Selon un rapport récent du ministère de la Santé, le Brésil a confirmé 353 cas de fièvre jaune et 98 décès entre le 1er juillet 2017 et le 6 février de cette année.

Le 25 janvier dernier, le gouvernement brésilien a commencé la campagne de vaccination contre la fièvre jaune avec des doses fractionnées de l'agent immunisant dans les États de São Paulo et de Rio de Janeiro. À compter du vendredi 9 février, un nouveau lot de vaccins contre la fièvre jaune du laboratoire Sanofi-Pasteur commencera à être livré dans des cliniques privées dans tout le Brésil, presque un mois plus tôt que prévu.

Bien que le vaccin ait été offert gratuitement dans les réseaux de santé publique, de nombreuses personnes ont préféré se faire vacciner dans les cliniques privées en raison des files d'attente - on a signalé plus de quatre heures d'attente.

São Paulo apparaît toujours comme l'État avec le plus grand nombre de cas de la maladie. En tout, 161 cas confirmés, dont 41 décès. Ensuite, vient Minas Gerais, avec 157 cas confirmés et 44 décès. Rio de Janeiro a 34 cas registrés, dont 12 décès.

Célébrer, malgré tout

Alors que les cas de personnes infectées par la fièvre jaune continuent à progresser dans les trois grands centres urbains brésiliens, le pays se prépare à l'édition 2018 du Carnaval qui aura lieu le 13 février, le deuxième mardi du mois. Ainsi, les défilés des écoles de samba de São Paulo commencent le 9, vendredi, et ceux de Rio le 11, dimanche.

academicos_do_tatuape_alan_morici_g1_alm4931

Andréa Capitulino, rainha de bateria da Tatuapé, desfila pelo Anhembi (Foto: Alan Morici/G1)