13.02.10

Le magazine masculin brésilien "Trip" va gagner une version allemande

 

L'éditeur et journaliste allemand Thomas Garms a obtenu une licence pour publier le magazine brésilien Trip  en Allemagne, en Autriche, en Suisse et au Luxembourg.

L'ancien rédacteur en chef du magazine Men's Health et Hörzu et ancien collaborateur de Playboy,  prévoit de publier la première édition du magazine masculin en avril. Selon lui, à partir de la mi-septembre, la revue sera déjà en circulation dans les villes des quatre pays, étant le magazine brésilien le premier à percer dans le marché européen.

Dans la Trip allemande, le lecteur trouvera un mélange d’articles de la publication brésilienne et de nouveaux sujets écrits par des auteurs allemands. Selon Garms, le lecteur européen peut s'attendre à un magazine fun, intelligent, et différent de l'ordinaire.

La publication s'adresse aux hommes curieux et passionnés, surtout aux jeunes avec des bonnes connaissances culturelles. La cible masculine se trouve entre les 25 et 50 ans. Mais, pas seulement. Garms attire l’attention sur le fait que Trip est une revue que les femmes aussi aiment lire.

La publication allemande aura un tirage de 100 mille exemplaires et chaque exemplaire coûtera environ € 4,80. Initialement, le magazine sera distribué dans les grandes villes, dans les lieux de grand mouvement, comme les gares, les aéroports et les boutiques masculines.

Selon l'éditeur allemand, les magazines pour hommes sont un genre qui n’attirent plus les hommes, car leur contenu et leur esthétique sont devenus obsolètes et ne sont plus convaincants. "Les voitures, les montres, le champagne et les blondes avec de gros seins ne séduisent plus les hommes modernes et ne nourrissent plus leurs rêves », a déclaré Garms.

Posté par Fatos e Fotos à 11:05 - Permalien [#]


11.02.10

Soirée Carnaval Brasil 2010 à la salle Jacques d’Aragon à Montpellier

Le 12 février à partir de 21h

Au programme :

Capoeira avec le groupe Senzala

Percussion avec le groupe Mata Verde

Pagode et samba, avec Wallace Negão

Restauration avec l’association Saudade (réservations au 0621704163)

Un verre de caipifruta (cocktail brésilien) sera offert à toutes les personnes déguisées

entre 21h30 et 22h30.

Entrée libre.

Pour en savoir + : 04 67 99 39 10 

carnaval

 

Posté par Fatos e Fotos à 15:28 - Permalien [#]

07.02.10

Carnaval 2010 au Brésil : tout sur le carnaval de cette année

wallpaper_carnaval

Pour en savoir + : www.g1.globo.com/g1/carnaval2010/

Posté par Fatos e Fotos à 12:27 - Permalien [#]

06.02.10

Márcio Faraco en concert au JAM à Montpellier

Ce soir à 21h, accompagné de Philippe Baden Powell au piano, Gerson Saeki à la basse, Raul Mascarenhas au saxophone

E1F

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:58 - Permalien [#]

Ricardo Mosner expose à la nouvelle librairie El Salón del libro à Paris

Le lundi 8 février à 18h30

21, rue des Fossés Saint-Jacques. Paris 5e (Près du Panthéon)

Ricardo Mosner a participé à de nombreuses expositions collectives dont L’Amérique Latine au Grand Palais et les Ateliers de l’ARC au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 1984, la Biennale de Paris et les "Murs peints" du Centre Georges Pompidou en 1985, la Triennale des Amériques en 1993.

Il exerce également son art dans le domaine de l’affiche et de l’édition. Véritable caméra des fantasmes de sa ville natale, il ne cesse de recréer avec une boulimie déconcertante les archétypes du mythe argentin… 

Ricardo_Mosner

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:56 - Permalien [#]


01.02.10

Márcio Faraco en concert au JAM à Montpellier

Le 6 février à 21h, accompagné de Philippe Baden Powell au piano, Gerson Saeki à la basse, Raul Mascarenhas au saxophone

Marcio_pet_def

Márcio Faraco, guitariste, chanteur compositeur, est né au Brésil, non loin de la frontière argentine. 

Il débute sa carrière en qualité de guitariste rock.  Adolescent, il remporte de nombreux prix lors de festivals. A l'âge de 25 ans, il décide d'aller tenter sa chance à Rio Janeiro comme auteur-composteur-interprète. En 1992, il s'exile à Paris et rencontre Didier Sustrac, qu'il accompagne sur scène et en studio tout en entreprenant l'écriture de son premier album personnel Ciranda. Ensuite, seul sur scène avec sa guitare, il orchestre la première partie du Trio Esperença. Il rencontre ensuite  Chico Buarque et grâce à lui, Márcio participe à un hommage  rendu à Jobim, mort en 1994.

Pour son second album intitulé Interior (2002), Márcio crée des arrangements sobres. En 2005, il revient avec Com Tradição, un CD beaucoup plus extraverti. En 2007, Márcio Faraco, retourne à une atmosphère plus introvertie avec Invento.

Il célèbre les 50 ans de la Bossa Nova en 2008, avec le CD Un Rio et adapte pour cette occasion la chanson A quoi ça sert l’amour d’Edith Piaf.

Márcio Faraco nous fait voyager dans un Brésil populaire aux ambiances chaudes et feutrées.  Ses mélodies font rêver, ses accords sont parfaits et sa voix est douce. Son style est un mélange de ballades agréables et sambas vitaminées dans le plus pur style traditionnel brésilien.

E1F

 

Posté par Fatos e Fotos à 11:25 - Permalien [#]

30.01.10

Fedegunda : Conte musical brésilien à Villeneuve lès Maguelone

De Karen Acioly

Le 2 février à 19H

A partir de 6 ans Tarif unique 7 euros

Réservations : 04 67 69 58 00

mime_attachment

 

Posté par Fatos e Fotos à 10:27 - Permalien [#]

27.01.10

Accent Français : Curso de Francês e Cultura para brasileiros

Venha estudar na França !

Accent Français  oferece vários tipos de curso de língua e cultura Francesa para adultos (de curta e longa duração): business class, Prep exames, Idioma e turismo, Terceira idade, Francês + Vinho, Francês + Culinária, Pacote de Verão para os jovens.

Accent Français é parceiro do blog de informação Brasilidade.

Para saber + : escreva para redactionbrasilidade@gmail.com

Leia +  : www.accentfrancais.com/franca/aprender_frances.php

Posté par Fatos e Fotos à 10:40 - Permalien [#]

25.01.10

Club des Créatrices : convivialité et professionnalisme ont toujours fait bon ménage

Le Club des Créatrices de Montpellier fête, en 2010, 15 ans d’existence. Lieu d’information et d’échanges entre femmes porteuses de projet et  créatrices, le Club est reconnu un organisme d’utilité socio-économique. Pour en parler, Brasilidade a rencontré Martine Viguier (*), animatrice responsable du réseau, et pour qui « on est bien meilleures et plus fortes, toutes ensemble ! »

mv

Brasilidade : le Club des Créatrices fêtera ses 15 ans cette année. Peux-tu faire un bref bilan de ces 15 dernières années ?

Martine Viguier : Ce sont 15 ans de rencontres ! Entre 500 et 600 femmes se sont rencontrées pendant cet espace-temps privilégié qu’est le Club des Créatrices à Montpellier.

Des rencontres où les vécus personnels et professionnels de chacune se sont conjugués et superposés, où la solitude n’a plus eu lieu d’être et les échanges ont enrichi la réalité de chacune. Le Club des Créatrices est un lieu où l’information circule, ce qui a permis de nourrir et de faire avancer des nombreux projets, où la solidarité agit tant dans la sphère personnelle que professionnelle, où la convivialité et le professionnalisme ont  toujours fait bon ménage.

C’est un lieu qui prouve aux femmes que le travail en réseaux est un tremplin pour rebondir vers d’autres clubs, à faire des contacts et accéder à des marchés déterminants pour le développement de leur entreprise.

Le club des créatrices a « conquis » sa place dans l’ensemble des dispositifs existants pour la création des entreprises. Depuis 2008-09, il a atteint sa pleine maturité et sa reconnaissance d’utilité socio-économique !

Brasilidade : Quelle est l'importance du Club aujourd'hui, 2010, période de  crise ? Est-ce que le nombre de participantes a augmenté?

Martine Viguier : L’union fait la force ! Et c’est d’autant plus vrai en période de crise économique. C’est en 2009 que notre club des créatrices a accueilli le plus grand nombre de créatrices : voilà la réalité !

Toutefois, tous les 3 à 4 ans, nous vivons une vague importante de départs -  les entrepreneuses nous quittant pour d’autres réseaux ou pour se consacrer au développement de leurs affaires -  et d’arrivées : les porteuses de projets et les nouvelles créatrices reconstituant un noyau dur en 1 ou 2 ans, pour enclencher une autre vague porteuse pour le club et pour les créatrices.

On est bien meilleures ensemble que seules dans son activité ou entreprise. Certaines créatrices trouvent même à s’allier pour faire mieux à plusieurs (prendre un stand commun lors d’un salon, par exemple), pour répondre à un appel d’offres ou pour aller ensemble rejoindre un réseau porteur.

Brasilidade : Quel est le profil des femmes qui viennent au Club. A-t-il changé  depuis sa création ?  

Martine Viguier : Les projets et les activités des créatrices se situent désormais dans tous les secteurs et de même la diversité des niveaux de maturité d’entrepreneuses (au moment où elles rejoignent le club) : du projet de création… à la phase de développement.

L’âge des femmes à la date des créations des entreprises se situe entre 35 et 40 ans (le plus souvent à 38 ans). Elles sont majoritairement mamans. Elles ont un niveau d’études tout à fait satisfaisant. Certaines sont diplômées et ont défendu des thèses et se reconvertissent souvent dans les services aux entreprises, notamment à travers le consulting.

La provenance géographique des femmes venant au club des créatrices à Montpellier est assez élargie. La majorité vient de Montpellier et de son agglomération et les autres de toutes les communes héraultaises, notamment allant de la région du Lunellois à celle de l’Agathois (sauf la région de Lodève et du cœur d’Hérault, car autre club des créatrices). 

Brasilidade : Quel est le panorama des activités et quel statut choisissent les femmes créatrices ?

Martine Viguier : Sur 119 femmes, nombreuses sont celles qui ont changé de statut (passant de porteuses de projets à salariées-entrepreneuses, de salariées-entrepreneuses à entrepreneuses et notamment de demandeuses d’emploi à auto-entrepreneuses) au cours de l’année civile 2009.

De nombreuses créations ont eu lieu en 2009, car depuis septembre 2008, nombreuses femmes attendaient le statut d’auto-entrepreneur pour effectuer ou pas ce choix ou un autre statut d’entreprise individuelle.

La quasi totalité des femmes créent des entreprises individuelles. Nous avons aussi quelques associations et plusieurs SARL du fait de la libération de leur capital de base.

Les projets sont modestes alors même que les compétences sont grandes, car les femmes ont un budget trop limité (voire aucun capital de départ) pour préparer leur création et se faire connaître. Le développement de celles qui sont en train de bien réussir leur création s’appuie sur l’autofinancement qu’elles dégagent de leur activité.

Voici la répartition par grands secteurs, sur la base de 100 % :

Services aux particuliers : 25 %
Services aux entreprises : 45 %

Artisanat d’art  : 10 %

Artiste : 10 %

Commerce :   20 %

Si nous dépassons les 100 %, c’est parce que certaines réalisent des prestations aux entreprises et aussi aux particuliers !

Brasilidade : Quel est le message que tu souhaites faire passer en tant que  femme, chef d'entreprise et animatrice du Club ?

Martine Viguier : On est bien meilleures et plus fortes, toutes ensemble ! L’intégration des femmes dans les métiers dits « masculins », par exemple, s’est réalisée grâce à leur union.

Dans nos réunions, les difficultés et les réussites sont partagées à égalité, avec le même respect, la même écoute. Que ce soit dans notre club des créatrices ou dans un autre réseau, il est important de ne pas s’isoler, de rester en liens et en réseaux, pour s’offrir l’opportunité de rebondir mieux, d’accéder à des marchés nouveaux ou de mieux résister à la crise, en s’alliant ou en innovant par exemple !

 

(*) Pour le CIDFF de l’Hérault, Martine Viguier, animatrice du club des créatrices.


Posté par Fatos e Fotos à 10:32 - Permalien [#]

16.01.10

Artistes brésiliens exposent pendant le mois de janvier à Paris et à Lyon

Marina Deslandes

Jusqu’au dimanche 17 janvier 2010

Halle Saint Pierre - 2, rue Ronsard 75018 Paris  

Antonio Penido

Exposition du 19 janvier au 24 février 2010

Galerie EVERARTS – 8, rue d’Argenson 75008 Paris

Unknown

Luiz de Souza

Exposition du 19 au 30 janvier 2010

Galerie Mona Lisa – 32 rue de Varenne 75007 Paris

Marcus Brandão

Jusqu’au 30 janvier 2010

L’exposition invite à une contemplation poétique et inédite de sites architecturaux connus de Paris et de Brasilia.

FIAP Jean Monnet - 30, rue Cabanis 75014 Paris

Unknown

Antonio Cançado

Jusqu’au 28 février 2010

Exposition photographique qui présente le côté festif du Brésil avec le carnaval de Rio de Janeiro

Délégation régionale ALLIANZ - 28, rue Bonnel 69003 Lyon

 

Posté par Fatos e Fotos à 14:26 - Permalien [#]