Le gouvernement et les FARC ont rédigé un nouvel accord de paix, mais Uribe a demandé à Santos que le texte ne soit considéré comme définitif qu'après examen par les partisans du «non». Le président colombien a prolongé le cesser-le-feu bilatéral jusqu'au 31 décembre.

Le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont convenu samedi dernier d'un nouvel accord de paix pour mettre fin à une guerre de plus de 50 ans. Un peu plus d'un mois après le référendum colombien refusant le 2 octobre le pacte signé par le président Juan Manuel Santos et le chef des FARC Rodrigo Londoño, connu sous le nom Timoshenko, les deux parties ont rédigé un nouveau texte, incorporant certaines des demandes des partisans du «non» dans la requête.

Uribe, l'homme qui a convaincu la Colombie à dire non à la paix

Uribe a toujours été un personnage controversé, aimé et détesté à la fois. Mais la plupart reconnait son mérite d'avoir infligé un coup mortel contre les FARC au cours de ses deux mandats (2002-2010), ce que lui a permis de devenir le président le plus populaire en Amérique latine, avec 91% d'approbation. Avec sa stratégie de sécurité démocratique, il a multiplié les opérations militaires contre le groupe armé qui contrôlait près de la moitié du pays et qui a dû se replier dans la jungle.

Les coups contre les FARC imposés par son ministre de la Défense Juan Manuel Santos, ainsi que la main étendue à la réinsertion sociale, a conduit des milliers de combattants de déserter et de réintégrer la société. La violence a également diminué. Grâce à une sécurité accrue, l'économie a commencé à croître à un rythme record et la pauvreté a diminué de façon remarquable.

L'homme qui a canalisé la colère des Colombiens contre le groupe armé a maintenant le défi de démontrer, contre toute attente, qu'il peut en faire autant pour la paix. La question est de savoir si Uribe arrivera à convaincre les 10 millions d'évangéliques existants dans le pays (partisans du « non ») de soutenir le nouveau pacte...

 

Sources: El Pais et médias sud-américains