de ensino, e queriam ter participação no processo educacional, visando à democratização do ensino. Mas as reivindicações se ampliaram e passaram a pedir o fim da ditadura, gerando greves, ocupação de universidades e passeatas.

O governo militar usou os protestos como uma das formas de justificar a aplicação do Ato Institucional número cinco, o AI-5, que implantou a censura e enfraqueceu o movimento estudantil.


Posté par Fatos e Fotos à 20:05 - Permalien [#]


24.04.08

Colombie : futur illuminé ou cauchemardé du monde ?

La Colombie racontée par Luis De la Torre, colombien de naissance, français d’adoption, peut être l’incarnation du mot métissage et l’avenir illuminé du monde. Mais, elle peut être aussi le futur cauchemardé du monde. Dans cette interview, Luis nous livre un peu de sa personnalité et nous parle d’actualité : Ingrid, Uribe et les Farc…

america_colombie

Lieu de naissance : Santafé de Bogotá (Colombia)
Profession : Fonctionnaire territorial (France)
Etudes : Sociologie, Sciences Politiques
Plat préféré : Sepiones à la plancha que j’accompagne de " patacones ", banane plantain verte frite
Livre préféré : Les livres sont des compagnons de voyage temporaires. Le dernier qui m’a bouleversé est " El pintor de batallas " (Le peintre de batailles) de Arturo Perez Reverte, une nouvelle réflexion lucide et désenchantée sur l’homme en guerre, c’est à dire le récit des hommes confrontés à l’alternative de mourir ou d’éliminer leurs semblables.
Film préféré : " Les 7 samouraïs " d’Akiro Kurosawa. L’histoire miraculeuse d’une entreprise humaine qui transcende les barrières sociales et qui rend compte de l’implacable solitude des purs. Je suis toujours ému aux larmes au moment de la mort de Kikuchiyo le faux samouraï – paysan, incarnation héroïque et pathétique du combat sans issu de tous les déclassés.
Chanteur préféré : Joan Manuel Serrat, chanteur catalan des année 70s pour la partie de son œuvre qui met en musique les poètes espagnols de la guerre civile.
Dieu : Ce prétentieux inutile a cessé d’exister à Bogotá au petit matin d’un jour sombre de 1969 lorsqu’il n’a pas entendu le désespoir d’un enfant confronté à la violence et à la mort. Ses vicaires sur terre poursuivent depuis des siècles leur sale besogne d’obscurantisme et de répression en véritables parasites sociaux.

La Colombie vue de l’intérieur : La Colombie existe. Chacun peut la rencontrer. C’est l’incarnation vivante du mot " métissage " : géographies contrastées, impureté raciale, inachèvement politique, syncrétisme musical abouti, sourire permanent au coin des lèvres. La Colombie est l’avenir illuminé du monde.

Colombie vue de l’extérieur : La Colombie n’existe pas. Tout au moins les images fugitives qui la représentent ne lui font pas justice. La guérilla et les narcotrafiquants ne sont pas les " Picaros " de Tintin.
Ils sont plus cruels et mieux insérés dans l’économie monde. L’économie souterraine de la drogue ne représente pas plus de 5% du PIB de ce pays riche. Mais la société colombienne en est durablement gangrenée. La Colombie est le futur cauchemardé du monde.

Ingrid, Uribe, les FARC …
Ce sont les anges et démons familiers des colombiens.
Ingrid était une jeune fille de bonne famille qui faisait de la politique comme on joue aux cartes dans les salons bourgeois : avec raffinement, un peu de canaillerie et en trichant.
Elle n’a pas cherché le calvaire qu’elle subi depuis 7 ans. Elle a simplement " raté " un bluff. Elle est donc devenue, à son insu, une icône mondiale et elle finira par monter au ciel de son vivant comme Remedios La Bella dans " Cent ans de solitude ".
Alvaro Uribe n’est pas seulement un populiste conservateur lié idéologiquement (si ce n’est patrimonialement) aux paramilitaires. C’est le représentant le plus abouti de l’esprit pionnier des " paisas ", les mythiques entrepreneurs du terroir d’Antioquia au centre du pays dont la capitale est Medellin.
A dos de mulet, le crucifix sur le cœur et une machette à la main, ces rudes descendants de basques émigrés ont colonisé les vallées andines et ont inventé en Colombie à la fin du XIX° siècle l’hacienda caféière, le commerce fluvial et de détail et l’industrie textile.
On leur doit également le système financier colombien, l’économie du narcotrafic et la contre-insurgence paramilitaire.
Ce que les colombiens voient dans ce père fouettard au visage peu amène ce sont les vertus cardinales du conservatisme mythifié de ces pionniers : autoritarisme patriarcal, valorisation de l’effort et du travail, adhésion fervente à la religion. Uribe a déjà transformé la Colombie en changeant le cours d’une guerre low level de 40 ans qui semblait ne devoir jamais se terminer.
Les FARC sont une erreur historique. La plus ancienne guérilla marxiste du monde n’a jamais eu de liens avec les pays du bloc communiste. La méfiance a surtout été de mise avec Cuba qui a encouragé et soutenu la guérilla concurrente du ELN (Armée de Libération Nationale).
Aussi, les FARC ne se sont jamais débarrassé de leur condition originelle de groupe d’autodéfense paysanne issu de la guerre civile bi-partisane des années 40-50. Manuel Marulanda Velez dit " Tirofijo " son chef et fondateur historique, en est l’exemple caricatural et pathétique. Empêtrés dans les contradictions de leur statut d’armée paysanne dans un pays à dominante rurale, enclavés de surcroît dans les zones isolées de la forêt vierge et du piémont andin, les FARC n’ont pas su (ou pu ou voulu), résister à l’économie de la drogue dont ils sont maintenant un des piliers majeurs en matière de culture de la feuille de coca, d’acheminement logistique et protection des laboratoires de production, et de transport de la cocaïne vers les ports d’embarquement vers l’étranger. Leur criminalisation définitive, plus encore que leur défaite militaire désormais programmée, est un des plus graves dangers qui guettent la Colombie à moyen terme.

La France pour moi …
La France pour moi c’est la langue française, sa sonorité étriquée, son architecture grammaticale rigoureuse et ses déconstructions populaires contemporaines. J’aime aussi ses villes à taille humaine avec ses espaces publics soignés et ses vieilles pierres nostalgiques. Mais depuis 30 ans je ne suis pas arrivé à m’habituer au paysage sans sel des avenues de vignes sagement alignées dans la garrigue. Je déplore aussi les réflexes étroits de certains de ses habitants et notamment l’esprit de terroir par peur de l’autre ou de la nouveauté. J’aime ce pays, la France, qui est devenu mon destin par défaut.


Posté par Fatos e Fotos à 11:50 - Permalien [#]

21.04.08

Inside Brazil 1

InsideBrazil_640x128

Le journal The Guardian a publié récemment une série de reportages à propos du Brésil.
Voici les 5 designs brésiliens les plus connus et appréciés par les britanniques :

1. The Favela Chair
Chaise construite par les frères designers Campana avec le même bois utilisé par les habitants des favelas dans la construction des maisons. Prix de la chaise : $4,000.

2. The Havaiana Flip Flop
Créées en 1962, les tongs Brésiliens sont devenus un accessoire de mode international. À Rio, une paire de tongs coûte R$ 10 (environ 30 euros en Europe).

3. Oscar Niemeyer’s Congress Building
Construit in 1950 par l’architecte et situé à Brasília, le Congrès National est connu par ses lignes convexes et concaves et est considéré comme le plus grand symbole de l’architecture brésilienne.

4. The dental floss bikini
Le string brésilien aussi connu comme " fio dental " et aussi considéré comme l’un des plus remarquables symboles du design brésilien.

5. The tutti frutti hat
En 1939, la chanteuse Carmen Miranda est devenue l’icône brésilienne à l’étranger. Sur scène elle portait des chapeaux tutti frutti.


Posté par Fatos e Fotos à 14:07 - Permalien [#]

16.04.08

Commerce de bois illégal

Suite à l’action de Greenpeace au large de Caen sur le Galina III qui transportait du bois illégal, les autorités brésiliennes ont annoncé la confiscation dans le port amazonien de Santarem d’une nouvelle cargaison de bois à destination de l’Europe.

L’IBAMA, l’agence environnementale fédérale brésilienne, chargée de la surveillance de la forêt amazonienne, a bloqué à quai le BSLE Express avec à son bord une cargaison de bois ne correspondant pas à la description figurant sur les documents d’exportation.
Parmi les acheteurs de ce bois illégal figurent plusieurs importateurs européens, dont les Établissements Peltier, entreprise française déjà impliquée dans la cargaison douteuse du Galina III.

732 m3 de bois chargés sur le BSLE Express ont été saisis. Les exploitants forestiers impliqués ont d’ores et déjà été condamnés par les autorités brésiliennes à des amendes pour fraude d’un montant total de plus de 108 000 euros.

Au Brésil, 60 à 80 % du bois exporté est entaché d’illégalité, et la France est le premier importateur de bois brésilien en Europe.

Source : Greenpeace France

BANANE

Posté par Fatos e Fotos à 10:38 - Permalien [#]

Free Tibet

30_MVB_salvo

Photo: Ricardo Leoni/O Globo

Posté par Fatos e Fotos à 10:32 - Permalien [#]


05.04.08

Love is in the Air

Pedro Ruiz

" La parte del diablo es ese trazo blanco, al comienzo sólo una línea, más lejos una franja liviana que permanece en el avie, y al final una suerte de bruma que sa disolviendo sobre os campos. Es el hilo de muerte que deja a su paso el artefacto blanco, el pájaro mecánico, el juguete del viento. Y basta ese objeto minúsculo en el aire, y basta ese trazo blanco en el cielo, para que los paisajes pierdan su inocencia, y nuestra morada en la tierra se llene de un horror sutil y de una pavorosa advertencia.

Source : pedroruizarte.blogspot.com

artwork_images_216_237926_p

Posté par Fatos e Fotos à 14:15 - Permalien [#]

Rolling Stone Brasil

Sepultura
Teorias da Conspiração

Após 10 anos de distanciamento, os irmãos Max e Igor Cavalera resolvem as diferenças da época do Sepultura, se reencontram como família e retomam a parceria musical com uma nova banda, Cavalera Conspiracy.

Source : www.rollingstone.com.br

18

Posté par Fatos e Fotos à 14:13 - Permalien [#]

15.03.08

68 destins

15

Le photographe brésilien Evandro Teixeira, présente son nouveau livre 68 Destinos – Passeata dos 100 mil, un recueil d’images sur le mouvement des étudiants brésiliens à Rio de Janeiro en 1968 contre la dictature militaire.

logo_68destinos_home

www.evandroteixeira.net


Posté par Fatos e Fotos à 11:37 - Permalien [#]

10.03.08

Dérives et Continents

Dans le cadre du projet de Rencontres Internationales d'Artistes Plasticiens, le Local, à Poitiers, présente l'exposition du plasticien brésilien Sérgio Bello.

Du 10 mars au 31 mai 2008.

affiche

www.sergio-bello.com

Posté par Fatos e Fotos à 18:15 - Permalien [#]

02.03.08

Coup de coeur

Expo_MJC

Posté par Fatos e Fotos à 10:47 - Permalien [#]